Et si Facebook avait une Notice ?

Cela fait plusieurs années maintenant que le phénomène prend de l’ampleur dans le domaine des nouvelles technologies : Lorsqu’on achète un matériel dit technologique, il est fréquent que la boîte ne contienne pas de manuel d’utilisation. Un dépliant de prise en main en 6 langues viendra tout au plus nous épauler dans la mise en route et les premiers pas…

De l’imprimante muti-fonctions à la tablette tactile, du Netbook au PC de bureau, du disque dur externe au téléphone mobile, à chaque fois c’est pareil : pas de notice dans le carton ! Mais comment les notices ont-elles fait pour disparaître ainsi ?

J’y vois plusieurs causes :

1. Quand le CD-Rom a explosé, les fabricants de matériels ont tenté de nous faire croire qu’une notice numérisée et seulement accessible sur le CD inclus dans le carton allait résoudre divers problèmes : information accessible plus rapidement via un champ de recherche, protection de la planète grâce à l’économie de papier. Le phénomène a pris de l’ampleur lorsqu’internet a pris le relais du CD-Rom… Que ceux qui n’ont pas de PC ou d’accès à internet se contentent de produits en bois… Je ne suis pas entièrement convaincu par les arguments avancés par les industriels mais surtout, ces derniers n’ont jamais dévoilé combien l’absence de lourdes notices dans leurs emballages permettait d’économiser ! Quand on voit les millions de dollars économisés par American Airlines rien qu’en remplaçant ses manuels de vol par… des iPad, on imagine les centaines de millions qui n’ont pas servi à transporter des notices papier. Ne  nous plaignons pas : économie de poids = économie de kérosène = moins de gaz à effet de serre.

2. Je fais partie de cette génération qui a vu naître un concept révolutionnaire : le Plug & Play. Je ne parle pas seulement du Plug & Play informatique mais de celui des machines en général. Les machines sont toujours plus « simples » d’utilisation, toujours plus ergonomiques, toujours plus accessibles et cela malgré une technologie, des fonctions et un potentiel toujours plus étendus… Un APN tout neuf ? Pas besoin de conseil ni de mode d’emploi, on peut l’utiliser tout de suite ! Un iPhone qui sort du carton ? Rien à lire. 2 instructions sur l’écran et profitons ! Un nouveau compte Facebook ? 3 clics, une signature et à nous de piloter la bête sans avoir à passer 2 heures dans le manuel…

Dans la plupart des cas, quelques tâtonnements de départ autoriseront l’utilisateur novice à maîtriser ce dont il a besoin. Et ses besoins sont en général assez limités. Quel potentiel utilisons-nous de Word, d’iTunes, de notre appareil photo numérique, de notre imprimante, de notre smartphone,… de Facebook ? Oui ça fait plusieurs fois que j’évoque Facebook car le logiciel en ligne de Mark Zuckerberg est utilisé par plus de 700 millions de personnes dans le monde et personne n’a jamais lu sa notice !

Pourtant, vu le potentiel quasiment infini du réseau social, tout utilisateur serait bien inspiré de consulter son manuel. Quand je dis « potentiel », je veux autant parler des outils fantastiques que propose Facebook que les dangers qui se cachent en son coeur. Problème : Où est cette satanée notice ? En ligne bien sûr. Il existe un bouton « Aide » qui se trouve sur votre page Facebook : Tout en bas à droite. On ne le voit jamais car même quand on scrolle vers le bas pour atteindre le pied de page et bien Facebook affiche rapidement les anciens statuts qui repoussent d’autant ledit pied de page. Pas de panique, la rubrique « Aide » est également accessible sur les autres pages : par exemple par un clic sur Compte/Paramètres du compte/Tout en bas de la page.

Pas de miracle. On y trouve un champ de recherche et divers chapitres thématiques. Mais la puissance de Facebook est loin d’y être détaillée. « relayer un blog WordPress » entré dans le champ de recherche ne donne aucun résultat. Ne boudons cependant pas notre plaisir : L’aide en ligne de Facebook répond à bien des questions. Le plus gros défaut c’est qu’il faut être devant son écran. L’autre défaut c’est qu’une aide en ligne ne donne pas spontanément des réponses à des questions… qu’on aurait dû se poser… Ce genre d’info, on le trouve plutôt dans un livre… même si les FAQ servent aussi un peu à ça.

Alors oui, je me suis procuré une version papier de la notice de Facebook. En fait il en existe plusieurs. Elles sont commercialisées par des éditeurs qui ont bien compris qu’il y a un manque de ce côté. D’ailleurs, on trouve le même genre de « manuel » pour l’iPhone, l’iPad ou la Freebox….

J’ai consciencieusement lu « Le Guide pratique Facebook » édité par Eyrolles (Presslivre). Qu’y ai-je appris ? Plein de choses intéressantes. Certaines destinées aux débutant, d’autres réservées à ceux qui veulent exploiter le réseau social de manière plus professionnelle.

Des exemples pour les débutants ? L’âge que vous déclarez déterminera le type de pub qui s’affichera sur votre page. Tous les paramètres de confidentialité ne sont pas réglés sur « Amis seulement » tout simplement parce que le business (la pub) de FB repose sur le partage d’information. On peut perdre son job en disant du mal de son patron sur le réseau social. On peut lutter contre les contenus inappropriés. Si vous décidez de quitter définitivement FB, il faudra attendre 15 jours après la décision expresse. Ce ne sont que quelques exemples mais si le livre traite des premiers pas, il aborde aussi des aspects plus avancés et complexes: Comment tout partager, comment rejoindre des groupes ou comment ajouter des fonctions  grâce aux applications et extensions. Comment payer avec la monnaie Facebook ou bien comment ajouter un bouton « J’aime » sur un site internet personnel. La sécurité est évidemment traitée : confidentialité, vie privée, partage, surveillance, lutte contre les enquiquineurs,… A chaque fois, le guide mélange intelligemment théorie et mise en oeuvre. Si la théorie dédramatise certains démons, côté mise en oeuvre, les illustrations ne manquent pas.

Des exemples pour les pros ? Si la plupart des gens n’utilise que 10% du potentiel du réseau social, les blogueurs, journalistes et entreprises pourront, elles, profiter des possibilités avancées de Facebook. « Le Guide Pratique Facebook » ne s’adresse pas aux pros du marketing (y’a des solutions pour ça) mais il répondra aux questions des blogueurs qui désirent relier leur(s) blog(s), leur Twitter ou leur site à leur profil ou page Facebook. Il s’adressera aussi à ceux qui désirent se lancer dans la vente en ligne (oui, on peut ouvrir une boutique sur Facebook) ou ceux qui veulent faire la promotion de leur petit business en ciblant des prospects précis.

Bref, vous n’êtes pas obligés comme moi d’engloutir les 160 pages du guide d’une seule traite mais j’encourage les utilisateurs de Facebook à investir 14,90€ dans une notice qui leur sera d’une grande utilité voire d’un grand secours.

Avec TheFriendmail, allez sur Facebook même si votre Boss en a bloqué l’accès…

Pas besoin de statistiques ou d’étude approfondie pour savoir que Facebook est devenue l’une des activités préférées des internautes (quelques chiffres ici et puis). Cela n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes aux employeurs qui ont l’impression que le réseau social, particulièrement chronophage (1), pille le temps de travail de leurs employés.

Bref, certaines entreprises n’y vont pas par 4 chemins : impossible de se connecter à FB depuis le PC du bureau ! Un système qui risque d’être de moins en moins efficace si on considère que l’accès à Facebook peut se faire depuis un smartphone en 3G (internet mobile) et que le smartphone justement équipera bientôt (disons dans 3 ans) la totalité des français.

Mais pour ceux qui n’ont pas encore ce fameux téléphone intelligent (iPhone, Blackberry,…), une application bien sournoise est désormais disponible : The Friend Mail. Y ouvrir un compte (gratuit) permet à n’importe qui d’intéragir avec sa page facebook (éditer son statut, voir ses news, partager un lien ou une photo,…) simplement à travers des mails ! Bref, un facebook ultra-discret : chaque action correspond à un simple mail…

(1) un membre Facebook passe en moyenne 23,3 heures chaque mois sur le réseau social

Essayer TheFriendMail

Les internautes consacrent 22% de leur temps aux réseaux sociaux

En Avril dernier, le Cabinet Nielsen a étudié le comportement des internautes dans 9 pays : Etats-Unis, Royaume-Unis, Italie, Espagne, France, Allemagne, Suisse, Brésil et Australie.

Les blogs et Facebook cartonnent.

En Avril et en moyenne, les internautes ont passé 6 heures sur Facebook et 6 autres heures sur des blogs. les 3/4 des internautes se sont ainsi rendus sur des blogs ou des réseaux sociaux. C’est la 1ère fois selon Nielsen que ce taux atteint ce niveau. Les australiens et américains sont les plus fans de blogs avec respectivement 7h19 et 6h35 dédiées à leur fréquentation. Sur le mois d’avril, les français ont eux passé 4h10 en moyenne sur ce type de sites. Le temps consacré aux blogs a en moyenne bondi de 66% en un an !

Facebook s’est accaparé les français pendant 4h33, les australiens 7h45, les américains 6h43 et les japonais… 30 minutes seulement. Facebook, ne connaît le même succès partout. Au Brésil, par exemple, le réseau social Orkut attire 86% des internautes !

Enfin, l’étude rapporte également que Youtube a attiré les internautes durant 57 minutes. Google, 1h21 et Wikipédia, l’encyclopédie communautaire libre et gratuite, s’est accaparée les internautes pendant 13 minutes.

D’autres chiffres à la Source (1 min de lecture).

Les résultats de l’étude sur le blog de Nielsen (anglais)

Les américains aiment les vidéos

La semaine dernière, une étude menée par le Pew Research Center a révélé qu’aux Etats-Unis, plus de 70% des internautes regardent des vidéos en ligne. « Nous assistons à un essor de la vidéo en ligne, poussé à la fois par l’accès aux liaisons haut-débit, l’utilisation croissante des réseaux sociaux, et la popularité des sites de partage de vidéo », a commenté une chercheuse du Pew.

Depuis 2007, les vidéos humoristiques connaissent une popularité en forte croissance. Les vidéos éducatives, les programmes TV et les vidéos politiques ne sont cependant pas en reste.

Si les internautes consomment de la vidéo, ils sont aussi de plus en plus nombreux à en diffuser : 14% des internautes ont déclaré avoir mis en ligne des vidéos. Ce taux n’atteignait que 8% en 2007. Alors que par le passé, YouTube trustait la mise en ligne de contenus vidéos, le site de partage (propriété de Google) est désormais dépassé par… Facebook, utilisé par 52% des internautes qui diffusent leurs vidéos.

La moitié de ceux qui upload (action d’envoyer un contenu) des vidéos déclare ne prendre aucune mesure pour en limiter l’accès.

d’autres infos et chiffres à la Source (2 min de lecture)

Facebook : Une maman retrouve ses enfants kidnappés

Plusieurs fois ici, j’ai parlé des traces que chacun laisse sur le Net et en particulier sur les réseaux sociaux. Des traces qu’il est préférables de contrôler histoire de ne pas faire face un jour à des contenus dévalorisants qu’un recruteur aura retrouvés en quelques clics.

Ce sont ces fameuses traces qui ont permis à une maman américaine de retrouver ses enfants pourtant kidnappés par leur père 15 ans auparavant. Les bambins avaient 2 et 3 ans lors de leur enlèvement mais aujourd’hui ils sont ados et… présents sur Facebook !

Le père a été arrêté et inculpé pour kidnapping et violation des droits de garde des enfants.

Plus de détails à la Source (1 min de lecture)

La révolution sociale en chiffres

La vidéo « Social Revolution » a été mise à jour. Elle permet de découvrir à quel point les médias sociaux ont pris une place centrale dans la vie des internautes. Alors, les médias sociaux, un feu de paille ?

– 96% des Millenials, ces personnes nées sous l’Ere des nouvelles technologies (disons entre la moitié des années 70 jusqu’au tout début des années 2000), ont rejoint un réseau social.

– Le trafic de facebook a dépassé celui de Google aux Etats-Unis

– Aux Etats-Unis, 1 couple marrié sur 8 s’est rencontré à travers un media social.

– la radio a mis 38 ans pour attirer 50 millions d’utilisateurs, la TV a mis 13 ans pour atteindre ce chiffre. Internet a mis… 4 ans. L’iPod s’est contenté de 3 ans. Facebook a atteint les 200 millions d’utilisateurs en… moins d’1 an !

– Si Facebook était un pays, il serait le 3ème de la planète en terme de population; derrière la Chine et l’Inde.

– 80% des entreprises utilisent les réseaux sociaux pour recruter. 95% d’entre elles utilisent Linked In.

– Le segment qui qui grossit le plus rapidement sur Facebook est celui des femmes de 55 à 65 ans.

-En Angleterre, 50% du trafic internet mobile est généré par… Facebook !

– Les génération Y et Z considèrent l’e-mail dépassé

– YouTube est le second plus gros moteur de recherche du monde (le 1er c’est Google… et YouTube appartient à Google)

– Plusieurs études ont prouvé que le projet encyclopédique gratuit et libre Wikipedia est aussi précis que l’Encyclopédie Britannica.

– Le web compte 200 millions de blogs

– 25% des résultats d’une recherche sur l’une des 20 plus grosses marques conduisent vers un contenu créé par un internaute. 34% vers un contenu édité par un blogger qui s’exprime sur des produits et des marques. (Il est donc essentiel aujourd’hui pour une marque de considérer très sérieusement ce qu’on dit sur elle sur le Web)

– 78% des consommateurs font confiance aux recommandations faites par les internautes. Ce taux de confiance n’est que de 14% quand il s’agit de publicité.

d’autres infos dans la vidéo.

Rebelote : une serveuse est licenciée à cause de Facebook

Ca se passe aux Etats-Unis, en Caroline du Nord, mais l’histoire aurait très bien pu arriver en France : Une serveuse de pizzeria a été licenciée pour avoir tenu des propos désobligeants envers son entreprise et ses clients. Sur sa page Facebook, Ashley Johnson, 22 ans, a en effet traité un client de radin parce que celui-ci ne lui aurait pas laissé un pourboire assez important. Le problème c’est que la serveuse a cité le nom du resto dégradant du même coup la réputation de ce dernier ! La jeune femme s’est excusée mais le mal est fait. Virée !

Cette histoire n’est pas très originale. ce n’est pas la 1ère du genre et ce ne sera pas la dernière. Des photos compromettantes partagées sur Facebook qui entraînent le non-paiement d’une police d’assurance à la réceptionniste licenciée pour une chronique diffusée sur le Net, les limites de la liberté d’expression sur la Toile sont parfois floues ou méconnues. Je revenais d’ailleurs sur ce sujet il y a 2 jours à peine…

Source

%d blogueurs aiment cette page :