.tel fait sa pub

A la fin du mois de mars, un nouveau nom de  domaine est apparu, le .tel. Il vient s’ajouter aux nombreux autres noms de domaine que l’on connaît déjà : .fr, .com, .net, .org, .biz, .eu, etc qui permettent de qualifier ou catégoriser chaque site internet disponible sur la Toile. Le .fr permet de savoir que tel site a une relation avec la France ou la langue française; bref, que le site est en français. Le .org que le site est un organisme à but non lucratif, etc. A chaque extension est attribué un domaine particulier : eu = europe, biz = business, .gouv = gouvernement,… Le .eu, apparu il y a peu, permet d’identifier les sites qui sont rattachés à l’Europe. Bref, le .tel a fait son apparition il y a quelques jours. Cest un domaine restreint puisqu’il ne peut concerner qu’une page d’informations personnelles : téléphones professionnel, perso, adresse mail, etc. L’idée est de simplifier l’échange de « carte de visite » que le contexte soit professionnel ou personnel.

N’étant pas un technicien, ma 1ère question est : quid des Jean Dupont qui se comptent par milliers en France ? Sachant qu’il ne peut y avoir qu’un « Jeandupont.tel » et qu’un « jean.dupont.tel ». La réponse est : 1er arrivé, 1er servi !! Mauvais point. Une situation que j’ai déjà personnellement vécue : j’ai voulu créer une adresse mail pour ma fille de 2 ans en me disant que là aussi, le 1er arrivé est le 1er servi. Mauvaise surprise : chez mon fournisseur d’accès, toutes les combinaisons étaient déjà réservées ! Avec un point, un tiret, tout attaché, pas moyen de créer une adresse mail à ma dernière. Alors je peux essayer de créer une adresse chez Google, Yahoo! ou d’autres mais certains services se méfient des adresses mail gratuites qui peuvent être créées par milliers par des pirates en tout genre. Les adresses rattachées à un fournisseur d’accès (payant donc) sont en général un peu plus dignes de confiance.

D’autres observateurs plus techniques se sont empressés de faire remarquer que les données d’un .tel sont loin d’être à l’abri des pirates toujours à la recherche de données personnelles : codes d’accès trop simples, sécurisation des serveurs très insuffisant,…

Malgré ces points négatifs, je vous propose de découvrir le spot publicitaire proposé par .tel qui évidemment n’aborde pas les aspects cité ci-dessus. Non, la vision est là bien plus… romantique; mais ne manque pas d’humour.

Source

Tout savoir sur soi… ou sur les autres…

J’évoque souvent le problèmes des données personnelles et des traces qu’on laisse inévitablement sur le Web lorsqu’on s’y « promène »; que ce soit pour chercher une infos, réagir à une actu, s’inscrire à une news letter, s’inscrire à un réseau social, etc. C’est encore « pire » lorsqu’on se charge de parler de vous à votre insu : commentaire, photo taguée,… Pour tout savoir de votre actualité sur le Web, je vous suggère d’essayer 123people.fr. Entrez votre prénom et votre nom : le moteur se charge de fouiler les archives du Net : liens, blogs, photos, vidéos, actualité, téléphone, adresse, profils,… tout ce qui vous concerne sera présenté sur une page ou plus à travers des catégories (liens, vidéos, photos,…) clairement séparés. C’est le moment de vérifier si vous n’êtes pas nu sur le Net ! Rien n’empêche évidemment de tester une recherche avec le nom de ceux que vous aimez ou que vous n’aimez pas…

www.123people.fr

Les internautes français inquiets pour leur vie privée

Une enquête de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) révèle que 71% des français estiment que leur vie privée n’est pas assez protégée sur le Net. Ce taux atteint les 78% chez les 18-24 ans. C’est sur ce constat que s’ouvre jeudi à Strasbourg la 30ème conférence mondiale « informatique et liberté » (du 15 au 17 octobre). Des réseaux sociaux à Street View, de la loi « Internet et Création » (Hadopi) aux Rfid, notre vie n’est décidément plus privée… Si tout ça vous inquiète, rendez-vous sur le « forum des droits sur l’internet » lancé par la CNIL. Là, vous pourrez faire part de vos expériences et trouver des réponses aux questions du type « Puis-je contrôler mon identité ? », Pourquoi les autres s’intéressent-ils à ma vie privée ? », etc.

Plus d’infos à la Source (1 min de lecture)

Facebook est séduisant… Ayez confiance… N’ayez pas peur…

100 millions d’utilisateurs dans le monde pour 4 millions de comptes français : Facebook connaît un tel succès que chacun est en droit de se demander si les responsables de ce réseau social ne revendent pas ses informations personnelles (âge, sexe, sensibilité politique, religieuse, sexuelle,…) à des annonceurs, car le modèle économique de Facebook passe nécessairement par l’affichage de messages publicitaires au sein même des pages que les membres du réseau alimentent très (trop ?) librement. Mark Zuckerberg (fondateur de Facebook) et son équipe, de passage à Paris pour la mise en place de bureaux locaux, ont assuré que toutes les informations personnelles recueillies par Facebook restent confidentielles.

D’autres infos à la Source (1 min de lecture)

Le problème c’est que même si l’on admet que Facebook garde nos infos à l’abri de toute exploitation publicitaire, c’est loin d’être le cas des applications externes qui pullulent en général sur les réseaux sociaux. Une étude universitaire révélait avant l’été que 90% des 24 000 applications externes disponibles sur Facebook accédaient aux données personnelles inscrites sur le site ! Officiellement, un éditeur comme Slide (SuperPokeFunWall et Top Friend) n’exploitent ces données que pour mieux satisfaire les utilisateurs de ses applications…

A ce problème s’ajoute celui des usurpateurs d’identité. Ces voleurs de données sont capables de se faire passer pour vous, utilisant vos nom, adresse, numéro de carte bleue, etc,  à des fins peu glorieuses. Nombreux sont ceux qui en ont déjà fait les frais. Pour éviter les mauvaises surprises, Sophos, éditeur de solutions de sécurité, propose sur son site l’ensemble des paramètres de confidentialité que chaque membre de Facebook devrait appliquer.

On ne peut évidemment que conseiller un usage prudent de ses informations personnelles sur le Net. Mais comment résister à la tentation ? J’ai dernièrement testé la plate-forme musicale Airtist. Celle-ci permet de télécharger gratuitement et légalement les morceaux de Renaud, Daft Punk, Norah Jones et d’autres. Avant tout téléchargement, une inscription en règle est obligatoire. Qui dit inscription, dit donnée personnelles (nom, adresse, mail,…). Passée cette étape, j’avais le statut « Bronze ». Cherchant la signification de ce dernier j’ai découvert que je pouvais acquérir les statuts « Argent » ou « Or » en complétant ma fiche personnelle. La qualité de service du site étant proportionnelle à La préciosité du métal, Airtiste ne me propose rien d’autre que de payer ses services avec de l’information personnelle : plus je paie, plus j’en ai…

Mon “ex” nue sur internet

Aux Etats-Unis comme au Canada, de plus en plus d’adolescents s’envoient des photos de leurs corps nus; cela fait partie de ces nouveaux jeux de séduction très en vogue dans les collèges et lycées nords-américains. Mais ce phénomène a des conscéquences sérieuses voire graves. Si une jeune fille envoie des photos d’elle nue à son petit ami, il arrive souvent que celui-ci les fasse “circuler” histoire de “rigoler”. C’est encore pire lorsqu’il y a rupture car par vengeance, les photos se retrouvent souvent sur le Net, à la portée de millions d’internautes…

Même si l’auteur de la mise en ligne est retrouvé, ce qui n’est pas forcément évident, les photos peuvent s’être propagées à une vitesse folle et s’être multipliées à des milliers d’exemplaires. Les faire disparaître de la Toile est quasiment impossible.

Chez nous, les “affaires Manaudou et miss France 2008” sont assez symptômatiques d’un phénomène nouveau : Les photos étaient volontaires… Leur mise en ligne ou leur publication en revanche ont été motivées par de biens bas instincts…

Article intéressant de Technaute.cyberpresse.ca (3 min de lecture)

A quoi sert Facebook ?

Si vous vous demandiez à quoi pouvait bien servir Facebook, le réseau social le plus populaire du moment (près de 70 millions de membres dans le monde), une enquête américaine va peut-être vous répondre. En effet, celle-ci révèle qu’aux Etats-Unis, dans certains secteurs professionnels (marketing, communication, nouvelles technologies,…), plus de 50% des employeurs se rendraient sur la page Facebook des postulants à un travail dans leur société.

Il n’est pas impossible que le phénomène touche la France car les profils Facebook regorgent d’infos personnelles qui peuvent pour le moins permettre de départager 2 candidats aux compétences égales. Une nouvelle raison de soigner sa page Facebook.

Plus d’infos à la Source (2 min de lecture)

L’Europe veut brider les moteurs de recherche

Les autorités européennes viennent de voter un délai de 6 mois au-delà duquel les moteurs de recherche (Google, Yahoo!, Live Search, AOL…) doivent détruire les données personnelles collectées sur les internautes.

A ce jour, ce délai est de 13 mois chez Yahoo! et AOL, 18 mois chez Google et Microsoft

Ces données permettent de mieux cibler les campagnes publicitaires qui sont la source principale de revenus pour ces acteurs du Web. Hors de question pour Google et ses acolytes de renoncer aux traces que les internautes laissent sur la toile. C’est une véritable mine d’or…

C’est probablement un nouveau combat de titans qui commence. Procès fleuve, amende record à la “Microsoft”,… Le sujet fera certainement l’objet de prochains billets. A suivre donc.

Plus d’infos à la Source (2 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :