J-4

Je ne sais pas si campagne présidentielle aura été plus médiatisée que celle à laquelle nous assistons en ce moment… depuis notre bon vieux continent. Vous avez trouvé la campagne de Sarkozy innovante ? Penchez-vous sur celle d’Obama, vous risquez d’être surpris. Internet et les nouvelles technologies n’y sont évidemment pas pour rien. Chacun y a dépensé des millions de $, histoire d’entretenir le buzz, un vrai concours de muscles médiatique finalement assez bien résumé dans cette vidéo.

Une autre façon de le dire…

Sur ASLN, je propose modestement à tous ceux que ça intéresse de découvrir comment le monde change et comment internet et les nouvelles technos modifient nos valeurs. Mais moi j’ai 35 ans et j’ai beau passer des heures avec des ados histoire de mieux comprendre leurs nouveaux usages, mes mots ont 35 ans. Alors je discute, interroge, lis, étudie… et je me rends compte qu’il ne faut pas nécessairement avoir plus de 40 ans pour avoir « du mal à suivre le changement ». La jeune génération voit bien elle aussi que le monde change vite, très vite. Le rappeur OrelSan se charge de nous le faire comprendre avec ses mots de moins de 35 ans. Réactionnaires les jeunes ?

 

Publié dans Musique, Sociologie, vidéo. Étiquettes : , , . Leave a Comment »

Knol est accessible en français

En Juillet dernier, Google lançait Knol, une encyclopédie collaborative en ligne concurrente de Wikipédia. La différence avec cette dernière est importante selon les responsables de Google : Sur Knol les auteurs signent leurs articles ce qui est forcément plus responsabilisant que le principe de l’anonymat promu par Wikipédia. Si les articles de Knol peuvent être annotés et commentés, seuls leurs auteurs respectifs peuvent réellement compléter ou corriger leur prose (plusieurs auteurs déclarés peuvent cependant contribuer à un unique article). Autre différence, et pas des moindres : Knol contient des annonces publicitaires (fond de commerce de Google) qui doivent contribuer à la rémunération des auteurs qui acceptent ce principe (pas de pub sur l’article = pas de rémunération).

Difficile de savoir si les 2 projets encyclopédiques sont concurrents ou complémentaires. Le fait est que Knol, malgré un succès mitigé aux Etats-Unis (stagnation du trafic, articles incomplets critiqués,…), propose désormais des contenus en français, arabe, espagnol, portugais, coréen, italien et allemand.

Publié dans Comparatif, web 2.0. Étiquettes : , , . 1 Comment »

Les notaires « s’électronisent »

Les Notaires peuvent désormais proposer une version totalement électronique de leurs actes authentiques : le contenu, la signature et le stockage ! Typiquement, lors de la vente d’un appartement, vendeurs et acheteurs se rendront toujours chez le notaire. La lecture de l’acte (parfois fort long) est désormais faite sur un écran (chacune des parties en a un) et la signature est effectuée électroniquement sur une tablet-PC ! Plus de papier et le stockage est centralisé dans le « minutier » électronique des notaires ! Les signataires peuvent ensuite récupérer une copie papier ou se contenter d’une version électronique expédiée par mail.

Sur 8 741 notaires, seuls une quarantaine proposent ce service. L’équipement nécessaire (écrans, tablet-PC,…) prendra un peu de temps, mais la révolution est lancée.

Le Service Public se dématérialise; on peut déjà porter plainte via internet, télécharger des documents officiels (extraits de casier judiciaire, formulaires prud’homaux,…), déclarer sa situation aux assedic, etc. Un portail doit d’ailleurs bientôt être proposé par le Ministère de la Justice : récupérer une décision de justice civile, commerciale ou pénale sera alors simplissime.

Quel décalage avec la loi Internet et Création qui prévoit de couper l’accès à internet à toute une famille dont l’un des enfants a téléchargé ses musiques illégalement !! D’un côté, l’Etat dématérialise ses ressources pour une meilleure fluidité de service et de l’autre il coupe tout accès à ceux-là. Le gamin a téléchargé ? Le parent ne pourra plus demander le moindre acte  judiciaire… sauf à reprendre son téléphone (si il fonctionne encore…) ou à se déplacer en voiture (Borloo va être content). Je m’emporte et je ne veux pas me retrouver hors-sujet… Je pense que je consacrerai un billet à toutes ces incohérences une fois que la loi Internet et Création sera votée.

D’autres infos à la Source (2 min de lecture)

Débat sur l’Hadopi… suite

Ca avance… dans le bon sens je ne sais pas mais ça avance. Le Sénat a finalement voté contre l’idée qu’une amende pourrait remplacer la coupure de l’accès à internet (297 voix contre 15). Cependant, la coupure ne pourra être que partielle. Le mail par exemple resterait accessible. Quant à l’accès au téléphone et à la TV dans les offres Triple Play, la loi prévoyait déjà leur maintien même en cas de coupure internet. Ce dernier point est d’ailleurs vivement critiqué par Le sénateur Bruno Retailleau qui a déclaré : « Vous avez des zones où vous ne parviendrez pas à faire le tri entre les services télévision, téléphone fixe et internet, donc la suspension c’est discriminatoire ».

Il faut tout de même noter que :

– La durée minimale de suspension de l’accès à internet est passée de 3 mois (Projet initial) à seulement un mois.

– Un internaute présumé coupable qui désirerait prouver son innocence serait tout de même privé d’internet durant la procédure de recours. « Détail » important : le coût de l’abonnement reste dû pendant sa suspension.

Le texte doit maintenant être discuté par les députés de l’Assemblée Nationale en janvier ou février 2009.

Plus d’infos à la Source (2 min de lecture) et Source 2 (2 min de lecture)

Débat autour de l’Hadopi

Depuis le temps que la loi Internet et Création n’est à l’état que de projet, on ne peut que se réjouir de voir les débats commencer. Le projet est entre les mains du Sénat qui débat en ce moment même des enjeux de la loi. Point par point, confrontons les avis de chacun :

LA COUPURE COMME MOYEN DE REPRESSION

Projet du Ministère de la Culture : Le pirate présumé reçoit un 1er avertissement par mail. En cas de récidive, un courrier recommandé lui est adressé. 2ème récidive : la connexion à internet est coupée de 3 mois à un an. C’est le degré le plus répressif du principe dit de « riposte graduée ».

Débat : Coût et complexité des moyens techniques à mettre en oeuvre pour couper internet sans pour autant couper le téléphone et la TV des abonnés au Triple Play (Internet + TV + Téléphone)

Avis du Sénat : En lieu et place de la coupure jugée trop coûteuse et complexe, la Commission des Affaires Economiques propose une amende + ou – élevée selon la gravité du piratage. Le sénateur Bruno Retailleau a déclaré : « Vous avez des zones où vous ne parviendrez pas à faire le tri entre les services télévision, téléphone fixe et internet, donc la suspension c’est discriminatoire ». Avantages de l’amende : C’est plus lucratif pour la filière musicale et cela préserve la liberté des citoyens. La Commission des Affaires Culturelles a, elle, voté POUR la suspension de l’abonnement internet…

Réponse de Christine Albanel (Ministre de la Culture) : Le principe de l’amende renforce les inégalités entre ceux qui ont les moyens de payer et les autres.

 

LA RESPONSABILITÉ DU TITULAIRE DE LA CONNEXION

Projet du Ministère de la Culture : La riposte graduée vise le titulaire de la ligne internet utilisée pour télécharger illégalement.

Débat : Dans une famille, si c’est un des enfants qui télécharge, toute la famille sera privée de connexion. Idem pour un groupe de colocataires, idem si le petit-fils télécharge chez ses grands-parents qui sont largement dépassés par l’aspect technique de la chose. Pire, si un voisin malveillant utilise votre connexion Wifi pour télécharger sa musique ou ses films illégalement, c’est vous qui êtes responsable !! Pour le Ministère, le mail et le courrier recommandé d’avertissement sont là pour prévenir le titulaire de la connexion. Ce dernier est censé avoir sécurisé son PC et l’accès à internet.

Avis du Sénat : La sécurisation d’un PC n’est pas si simple que cela… Le Sénat aimerait donc que les FAI fournissent à leurs abonnés des logiciels référencés par l’Hadopi. L’abonné mis en cause par l’Hadopi malgré l’installation des dits-logiciels pourra être dégagé de toute responsabilité.

 

LE FILTRAGE DES RESEAUX

Projet du Ministère de la Culture : Sur demande d’un tribunal saisi par un ayant-droits, les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) auraient l’obligation de filtrer ou suspendre l’accès aux contenus incriminés.

Débat : Les FAI se sont toujours prononcés contre ce principe. Les fournisseurs doivent rester neutres; ils n’ont pas à filtrer internet. Ce type de « filtage a posteriori » est prévu dans la loi pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN) pour couper l’accès à des contenus pédo-pornographiques ou pro-ana par exemple. Mais dans le cadre de la loi Hadopi, ce filtrage est au service d’une catégorie professionnelle précise : les ayant-droits. D’autres catégories pourraient alors légitimement réclamer un filtrage qui leur serait dédié.

Avis du Sénat : La Commission des Affaires Economiques considère ce dispositif trop coûteux, intrusif et pas très efficace. Quant à la Commission des Affaires Culturelles, elle ne veut pas entendre parler de notion de filtrage. Le Sénat défend ainsi les arguments des FAI.

 

LA MISSION DE LA HAUTE AUTORITÉ POUR LA DIFFUSION DES OEUVRES ET LA PROTECTION DES DROITS SUR INTERNET (HADOPI)

Projet du Ministère de la Culture : L’Hadopi est l’autorité administrative qui gérera le processus de « riposte graduée » : mail d’avertissement, courrier,…

Débat : L’Hadopi se substitue à l’autorité judiciare. C’est une volonté du Gouvernement qui souhaite ainsi affranchir les procédures des lourdeurs administratives.  Les eurodéputés se sont récemment prononcés contre ce court-circuit de la Justice déclarant « qu’aucune restriction aux droits et libertés fondamentales des utilisateurs finaux ne doit être prise sans décision préalable de l’autorité judiciaire »

 

LA CONTREPARTIE

Projet du Ministère de la Culture : En réponse à ces moyens de prévention et de répression, l’Etat doit inciter les ayant-droits à sérieusement développer l’offre de contenus légaux (musique, cinéma, séries,…). Les DRM (Digital Right Management) qui limitent l’utilisation des fichiers musicaux légalement téléchargés doivent disparaître dans l’année qui suit le vote de la loi.

Débat : la loi doit-elle obliger ou inciter les ayant-droits à développer et améliorer leurs offres ?

L’avis du Sénat : l’Hadopi pourrait créer un label facultatif qui pemettrait de distinguer les bons sites de téléchargement. La Commission des Affaires Culturelles aimerait d’autre part une révision de la chronologie des médias. Aujourd’hui, un film n’est disponible en VoD (Vidéo à la demande) qu’un mois et demi après sa sortie en DVD ou Blu-ray. Pour limiter le piratage, le Sénat voudrait que les sorties DVD et VoD soient simultanées. 

Pour en savoir plus :

Dossier de 01net.com (6 min de lecture) / Technaute (3 min de lecture) / lexpansion.com (1 min de lecture)

Trop fort Obama !!

Aux Etats-Unis, il est clair qu’internet, les nouvelles technologies et le monde virtuel en général auront  joué un rôle non négligeable dans la campagne présidentielle qui touche à sa fin. Les équipes de Barack Obama ont d’ailleurs prouvé qu’elles maîtrisaient parfaitement les nouveaux outils de la communication et de l’information qui se sont révélés être de fantastiques dispositifs de campagne : De l’affiche « Hope » au site officiel, du concours de vidéos virales aux parodies en tout genre, des clips musicaux aux spots assassins, des annonces publicitaires intégrées aux jeux vidéo aux réseaux de blogueurs influents, tout ce qu’internet offre à un candidat en contact avec les valeurs des citoyens-internautes a été exploité de belle manière par le camp Démocrate. Si les Républicains ne sont pas en reste, il faut reconnaître qu’Obama a fait le buzz. Il est d’ailleurs assez clair que le dernier spot « obamesque »  (celui qui fait l’objet de ce billet) va faire un carton. Souvenez-vous, il y a 8 ans (déjà ?!), Budweiser réalisait le spot « Whassup ? » (« Quoi de neuf ?) et créait du même coup l’un des films publicitaires les plus célèbres et viraux de la planète. 8 années plus tard donc, les comédiens et leurs « gamineries » communicatives reprennent du service au nom du « Changement » et pour le plus grand plaisir des internautes qui sont près de 1 600 000 à avoir visionné la vidéo sur YouTube en 48 heures !! Trève de parlotte, savourez : crise financière, drame des subprimes,  chômage, sécurité sociale, gestion des catastrophes naturelles, guerre en Irak, tous les thèmes de campagne sont ici subtilement évoqués. FA-BU-LEUX !

%d blogueurs aiment cette page :