Nouveaux mots du dictionnaire Oxford : Les nouvelles technos y ont la part belle

Les réseaux sociaux, phénomènes de l’année 2009, ont logiquement des effets sur la mise à jour du New Oxford American Dictionary. C’est ainsi que des mots et expressions devenus courants dans Facebook ou Twitter débarquent dans le plus célèbre dictionnaire anglophone. Exemples :

« Unfriend » est un terme (verbe) utilisé par les membres de Facebook quand ceux-là retirent une personne de leur liste d’amis. Un mot anglais que même certains internautes français utilisent.

« Hashtag » : petit mot précédé d’un dièse qui définit le sujet d’un message (tweet) envoyé sur twitter. Le hashtag permet ainsi de regrouper les conversations par sujet.

Le dictionnaire accueille également « intexticated » (automobiliste distrait par l’utilisation de son mobile) qui n’a pas d’équivalent français, Netbook (petit PC portable à bas coût) et sexting (SMS ou MMs à caractère sexuel) qui sont en revanche utilisés sur notre territoire.

En France, les Larousse et autres Robert ont eux aussi accueilli de nouveaux mots directement issus des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Dans les éditions 2010, on peut désormais retrouver des termes comme Buzz, Geek, Web 2.0, Mobinaute, Peer-to-peer, Webtélé, Webradio, Blacklister, e-book  Hameçonnage, Multijoueurs, Adresse IP, Wi-Max ou e-learning. Des termes assez généraux, moins pointus que les nouveaux venus du Oxford, et à la définition « officielle » parfois un peu timide…

Mais en réalité, a-t-on le réflexe d’ouvrir un dictionnaire papier pour découvrir ou vérifier la définition de mots si nouveaux ? Des mots et expressions largement expliquées dans des espaces numériques gratuits fort bien documentés au premier rang desquels on retrouve le fameux projet encyclopédique Wikipedia. Pour le mot « Geek » par exemple, si la définition du Larousse reste très limitée voire incomplète, Wikipedia permet faire la différence entre « geek » « technophile » et « nolife ».

Source (2 min de lecture)

Cadeaux de Noël : La High Tech a ses favoris

Qui du mobile, de l’écran plat ou de la console de jeux aura la préférence du Père Noël cette année ? Selon le Cabinet Gfk, le mobile standard devrait obtenir la palme alors que le smartphone (mobile capable de remplir les fonctions d’un petit ordinateur : navigation internet, mail, jeux vidéo, calendriers et autres agendas) devrait être dans le Top 10. Mais c’est la console de jeux qui devrait prendre la seconde place de ce classement. Viennent ensuite l’écran plat (la coupure imminente de la TV analogique devrait booster les ventes), l’appareil photo numérique (APN), le baladeur audio-vidéo, le PC portable, le fameux smartphone, le lecteur/enregistreur de DVD, le disque dur et le cadre photo numérique.

Rien de très original… Cette fin d’année reste assez classique et je remarque surtout qu’en cette période de fêtes 2009, aucun produit star ne laisse imaginer la moindre rupture de stock ! Cette année, point de folie Wii ou d’hystérie iPhone, point d’innovante Wii-Fit ou de nouveaux cadres photos numériques… rien que du classique, du réchauffé quoi. Petite « consolation » tout de même : la souris 100% tactile d’Apple, sortie fin octobre, est de plus en plus difficile à trouver, les clients se ruant littéralement sur ce « petit » cadeau  à 69€…

Plus d’infos à la Source (1 min de lecture)

La Playstation entre dans l’armée

La marine britannique vient de faire l’acquisition de 250 Playstation Portable (PSP) destinées aux matelots qui s’apprêtent à intégrer l’école d’ingénieur de l’armée. « Sur la plupart des vaisseaux, l’espace est plutôt réduit. Nombreux sont ceux qui n’ont que quelques dizaines de centimètres au dessus de leur couchette » a déclaré le lieutenant Mark Williams. Voilà pourquoi la console de Sony est parfaitement adaptée aux révisions de mathématiques et physique lors de missions au large.

Le but de la manoeuvre est clair : réduire la durée de formation, augmenter le taux de réussite et ainsi faire baisser les coûts de formation. En cas de succès, l’expérience sera étendue à d’autres corps.

Notons enfin que la PSP ne sera pas bloquée et permettra aux militaires de jouer à leurs jeux préférés.

L’US Army est elle aussi connue pour donner aux jeux vidéo une place de choix dans la formation de ses recrues. Toujours dans le domaine militaire, et toujours aux Etats-Unis, les jeux vidéo et la réalité virtuelle sont depuis plusieurs années utilisés pour traiter le traumatisme des soldats de retour d’Iraq.

Source

Le portrait simiesque de Michelle Obama embarrasse Google

Ce n’est pas la 1ère fois que Google Image (moteur de recherche spécialisé dans les images) présente des résultats surprenants voire gênants. Si les américains connaissent le phénomène notamment à travers le terme « jew » (juif) qui mène prioritairement vers des images caricaturales ou antisémites , en France il suffit de taper « Ikea » pour avoir en 1ère page, plusieurs détournements pornographiques du logo…

Une nouvelle image relance la polémique autour de l’indexation de Google : en effet, si l’on tape les termes « Michelle Obama » dans Google Image, les 1ers resultats (1ère photo sur le site américain, seconde photo sur le site français) présentent un portrait simiesque de la 1ère dame… Prétextant des risques de virus, Google avait réagit la semaine dernière en retirant carrément le cliché de ses résultats. Mais il a fallu peu de temps pour que la photo réapparaisse… une nouvelle fois dans les 1ers résultats. Google dit ne pas vouloir retirer le portrait mais se justifie : « Parfois, nos résultats de recherche peuvent être choquants. » Mais seule une violation des règles techniques ou légales peut pousser le moteur de recherche à renoncer à la neutralité et l’exhaustivité de ses résultats qui sont assurées par un algorithme utilisant des milliers de facteurs. Google confirme donc qu’il n’est pas édieur des contenus qu’il indexe; en dehors des raisons pré-citées, le géant de Mountain View n’a donc aucune raison de modérer les pages de ses résultats.

D’autres infos à la Source (2 minutes de lecture)

Grippe H1N1 : Les pharmacies en ligne plébiscitées

L’épidémie de grippe A monte en puissance en France et les internautes sont de plus en plus nombreux à faire appel aux pharmacies en ligne. Sophos, société de sécurité informatique, constate que les ventes de Tamiflu explosent sur le Net et particulièrement en France où le médicament est normalement vendu sur ordonnance.

Le business de la grippe A génère des millions d’euros et ce phénomène modifie sensiblement le contenu des spams qui envahissent nos boîtes de réception. Car c’est bien ainsi que les pharmacies en ligne font leur promotion : le spam, ce courrier indésirable qui vous propose le plus souvent de rejoindre un casino en ligne, de gagner votre vie depuis votre fauteuil ou bien d’améliorer votre sexualité en prenant quelques pilules… Autre stratagème : En laissant sur les blogs et forums des milliers de liens menant vers les pharmacies illégales, des pirates réussissent à manipuler les moteurs de recherche (Google, Yahoo!,…) en faisant remonter ces sites pharmaceutiques en haut des pages de résultats.

Si ce type de stratégie finance des réseaux de cyber-criminels, en ce qui concerne la grippe H1N1, il est important de retenir que les médicaments achetés illégalement dans des pharmacies en ligne n’ont pas nécessairement la qualité, l’efficacité voire l’innocuité garantie par les pharmacies officielles. « Au mieux, ce médicament est inefficace, au pire c’est un produit contrefait ou mal dosé qui est dangereux pour la santé » a d’ailleurs déclaré François Paget, chercheur chez McAfee, éditeur des anti-virus et anti-spam éponymes

Interpole vient de fermer 70 sites de ce genre !

D’autres infos à la Source (3 min de lecture)

Simon’s cat : de YouTube à la librairie

Ses animations de quelques minutes font un carton sur YouTube (42 millions de vues tous films confondus) : mettant en scène un chat obnubilé par le bien-être de son estomac, la série de Simon Tofield fait rire les internautes du monde entier. Quelques jours avant Noël, les aventures du chat le plus connu du Web sont désormais accessibles au sein d’un livre qu’on trouvera chez tous les bons libraires…

Quelques exemples si vous ne connaissez pas

Fly guy (plus de 4 millions de vues)

Let me in (plus de 12 millions de vues)

TV Dinner (plus de 10 millions de vues)

Le livre est paru le 12 novembre 2009 aux Editions du Fleuve noir.

Pour en voir plus, foncez sur le site simonscat.com

D’autres infos à la Source (2 min de lecture)

Gestion de crise : eBay en panne en plein boum des achats de Noël

Samedi, sur le site de vente aux enchères eBay, « un problème technique dû à une soudaine hausse des offres en ligne (…) » a empêché un certain nombres de recherches d’aboutir… Un incident plutôt gênant à quelques jours de Noël : la période est très importante pour tous les vendeurs, particuliers ou professionnels, de plus en plus nombreux à rejoindre eBay. En novembre 2009, le nombre d’articles en vente a crû de 33% par rapport à la même période l’année dernière ! 200 millions d’articles sont en ce moment indexés par le site d’enchères ! Le moment est d’autant plus crucial qu’aux Etats-Unis, les 5 jours qui précèdent la fête de Thanksgiving marquent le lancement des achats de Noël. [Aparté : En France, l’engouement pour l’e-commerce et l’utilisation de sites comme eBay, PriceMinister ou LeBonCoin se vérifiera dans les jours qui viennent. Le CyberMonday c’est d’ailleurs aujourd’hui : ce lundi marque le départ d’une période de promotions proposées par plus de 205 cyber-marchands.]

eBay s’est excusé et Lorrie Norrington, présidente des sites marchands d’eBay, s’est engagée à « évaluer l’impact économique » de cette panne ! Le site supprimera le coût de référencement des objets concernés par le bug et « dédommagera comme il faut les vendeurs ».

Une gestion de crise à 1 000 kilomètres de celle d’Orange confrontée depuis quelques jours à de gros problèmes de facturations astronomiques… Si Orange a mis plusieurs jours à réagir, il n’a fallu que quelques heures à eBay. Ce dernier s’est excusé auprès de ses utilisateurs, les a remerciés pour leur patience et a promis un dédommagement aux vendeurs ! Orange au contraire réagit tardivement, se soumet timidement aux exigences de l’ARCEP (gendarme des télécom), et reste très vague sur les modifications qu’elle mettra en place dans ses futurs abonnements… Je n’ai pas entendu Orange s’excuser sur 2 points au moins :

Son système d’alerte en cas de dépassement de forfait ne fonctionne pas ! L’opérateur s’est tout de même gaussé d’avoir envoyé un mail d’avertissement une fois que le compteur de l’abonné avait atteint… 12 000€ !

– Les conditions générales de ses contrats sont incompréhensibles. Les termes généralement utilisés restent extrêmement flous pour la plupart des consommateurs : forfait data, illimité, 3G, Wifi, Hotspot,…

Source sur eBay

Envoyé Spécial : l’échec programmé de la loi Hadopi ?

Quelques heures avant la diffusion du sujet intitulé « Cinéma et musique sur internet, la fin des hors-la-loi ? », j’étais un peu inquiet quant à l’objectivité des auteurs. Je proposais d’ailleurs de voir ou revoir 2 reportages totalement orientés qui pouvaient donner une idée des sentiments des journalistes de télévision vis à vis d’internet…

Mais surprise, le reportage proposé par Envoyé Spécial jeudi dernier était plutôt objectif. L’a priori qui voudrait que le piratage de CD et films soit à l’origine d’un effondrement des industries musicales et cinématographique a en partie été battu en brèche !  Tout n’est pas si simple. Les jeunes continuent de dépenser pas mal d’argent pour la musique : l’industrie du disque ne représente pas à elle seule l’industrie musicale comme voudraient nous le faire croire les Majors… Le cinéma se porte plutôt pas mal et les gros blockbusters, ceux qui sont le plus téléchargés, sont aussi ceux qui rapportent le plus d’argent… et plus que jamais : Wolverine et Bienvenue chez les ch’ti en sont 2 exemples.

Le sujet de France 2 soulève ainsi de bonnes questions : le prix élevé des cd et dvd, les marges astronomiques de l’industrie du disque, les modifications de nos modes de vie, l’émergence du streaming,… même si le temps qui leur est consacré ne permet pas un éclaircissement complet. Et puis manquent tout de même à l’appel certaines questions pourtant essentielles : Pourquoi les Majors n’ont jamais véritablement encouragé les nouveaux usages (VoD, streaming,…) ? Pourquoi les Maisons de disques n’ont-elles jamais voulu croire au succès du MP3 ? Pas grand-chose non plus sur les nouvelles dépenses des ménages (Box internet, Mobile, Consoles de jeux, jeux vidéo, plasma,…) qui se sont déplacées vers l’innovation et la nouveauté éloignant du même coup les consommateurs d’un secteur campant sur ses mécaniques industrielles, marketing et commerciales vieilles de plusieurs dizaines d’années. L’idée du partage est-elle nouvelle sur le web ou remonte-t-elle à ses origines ? Bref, comment en est-on arrivé à un tel succès du téléchargement illégal ?

Je ne m’étends pas d’avantage mais si vous voulez mon avis sur Hadopi, vous le découvrirez en lisant les quelques billets qui abordent le sujet et notamment celui-ci qui fait un point sur Hadopi, le CD, le DVD et le Blu-ray.

Pour ceux qui n’ont pas vu l’émission, la voici en 5 parties. Il me semble d’autre part qu’Envoyé Spécial abordera un sujet qui touche de près internet dans une quinzaine de jours. Enfin, vous pouvez toujours revoir Envoyé Spécial sur Facebook.

NB : je vous aurais bien encouragés à aller voir ou revoir le sujet sur le site d’Envoyé Spécial (catch up TV) mais il n’y figure pas… alors que les autres reportages de la soirée y sont bien visibles…

1990-2009 : Les 10 événements qui ont marqué le Web

En attendant d’annoncer en avril prochain les Webby Awards qui récompensent chaque année les meilleures initiatives du Web (Actualité, publicité, vidéo,…), l’Académie Internationale des arts et des sciences numériques vient de désigner les 10 événements qui ont marqué le Web ces 10 dernières années.

1. Craiglist (2000) s’étend aux Etats-Unis. Craiglist n’est pas connu en France, mais il s’agit d’un site de petites annonces régionalisées qui connaît un énorme succès outre-Atlantique. C’est un peu leur BonCoin.fr à eux mais qui s’est développé sur 50 pays.

2. Lancement d’AdWords (2000), le système de lien publicitaire que chacun (entreprise ou particulier) peut acheter aux enchères. Quand un internaute entre un mot-clé que vous avez acheté dans le moteur de recherche de Google, un lien menant vers votre site apparait en haut de la page, dans un espace réservé aux liens commerciaux (sur fond jaune en haut et fond blanc à droite). ce système a fait la fortune de Google et de ses fondateurs : lorsque le lien apparaît à l’écran, l’annonceur ne paie rien, c’est lorsque l’internaute clique sur le lien commercial que Google facture l’annonce (quelques centimes de $) au détenteur du lien.

3. Wikipedia (2001), le projet encyclopédique en ligne gratuit rédigé et corrigé par les internautes eux-même. Avec ses 14 millions d’articles et ses 300 millions de visiteurs mensuels, Wikipedia a été adopté par les étudiants du monde entier. Un phénomène qui adonné un sacré coup de vieux aux encyclopédies classiques (Universalis, Encyclopaedia Britannica,…) et numériques comme Encarta qui a récemment mis la clé sous la porte. Wikipedia soulève cependant un certain nombre de critiques de la part de détracteurs peu enclins à faire confiance à la « sagesse des foules ». On en parle régulièrement dans les page d’ASLN.

4. La disparition de Napster (2001). Et oui, dans le passé, pour télécharger de la musique gratuitement, il fallait se connecter à Napster. C’était illégal mais plus simple à maîtriser pour des Majors qui étaient loin de croire au succès du MP3 ! Napster a dû fermer et le système de Peer to Peer (P2P) s’est développé : l’internaute ne télécharge plus des fichiers stockés sur un serveur (Napster) mais stockés sur les milliers de PC interconnectés par le biais d’une application de P2P. Chacun met à disposition du monde entier ce qu’il a lui-même téléchargé !

5. Google entre en Bourse (2004). En 2009, Google est capitalisée à hauteur de 200 milliards de $. Une somme difficile à appréhender. La fortune de Google s’est construite sur la vente de liens publicitaires : AdWords et AdSense. Je rappelle que Google n’ a pas construit son business sur ses contenus car le moteur de recherche n’en possède pas ! Google « se contente » d’indexer tous les contenus créés par les autres… L’idée étant biensûr d’indexer le mieux possible pour que l’internaute trouve toujours réponse à ses questions… et le plus vite possible. Enfin, cet état de fait est sensiblement en train de changer car Google stocke maintenant des contenus : Des vidéos sur YouTube, des articles sur Knol (concurrent de Wikipedia), des données sensibles (documents personnels ou professionnels) à travers Google Docs et ses services d’application en ligne. Mais ne nous trompons pas, le coeur du business de Google reste la vente de liens publicitaires… avec désormais en ligne de mire le marché des publicités sur l’internet mobile.

6. La révolution vidéo menée par YouTube. 20 heures ! Voilà la quantité de vidéo envoyée chaque minute sur les serveurs de YouTube. Un phénomène qu’avait anticipé Google en rachetant le site pour 1,65 milliards de $ alors que le service ne rapportait pas un cent ! Et coûtait même déjà une petite fortune en bande passante et en serveurs. On peut d’ailleurs affirmer sans risque que si Google n’avait pas racheté le site, ce dernier n’existerait plus ! Google tente aujourd’hui de monétiser cette colossale quantité de contenus (pub en bas des vidéos,…) mais avec peu de succès pour l’instant. Peu importe ! Google peut se permettre un gouffre financier (2 millions de $ par jour selon certains analystes) comme YouTube. Quand M. ToutLeMonde aura YouTube dans son salon et plus seulement sur son PC, quand YouTube proposera des contenus à haute valeur ajoutée payants ou générant des revenus publicitaires (films, documentaires,…) alors Google récoltera les fruits de ses investissements.

7. Facebook pour tous. Réservé aux étudiants jusqu’en 2006, le réseau social aux 300 millions de membres a modifié les comportements de plusieurs générations qui utilisent chacune à leur manière l’outil communautaire. On en parle souvent dans ASLN.

8. Le lancement de l’iPhone (2007). Encore une fois, Apple a réussi à réinventer un produit et les comportements qui vont avec ! 1er smartphone à offrir une vraie expérience du web mobile (même affichage et même navigation que sur un PC Mac). 1er appareil mobile tactile… vraiment tactile ! Un touché encore inégalé, une réactivité hors norme en font un appareil exceptionnel. Enfin, le haut niveau de personnalisation de l’iPhone réalisable grâce aux 100 000 applications (gratuites ou payantes) téléchargeable sur l’AppStore est probablement un élément décisif dans le succès de l’éco-système iPhone. Comme toujours, Apple a surpris le consommateur et la concurrence en anticipant les usages et les besoins. Un exploit visionnaire déjà réalisé avec l’apparition de la souris, l’apparition et la disparition des lecteur de disquettes et de DVD, le lancement de l’iPod à l’ergonomie jamais égalée ou l’élaboration de l’iTunes Music Store ! Le monde des technologies ne s’est pas privée de critiquer l’iPhone (distribution exclusive, téléphone trop cher, incompatibilité flash, pas de SMS ni de MMS, système de l’AppStore fermé et opaque,…) mais le fait est que les plus grands n’ont d’autres choix aujourd’hui que de… copier ! Micosoft (Windows Mobile et maintenant Windows Phone), RIM (Blackberry), Google (Androïd), Nokia, Dell et tous les autres font marcher la photocopieuse et tentent de rattraper leur retard technologique et marketing. Une concurrence vertueuse pour le consommateur : Si Apple a réveillé l’internet Mobile qui sommeillait profondément en France, la marque à la Pomme a fait réagir la concurrence tant du côté des opérateurs que des fabricants. Un phénomène qui a sérieusement tiré les prix vers le bas… y compris celui de l’iPhone.

9. La campagne présidentielle américaine (2008). La dernière campagne présidentielle a révélé un président qui a su exploiter le potentiel d’internet. Tant pour mobiliser les foules que les donateurs. Facebook et YouTube ont pour cela joué un rôle déterminant. Obama aime internet et internet le lui rend bien. On en parle régulièrement dans les pages d’AujourdHuiSurLeNet.

10. Les manifestations iraniennes (2009). Les élections présidentielles iraniennes ont donné naissance à des manifestations violemment réprimées. Les médias traditionnels ayant été écartés, les manifestants se sont tournés vers les nouvelles technologies de l’information et de la communication : échange d’infos et envoi de vidéos par mobile, utilisation d’internet et de Twitter. Le site de micro-blogging a alors bénéficié d’un coup de projecteur inédit en France où il est bien moins connu que Facebook par exemple. Bref, Twitter a permis au monde de suivre les événements iraniens. Twitter se prête d’ailleurs très bien aux événements inattendus de grande envergure : déchaînement climatique, tremblement de terre, manifestations privées de couverture madiatique, crash aérien,… Il permet une circulation rapide de l’information que ce soit à l’attention des populations ou des secours.

Il n’y a rien à dire, les événements pré-cités méritent de figurer dans l’Histoire d’internet mais la dimension internationale, censée être incarné par l’Académie à l’origine de ce « classement », a totalement été exclue.  On peut même dire que les événements ainsi consacrés sont 100% américains ! On peut en déduire que les américains ont un sérieux problème d’égocentrisme ou bien que les nouveaux usages s’imaginent, s’inventent, se concrétisent et se développent avant tout dans un petit coin de l’Ouest-américain qu’on a coutume d’appeler la Silicone Valley…

Source 1 (3 min de lecture) et Source 2 (1 min de lecture)

317 km/h sur l’autoroute, une vidéo sur YouTube. Que fera la police ?

Il existe maintes manières de se créer, entretenir ou améliorer une réputation sur le Web. YouTube fait partie de ces nouveaux vecteurs…pour le meilleur et pour le pire. Ce fou du volant n’a donc rien trouvé de mieux que de se filmer en train de rouler à 317 km/h sur l’autoroute, narguant du même coup quelques policiers qui ne vont rien voir du triste exploit…

L’homme se filme. Son visage apparaît à plusieurs reprises comme celle du passager d’ailleurs… son prénom est par ailleurs cité. La marque de la voiture et le lieu sont assez reconnaissables. Alors que va-t-il se passer ? Les 2 hommes se feront-ils arrêtés comme ce motard qui s’est filmé à 210 km/h en Grande Bretagne ? Les paris sont lancés.

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

Source

 

%d blogueurs aiment cette page :