Publicité : Samsung brille, Microsoft trébuche (à nouveau)

Si vous résistez aux longs couloirs publicitaires qui « ornent » nos programme TV, vous aurez certainement remarqué la grosse campagne publicitaire de Microsoft pour son navigateur maison, à savoir Internet Explorer dans sa version 8. Des petits films sans saveur, mal interprétés et parfois même prenant le consommateur pour… un idiot ! Exemple : Cet homme qui nous explique en 8 secondes que la navigation « sans trace » lui permet de cacher sa quête d’un cadeau précieux pour sa bien-aimée sur internet…

Qui va croire ça ? Pourtant, Microsoft avait « osé » se rapprocher d’une réalité plus probable en diffusant le spot suivant… sur le net. Car non, les hommes et les femmes n’ont pas les même gouts numériques… et pour éviter le divorce l’incident diplomatique, la navigation sans trace peut s’avérer salutaire. (note : le spot, présent un temps sur les sites de Microsoft, a été retiré suite aux plaintes de certains internautes un peu choqués)

Microsoft n’a jamais brillé dans le domaine publicitaire. Sa communication a, ces dernières années, oscillé entre la pâle copie de ce que fait Apple la concurrence, l’humour incompréhensible , l’humour presque compréhensible et l’indescriptible flou humoristico-blockbusteresque…

Je me demande si la meilleure opération de communication de Microsoft sur notre sol ne serait pas la présence d’Internet Explorer 8… sur les boîtes de Speed rabbit !

Pour revenir à la dernière campagne TV de Microsoft, j’ajouterai que sa « médiocrité » saute aux yeux surtout quand on la compare à ce que propose les grands acteurs des technologies de l’information (je ne vous inflige pas ici la présence des autres spots IE 8 tous ratés; quant à la campagne « Moi, je suis PC » c’est encore pire, personne n’ayant pris la peine de caster de vrais comédiens…) . Jetez un oeil sur la campagne de samsung pour ses APN dotés de 2 écrans de contrôle. Un spot traditionnel certes mais bien moins coûteux que la bande-annonce d’Office 2010 et à mon sens bien plus créative et actuelle.

Pomplamoose reprend Lady Gaga et Beyoncé

J’imagine que vous avez à un moment ou un autre entendu parler du clip de Lady Gaga et Beyoncé récemment mis en ligne sur YouTube (video ci-dessous). La vidéo fait un carton (plus de 20 millions de vues en 1 semaine !) et les tabloïds se délectent des chamailleries de stars qui en ont découlées (Beyoncé n’apparaît qu’à partir de la 4ème minute : un rôle de faire-valoir assez peu apprécié de la chanteuse).

Le titre, Telephone, a déjà été repris, et de belle manière, par un duo original déjà évoqué dans ces pages : Pomplamoose. Le groupe spécialisé dans la VideoSong (clip dans lequel on voit tout ce qu’on entend et où l’on entend tout ce qu’on voit) vit de sa musique sans maison de disque et a d’ailleurs déjà refusé plusieurs offres de contrats.

Je suis fan de leurs vidéos, de leurs voix, de leur musique et vous propose donc de découvrir leur reprise de Telephone : Exit l’ambiance TarantinOliverStonienne du clip de 9 minutes original. Exit également, les tenues et postures lesbo-Gagaiennes des personnages. Place à l’intimité de 2 interprètes bourrés de talents qui s’éclatent dans leur appart-studio.

Pour ceux auquel le clip original aurait échappé :

iPad : la presse française peaufine ses contenus

Il y a quelques jours, Apple annonçait la sortie imminente de sa tablette, l’iPad(début avril aux E-U, un mois plus tard en Europe). Ce nouvel appareil qui servira autant de navigateur internet que d’eBook reader notamment (lire ce billet pour plus de détails) est une formidable opportunité pour la presse. Celle-ci pourra enfin légitimer des contenus numériques payants en créant une version iPad (ou tablette) de ses titres quotidiens, mensuels,… régionaux ou nationaux. Un moyen aussi de « relancer » ses Marques aujourd’hui totalement noyées dans les contenus illimités de Google News et des autres agrégateurs d’information.

Une légitimation possible qu’à travers l’innovation. Si L’Equipe, Voici, GEO, Le Monde, Le Figaro, Libération et d’autres ont évoqué une version spécifique de leur titre pour l’iPad, il ne suffira cependant pas d’en offrir une simple adaptation des versions pdf ou internet ! Je suis convaincu que le pari peut être gagné à condition que les « journaux iPad » aient une personnalité qui colle aux nouveaux usages tant sur le fond que sur la forme. Les journaux vont devoir proposer des contenus innovants, alliant texte, animation, 3D, Photos 360°, pom, vidéo, son, etc. Et tout ça à travers une interface tactile qui induit de nouvelles logiques dans le rapport homme-machine.

Et du côté de l’innovation, autant j’ai été impressionné par la démonstration (vidéo ci-dessous) effectuée autour du New York Times lors de la keynote de présentation (y’avait un côté journal d’Harry Potter assez magique) autant je suis littéralement scotché par la démonstation récente du journal WIRED ! Ce titre américain, certes spécialisé dans les nouvelles technologies, est ce que j’ai vu de mieux en terme de « journal tactile ». C’est clair : Wired veut changer le rapport que le lecteur entretient avec le journalisme ! La démo vidéo présentée ci-dessous réunit certainement tous les atouts de Wired sur iPad et il n’est pas certain de retrouver toutes ces fonctionnalités tant éditoriales que publicitaires lors de sa commercialisation dans moins d’un mois. Mais le ton est donné ! Tout ça ne fait que confirmer mon avis sur l’iPad et les tablettes en général.

La démonstration de Wired est en anglais mais souvent les images parlent d’elles-même…

La démo du NYT lors de la présentation de l’iPad aux journalistes (plus de démo dans ce billet)

D’autres informations à la Source (2 min de lecture)

MAJ 18 mars 2010 : Voici une belle initiative de contenus magazines entièrement habillés pour l’iPad. L’animation est ultra-léchée. C’est beau, ludique même si je préfère le potentiel de lecture non-linéaire de Wired pour iPad (voir plus haut). Comme le précise Mac4ever, le coût d’un tel habillage devrait dans un premier temps, rendre l’expérience assez rare dans la réalité. Regardez.

Vodpod videos no longer available.

Internet : Prix Nobel de la paix 2010 ?

Le prestigieux Prix Nobel de la paix récompense « la personnalité ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix » selon les volontés, définies par testament, d’Alfred Nobel. Cela comprend la lutte pour la paix, les droits de l’homme, l’aide humanitaire, la liberté. (Wikipedia).

Ce Prix ne récompense pas nécessairement une unique personnalité : Le lauréat 2009, Barack Obama, a seul reçu le prix; mais en 2007, Al Gore l’a partagé avec le GIEC; en 1999, le prix Nobel de la paix a été attribué à l’ONG Médecins Sans Frontière.

2010 sera peut-être une année un peu particulière car figure sur la liste des candidatures : INTERNET ! Le réseau des réseaux est en effet soutenu par un certain nombre de jurés qui estiment qu’« Internet est beaucoup plus qu’un réseau d’ordinateurs. C’est avant tout un réseau d’individus. Des hommes et des femmes de tous les coins du monde connectés les uns aux autres […]. La discussion, la participation et le contact avec les autres ont toujours été l’antidote la plus efficace contre la haine et le conflit. « 

Cet « événement »  a immédiatement été relayé par divers intervenants sur la Toile. Le site Internet for peace encourage les internautes à créer une vidéo expliquant en quoi Internet véhicule et suscite la paix dans le monde.

Voici d’ailleurs la vidéo d’introduction à ce « mouvement » :

La liste des « nominés » est généralement secrète mais 01.net rapporte que des fuites laissent penser que certaines personnalités-clés d’internet seraient elles aussi en compétition cette année : Tim Berners-Lee (papa du World Wide Web, le fameux www), Larry Roberts (à l’origine d’Arpanet, le 1er réseau à transfert de paquets créé aux E-U par la DARPA) et Vinton Cerf (inventeur du protocole TCP/IP).

Si vous désirez participer au mouvement de lobbying en faveur d’internet, rendez-vous sur le site Internet For Peace et envoyez-leur votre film. Pour voir les films proposés et voter pour le meilleur, c’est à cette adresse.

Cette « nomination » un peu hors-norme me rappelle l’initiative éditoriale du Time magazine qui, en décembre 2006, a nommé personnalité de l’année : VOUS (YOU). Parce que cette année-là, le Time Magazine a considéré que le web participatif et collaboratif (le web 2.0), star des nouveaux usages, n’était possible qu’à travers une prise de contrôle des internautes eux-même. Sans eux, lecteurs, blogueurs, forumeur, commentateurs, contributeurs, up-loader, etc… point de richesse, point d’éclectisme, point de liberté sur le Web. Pour le Time, en 2006, l’internaute a pris le contrôle du monde de l’information, ce monde dans lequel il vit. Ce constat lui vaut donc à l’époque d’être désigné personnalité de l’année.

La Sorbonne dans son iPod, c’est possible avec iTunes U

Aux Etats-Unis, il est possible depuis plusieurs années, de profiter des cours magistraux donnés dans l’amphithéâtre de certaines Universités et ce, depuis n’importe où sur la planète. StanfordHarvard en passant par le MIT(Massachusetts Institute of Technology), n’importe qui peut suivre certains cours de haut niveau grâce à la technologie du Podcast. Il suffit d’un PC et d’une connexion internet pour télécharger voire s’abonner à ces cours. Disposer d’un iPod rend le service encore plus puissant; pouvoir profiter de tels contenus en toute mobilité (trajet vers le bureau,…) est idéal. Le problème c’est que même si ces contenus sont accessibles depuis notre pays, ils sont en anglais…

Quid des Universités françaises ? Certaines d’entre elles sont très en pointe quant à l’utilisation des nouvelles technologies. L’Université de Lyon 2 fait partie de celles-là. Les étudiants y bénéficient de cours enregistrés voire filmés. Et leur site internet est une vraie plateforme d’aide pour leurs études. Les contenus mis à disposition du grand public restent cependant assez rares. Et ce constat est bon pour toutes les Universités et grandes écoles françaises. Les contenus (cours, conférences, débats, Interviews…) universitaires existants sont eux accessibles grâce à iTunes U. La plateforme de téléchargement d’Apple qui connaît un grand succès dans la vente de musique numérique propose un espace nommé iTunes U. On y trouve quantités de cours américains et anglais mais certains établissements français sont présents : Université de Lyon 2, HEC (anglais), l’Université populaire du Musée du Quai Branly, Université de Nice Sophia Antipolis, l’Université de Paris Descartes, l’Ecole Normale Supérieure, Le Collège de France… et depuis peu, La Sorbonne. Il existe par ailleurs des contenus francophones du côté des Université de Montréal, de Lausanne , etc.

%d blogueurs aiment cette page :