Les fausses-vraies pubs envahissent le Web

Y’a un truc de plus en plus répandu sur le Net : les fausses-vraies publicités. Je ne parle pas ici de parodies plus ou moins bricolées, je ne parle pas non plus de sketches ou de réalisations humoristiques officiellement présentés comme tels. Je parle de vidéos qui ont le goût, l’odeur bref, l’apparence de vraies publicités professionnelles et qui pourraient finalement être l’expression de publicitaires qui se seraient lâchés (c’est d’ailleurs quelquefois le cas). Le problème c’est que ce type de contenu brouille l’image que de nombreux industriels veulent donner de leurs marques. Des industriels encore coïncés par une communication traditionnelle (pub TV, affichage, spot radio,…) souvent en décalage avec l’état d’esprit et les usages  répandus chez les internautes.

J’en ai déjà parlé dans ASLN (voir liens en fin de billet). Mais j’ai quelques exemples assez significatifs du phénomène sous le coude.

Il y a quelques jours, Apple lançait son nouvel iPhone. L’appareil de 4ème génération apporte son lot de nouveautés (2ème caméra, visio-conférence, flash,…) et il faut reconnaître que la marque à la Pomme présente toujours ses nouveaux produits de façon très emphatique. Une habitude déjà bien parodiée par internet et les médias traditionnels. Ces derniers jours, une vidéo « parodique » reprenant la présentation officielle du smartphone d’Apple tourne pas mal sur les blogs un peu geek ou « Apple fanboy ». Elle est en anglais et donc un peu réservée aux plus anglophiles d’entre vous. Je vous en traduit quelques passages à la louche sous la vidéo.

« (…) la 1ère fois que j’ai utilisé Facetime (visio-conférence), j’étais complètement nu dans une chambre d’hôtel (…) je parlais à ma femme (…) ça a probablement sauvé mon mariage… (…) Je pense que mes propres enfants… en fait , je n’ai pas d’enfant mais j’en aurai un jour et d’ici 18 ou 20 ans, quand ils partirons faire leurs études, je pourrai les appeler , leur parler… et voir leur bouche bouger quand ils s’exprimeront…

(…) grâce à la qualité de l’écran (4 fois plus précis que l’ancien iPhone), je peux enfin comprendre ce que racontent les livres [images du livre Winnie qui est offert avec l’application iBook de l’iPhone]… l’ours en fait… veut juste du miel…

(…) On a développé une nouvelle qualité d’acier inoxydable… c’est comme un nouveau métal…

(…) la meilleurs façon de réinventer un produit c’est de lui ajouter une seconde caméra… Le prochaine iPhone aura une 3ème caméra… c’est cool les caméras… »

Le jeu des acteurs reprend parfaitement l’attitude des responsables Apple qu’on retrouve dans ce genre de vidéo. Quant au décor, il imite à la perfection le vrai. Apple est l’une des marques les plus parodiées sur le Web. Mais ça fait partie du jeu… Apple innonde en même temps internet de contenus positifs et parfaitement maîtrisés tant sur le fond que sur la forme. Et leur impact est tel, qu’une vidéo comme celle-là, si elle amuse, est noyée dans un océans de contenus made in Cupertino. D’autres vidéos attaquant Apple pullulent sur le Web.

C’est un peu différent pour Volkswagen qui a du officiellement annoncer que la « publicité » ci-dessous n’a rien à voir avec sa marque. Le clip est osé, très créatif mais sa connotation sexuelle, machiste, un brin vulgaire est à mille lieues de la stratégie conventionnelle du constructeur automobile. Son réalisateur, Sebastian Raphaël, n’est pas un débutant.

Et que dire de celle-là ? très bien réalisée, elle reprend le slogan de la marque autour de la solidité de ses véhicules. Un boulot de publicitaires libérés façon Beigbeider dans 99 Francs…

Pourtant, je ne m’inquiète pas pour la marque allemande qui est assez dynamique sur le web. Pour preuve sa dernière opération de street marketing assez efficace émotionellement parlant (si la marque n’apparaît pas sur le lieu du « happening » c’est sa diffusion ultérieure sur le Web qui créera le buzz) :

Sprite (propriété de Coca-Cola) a connu le même genre de désagrément lorsqu’un réalisateur professionnel s’est amusé à créer des spots pour la boisson. L’homme s’est contenté de les poster sur YouTube sans vouloir créer le buzz. Mais l’effet YouTube a marché à plein et les vidéos ont attiré les internautes par centaines de milliers avant que Coca-Cola ne fasse retirer les clips… que voici :

Vodpod videos no longer available.

Vodpod videos no longer available.

Assez fair play, Coca avait reconnu qu’elle ne pouvait pas tout contrôler sur le web. Alors ce type de contenus nuit-ils à la marque ? Ou bien au contraire, les User Generated Content (contenus générés par les internautes dit aussi UGC) contribuent-ils à rajeunir ou améliorer l’image d’une marque ? Les 2 exemples de Sprite ne sont pas très bons car, à mon sens, ils ne sont pas très réussis. Et c’est bien dommage car sur la forme, à défaut d’être exceptionnel, c’est plutôt maîtrisé.  Dommage également qu’à l’époque, Sprite (Coca) n’en ai pas profité pour surfer sur le buzz. C’était peut-être l’occasion d’éviter… la disparition de la marque. Qui boit du Sprite aujourd’hui ? Cela dit, rebondir sur un bad buz n’est pas donné à tout le monde. Il faut un peu de culot… Et Electroni Arts, éditeur de jeux vidéos en a eu lorsqu’il a été lui-même victime d’une vidéo de type UGC autour de son titre phare Tiger Woods PGA Tour.

Un bug du jeu décelé par un joueur a été « mis en scène » à travers une vidéo pour le moins amateur… mais tellement efficace : le bug (assez grave quand on est un hardcore gamer) permet de putter en faisant marcher Tiger Woods sur l’eau. Voici la vidéo du « Jesus shot » :

Electronic Arts aurait pû virer le développeur qui a mal fait son boulot ou le chef de projet qui a laissé passer le bug. Autrement dit EA aurait pû réagir à l’ancienne… A l’heure du Web, ElectronicArts a fait le contraire. L’éditeur a rebondi sur le bad buzz et a publié ça :

Si la vidéo du bug a attiré plus d’1 millions d’internautes sur YouTube, la « vidéo-réaction » d’Electronic Arts a cumulé plus de 5 millions de vues ! Bravo EA.

Sur le même sujet :

Publicité : Samsung brille, Microsoft trébuche (à nouveau) : le spot qui a choqué les américains !

Inonder le web de contenus émotionnellement positifs

Ces entreprises que l’on parodie sur le Web

Coupe du Monde 2010 : Mieux vaut en rire…

On a plutôt eu l’occasion de pleurer (de rire ?) si on s’est quelque peu intéressé aux embûches de l’équipe de France en Afrique du Sud. Internet a toutefois été là pour faire de cet épisode dramatique une bonne raison de s’en payer une tranche…

Je ne sais pas si cela aurait du être un indice prémonitoire (de plus ?) mais le dérapage incontrôlé d’Anelka sur son VTT lors du stage de préparation préfigurait la trajectoire qu’allait épouser la fine équipe tout de bleu vêtue.

Et la guigne dans tout ça ? Je ne serais pas étonné qu’un sorcier sud-africain avoue un de ces jours que toutes les vuvuzelas du Mondial avaient été ensorcelées. S’il y a bien un truc qui nous a énervé, en dehors de nos 23 anciennes stars du foot, c’est bien la VUVUZELA : Un instrument d’une ingratitude assez exceptionnelle (beaucoup d’efforts pour une résultat sonore plutôt déconcertant) qui a réussi à fédérer le Monde autour d’une question : mais qu’est-ce que c’est que ce truc ? (illustration disponible ici)

Toute l’ingratitude d’un instrument résumée en quelques mesures du Boléro de Ravel

Quelle guigne cette Vuvuzela. Impossible de s’entendre sur un terrain. Impossible de suivre un match sereinement. Mais comment font-ils en Afrique du Sud ? C’est certainement une question d’habitude. Suffit d’avoir des oreilles qui filtrent ou bien de se foutre de ce qui se passe à l’écran… 2 méthodes salutaires quand on doit se taper la version vuvuzela du hit de Laurent Voulzy :

Comment un objet si simple, incapable d’émettre la moindre onde électromagnétique, sans batterie au lithium ni aucune espèce de compatibilité avec l’iPhone peut-elle faire autant de buzz ?

Rien dans la vuvuzela ne semble dangereux… même après dissection (dessin emprunté au blog artistique Meat Section)

Je vous passe toutes les applications dédiées aux smartphones. Des appli indispensables puisqu’inutiles qui ne me font pas rire du tout… Car le danger existe, il nous guète. Une Vuvuzela dans de mauvaises mains peut nous faire courir un grand danger pour peu qu’on habite la Terre du Milieu :

Mieux vaut en rire disais-je en titre de ce billet. Le problème c’est que la France, rien de moins, est consternée chez elle et moquée dans le reste du monde. Je me demande si la réaction de la demoiselle n’est finalement pas celle qu’il faudrait avoir :

C’est vrai qu’après une telle correction, il est difficile de garder son sang froid. Même le futur Dark Vador d’aéroport(vidéo ici) a perdu ses bonnes manières. Euh non en fait lui, pour l’occasion, il est redevenu normal…

Anelka, c’est en réalité tout un univers, un style, une culture, parfaitement illustrés dans ce clip plutôt réussi. Et puis comme la musique adoucit les moeurs, espérons que ce clip apaise votre rancoeur comme la mienne… non je déconne.

[MAJ] La « colo des bleus » a évidemment inspiré les interprètes de la Chanson du Dimanche. Ces dernières semaines, il n’y en a que pour eux (ou presque) :

La Govuzela

RayMan

Chez Raymonde

Et je ne vous parle même pas des groupes Facebook, de la pétition de Jean-Jacques Bourdin pour que les joueurs reversent leurs primes au football amateur. Je ne vous parle pas non plus des milliers de statuts Facebook amères, drôles ou graves ni des Tweets qui font mouche. Allez, un tweet pour le plaisir :  » Vous voulez voir les bleus gagner ? Allez voir Avatar ! »

Pour ceux que cela intéresse, le site Culture-buzz revient sur le bad buzz. Celui d’une équipe de France à la dérive tant sur le terrain que sur le Web.

En Parallèle du psycho-drame anelko-doménechien, la web série « On ne lâche rien » créée par le blogueur Cyrille De Lasteyrie (plus connu sous le pseudo « Vivin » tiré de son blog 20/20) et propulsée par Les Raconteurs fait rire pas mal d’internautes (environ 2 000 vues par épisode sur Dailymotion) accrochés au destin de l’équipe gauloise.

Pour compléter ce billet qui pourrait ne jamais se terminer, voici quelques liens complémentaires :

Une Vuvuzela dans doom

Infos et statistiques sur la Vuvuzela : The vuvuzela, love it or hate it

Ces entreprises que l’on parodie sur le Web

Les entreprises commerciales que compte notre pays, savent que leur présence sur le web va, de plus en plus, devenir un élément clé de leur succès. Mais si certaines agences se sont spécialisées dans ce domaine (communication, publicité, buzz, relation-clients,…), il n’est pas toujours facile de réagir intelligemment et rapidement à ce qu’on appelle un « bad buzz ». Internet est un formidable espace d’expression où les internautes disent leurs humeurs, leurs sentiments, leurs savoirs, leurs bonheurs,… et leurs colères. Et quand ces dernières sont exprimées par des gens talentueux et/ou influents, la situation peut devenir critique pour l’entreprise ciblée.

Voici quelques exemples typiques d’un bad buzz difficile à gérer :

Des restes humains dans les pubs de Carrefour Discount… Une parodie qui n’a pas plu mais pas plu du tout à Carrefour qui s’est sentie obligée de « nier toute responsabilité concernant le spot ».

C’est la grande mode des Lip Dub. Cet exercice qui consiste en un seul plan séquence à mettre en scène les membres d’un groupe (Entreprise, école, association,…) autour d’un playback dynamique a un objectif simple : témoigner du bon esprit, de la cohésion et de la créativité qui règnent dans un groupe ou une équipe. Le tout est destiné à circuler sur le Net. L’exercice s’est répandu partout dans le monde et a un peu perdu de son impact depuis 2007, année des premières expériences de ce type. Sauf quand il s’agit d’une parodie méchamment drôle ! C’est France télécom qui en fait les frais :

Ce n’est pas la première fois que FT est la cible de parodies dans le genre « réussies ». Mozinor s’en était donné à coeur joie en pleine vague de suicides chez l’opérateur historique :

Côté banques, la Société Générale a été la cible de plusieurs parodies plus ou moins réussies mais ayant toutes le même discours : La banque nous arnaque, nous vole, nous coule, nous prend pour des pigeons… En voici un exemple, celui de Groland; mais d’autres figurent sur Youtube.

Comment les entreprises visées doivent-elles réagir ? Difficile à dire surtout que dans la plupart des cas, on a envie de se dire : »là, il faut réagir vite, c’est une catastrophe… ». Je ne suis pas un spécialiste du marketing ni de la communication mais je suis convaincu que réagir directement à une parodie n’est pas la meilleure des postures. Je pense que le mieux c’est d’être présent sur le Net de façon à ce que la parodie en question soit noyée par des contenus positifs et innovants. Prenons l’exemple d’Apple. L’entreprise est la cible de parodies incessantes; sur le Net ou à la télévision, les humoristes sont plutôt loquaces et saignants à propos de la marque à la pomme. Mais Apple produit tellement de vidéos virales que les parodies négatives sont totalement diluées dans un flot de contenus ultra-maîtrisés, créatifs et percutants.

Quelques parodies Apple :

A côté de ces parodies qui connaissent un certain succès sur le Toile, la campagne officielle « Get a Mac »(pour les moins anglophiles, 20 pubs sont en version française sur Daily Motion) cartonne sur les blogs et sites d’information aux 4 coins du web. Les vidéos sont partagées, commentées et créent un « bruit positif » qui submerge littéralement les parodies anti-Apple.

Que doivent faire les Orange, Société Générale, et autre Carrefour ? Innover sur le Web. Etre présent à travers des contenus et messages que les internautes s’approprieront… et ne jamais s’arrêter de le faire… Enfin, accepter la critique, ne pas l’ignorer et ne pas tenter de la censurer sont à mon sens des règles absolues.

D’autres infos à la Source (4 min de lecture)

Nadya Suleman se fait troller

Nadya Suleman, cette femme sans ressources ni emploi qui vient d’accoucher de huit enfants alors qu’elle en avait déjà 6 et qui rêve, à coup de bistouri, de ressembler à Angelina Jolie, se fait sérieusement critiquer sur le Net : LA photo du déguisement de Nadya Suleman fera certainement le tour des blogs américains alors que la reconstitution parodique de son accouchement fait un carton sur YouTube avec plus de 300 000 visionnement en moins de 5 jours !

 

L’accouchement de Mme Suleman façon « Jimmy Kimmel Live » (ABC)

 

Le déguisement trouvé sur ChauffeurDeBuzz.com

Vous ne voleriez pas un film quand même ?

Si vous êtes fan de la série animée « Futurama », vous savez certainement que le 3ème long métrage qui en est tiré est sorti en DVD la semaine dernière aux Etats-Unis. Particularité du DVD, il est affublé d’un bonus intitulé « Downloading Often Is Terrible » (« Télécharger souvent, c’est atroce »). Il s’agit d’une parodie de ce clip insupportable (sur le fond comme sur la forme) infligé à tout spectateur qui visionne le film qu’il a loué ou acheté. Un clip qui sermonne le consommateur honnête d’un « Vous ne voleriez pas un sac, alors ne volez pas un film en le téléchargeant illégalement ! » Ce « film » avait déjà été parodié de belle manière par des humoristes anglais inspirés. Ici, on retrouve une nouvelle critique du discours des ayant-droits mais avec la liberté sans limite que confère l’animation. C’est en anglais mais assez accessible.

D’autres infos à la Source

Facebook dans la vie réelle, ça donnerait ça !

Avez-vous déjà imaginé faire dans la vie réelle ce que Facebook a « scandaleusement » rendu naturel dans un réseau social virtuel ? Des humoristes anglais l’ont fait pour notre plus grand plaisir. La vidéo a déjà plusieurs mois mais elle vient d’être sous-titrée par Koreus.com. Si vous avez un profil Facebook, si vous affichez 254 amis ou plus, si vous vous êtes déjà exprimé sur le mur public d’un « ami », si vous avez déjà été contacté par un « ami » inconnu,… cette vidéo est décidément pour vous.

Vodpod videos no longer available.

more about « Facebook dans la vie réelle« , posted with vodpod
SI VOUS NE VISUALISEZ PAS LA VIDEO, CLIQUEZ SUR CE LIEN

Culpabilisé tu seras…

Je parle assez souvent ici de piratage, de cyber-criminalité, de lutte pour contre certaines formes de téléchargements, etc. Mon objectif n’est pas de culpabiliser qui que ce soit ni d’encourager tel ou tel comportement. J’essaie modestement de mettre en perspective une certaine actualité du Net; celle qui permet à mon sens de mieux comprendre les valeurs que notre société adopte mais aussi celles qu’elle désire abandonner. J’agrège quelques infos, je rédige quelques chroniques, d’autres, plus créatifs, excellent dans la parodie comme celle présentée dans cette vidéo.

Vous avez tous loué ou acheté un DVD et avez donc tous au moins une fois assisté à ce clip affligeant, tant sur le fond que sur la forme, qui veut convaincre le téléspectateur de ne jamais voler les droits d’auteur : » Vous n’avez jamais volé une voiture ou un sac alors ne volez pas nos films ! ». Passons rapidement sur la forme : ce film est au cinéma ce que la 2CV est à la haute technologie. Sur le fond, je retiens simplement que l’industrie du cinéma impose aux yeux et à l’esprit de ses clients honnêtes un message ultra-culpabilisant qui n’a rien à faire sur un support légalement loué ou acheté. Une fois encore, les Majors luttent contre leur propres consommateurs !

Trêve de paroles, passons à la vidéo. Elle est en anglais mais assez simple d’accès. Elle aborde autant le caractère excessif du discours que l’inepsie des exemples mis en avant par ‘industrie cinématographique dans son clip propagandiste. Les anglais ont poussé le bouchon un peu plus loin dépassant à peine le niveau de répression imaginé par les auteur du projet de loi Hadopi ! Une loi qui, je le rappelle, prévoit de couper l’accès à internet à toute une famille ou à un groupe de co-locataires parce qu’un seul de ses membres a téléchargé des fichiers illégaux.

%d blogueurs aiment cette page :