La rédac de France 3 fait le buzz

Les journalistes de France télévision sont furieux : Malgré leur grogne, leurs grèves, leurs manifs et leur pétitions, rien ne se passe… Un groupe de journalistes « mutins » de France 3 Alsace a donc décidé de prendre les armes : caméra, micro, montage… et imagination. Résultat : 9 vidéos virales destinées sensibiliser l’opinion publique sur le sort de France télévision qui selon eux est en train de muter vers une télé d’Etat, « une agence de communication gouvernementale ».

L’effet viral propre à internet joue ici clairement son rôle. Les vidéos se balladent partout, de blog en blog, de mail en mail et finissent par être reprises par la télévision elle-même… Pas mal non ?

Voici celle que je trouve la plus subversive et drôle, les autres sont sur Dailymotion.

Pour plus d’infos, lire l’article France 3 : « des petits clips contre le grand choc de la fin de la pub » sur rue89.com (2 min de lecture)

Wizzgo jette l’éponge

Ce magnétoscope en ligne qui permettait d’enregistrer les programmes TV sans pour autant disposer d’un enregistreur ou même de la télé aura vécu une demie année ! L’idée était séduisante : vous programmiez l’enregistrement d’une émission qui vous était automatiquement envoyée quelques heures après la diffusion. Le problème, c’est que ça marchait ! Cette solution est venue concurrencer les systèmes de catch-up TV (séance de rattrapage) qui permettent aux chaînes de proposer leurs programmes en rediffusion sur le Net pendant au moins 7 jours après  leur passage TV.  Chaque chaîne propose désormais sa propre « catch-up TV »  : Canal plus à la demande, 24/24TV pour France Télévision, M6 Replay,… C’est d’ailleurs  la condamnation de Wizzgo par M6 (480 000 € de dommages et intérêts pour contrefaçon) qui a poussé le « magnéto en ligne » à suspendre toute activité. Surtout qu’une procédure identique initiée par Tf1 et NT1 est en cours…  

Publié dans Justice, Libertés. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »

Cyber-Père Noël

Noël approche et les cyber-marchands vont pouvoir une nouvelle fois mettre leurs points forts en avant : pas de déplacement,  pas de cohue, possibilité de comparer facilement les prix, des tarifs plus bas, un choix pléthorique, la livraison à domicile,…

Selon Médiamétrie, 68% des internautes feront leurs achats de Noël sur le Net contre 53% en 2007. Livres, musique, jeux vidéo jouets et gadgets high tech auront encore le beau rôle. Le Netbook par exemple, cette nouvelle race d’ordinateur portable au tarif plancher (moins de 200 € pour certains) n’est pas bien mis en valeur au sein des magasins physiques; selon l’institut Gfk, il pourrait connaître un succès fulgurant sur internet à Noël. Tous les modèles sont répertoriés sur différents sites spécialisés et cyber-marchands.

Les achats sur le Net suscitent aussi quelques inquiétudes : retard de livraison, impossibilité de toucher l’objet (mais ça on peut le faire avant, en magasin) et sécurité des paiements.

Plus d’infos dans l’article du figaro.fr (2 min de lecture)

Loi sur la TV publique : préparez vos chéquiers…

La loi sur l’audiovisuel public est en ce moment débattue par nos députés. On savait déjà que pour compenser les 450 millions € de manque à gagner créé par l’arrêt de la pub après 20h00 sur France Télévision, l’Etat taxerait les FAI (Orange, Free, Numéricâble, SFR, …) et les revenus publicitaires générés par les TV privées. A cela s’ajoutera une augmentation de la redevance désormais indexée sur l’inflation. Mais l’internaute n’est peut-être pas au bout de ses surprises ! Les FAI ont déjà annoncé que de telles dispositions les forceraient à revoir leurs tarifs. Cela ne choque en rien les députés qui en rajoutent une couche : Ceux qui ne se servaient que de leur PC pour regarder la télévision, via un abonnement triple play ou un tuner externe par exemple pourront eux aussi être assujettis à la redevance. Ce n’est pas tout. « Les services de communication au public en ligne, et notamment les grands portails Internet » pourraient eux aussi être touchés par l’impôt : 3% sur les revenus publicitaires s’ils sont supérieurs à 10 millions €.  Quant aux plate-formes comme Dailymotion ou Kewego qui fournissent gratuitement un « contenu audiovisuel créé par des utilisateurs privés à des fins de partage et d’échange au sein de communauté d’intérêts […] « , seraient taxés d’un montant décidé par décret !

Les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) ont des investissements colossaux à réaliser si on veut rester dans le course à la connexion -fibre optique, Wimax, 3G,…- et une nouvelle taxe risque fort de se retourner contre nous. Qui va compenser cette taxe ? L’internaute; et comme à terme tout le monde sera internaute, autant nous demander tout de suite de nous acquitter d’une « redevance 2 », ce sera plus honnête. Et Dailymotion ? Ce site est l’une des plus grosses réussite de l’internet français ! Dailymotion arrive même à mieux monétiser ses contenus que le géant YouTube… Mais alors que le modèle économique des sites de partage vidéo ne sont même pas encore vraiment déterminés, est-il judicieux de les taxer ? Dailymotion devra-t-il faire payer ses contenus ? YouTube (Google) s’en réjouirait !

Seul « point positif » apporté par les amendements des députés : la taxe qui doit toucher le chiffre d’affaire (CA) des FAI et opérateurs Telecom à hauteur de 09% pourrait en fait être modulée : 0,5% pour un CA de 5 à 10 millions € et jusqu’à 0,9% pour un CA supérieur à 30 millions €.

D’autres infos à la Source (3 min de lecture)

Internet développe l’hypocondrie

J’en parlais dans ce billet il y a quelques jours : l’information trop abondante disponible sur le Net pousse de nombreux internautes à se croire plus malades qu’ils ne sont. Une étude de Microsoft vient de confirmer cette tendance. 8 américains sur 10 ont déjà consulté internet pour des renseignements médicaux. Il en ressort que faire une recherche autour de symptômes que l’on ressent (maux de tête, douleur à la poitrine,…) encourage l’anxiété et finalement des dépenses de santé inutiles. Et oui, il suffit de taper grosse fatigue, fièvre et maux de tête pour finir sur des forums traitant de la leucémie… alors qu’une grippe est plus probable…

Pourtant, les millions de requêtes à caractère médical que Google recense et interprète chaque jour permet au moteur de recherche d’avoir une idée précise de l’état de santé du monde et cela plus rapidement que tout observatoire officiel !

D’autres infos à la Source (1 min de lecture)

Google avance… avance… avance…

Si vous faîtes partie des millions d’internautes qui utilisent la messagerie gratuite de Google, j’ai nommé Gmail, une nouvelle fonctionnalité, et pas des moindres, vient de faire son apparition: le vidéo chat ! Une nouvelle attaque contre Microsoft et son Live Messenger (et contre Skype) après les récents lancement de Chrome (navigateur) et Androïd (OS mobile). L’écosystème Google devient de plus en plus cohérent et complet;  Dans notre vie connectée, il ne sera bientôt plus nécessaire de faire appel à d’autres outils que ceux du Géant de Mountain View.  Cela dit, je trouve la traduction automatique de flux RSS disponible depuis quelques jours, plus innovante.

Plus d’infos à la Source (2 min de lecture)

La SACEM dégaine ses menaces

Le Sénat vient de voter la Loi Internet et Création. En attendant que  l’Assemblée Nationale n’en débatte à son tour, Laurent Petitgirard, Président du conseil d’administration  de la SACEM, a accordé une interview à LCI.fr. Malgré les espoirs assez mitigés qu’il fonde dans cette loi, Laurent Petitgirard espère que les députés ne videront pas le Projet de sa substance : « (…) si les députés votent tellement d’amendements que la coupure d’Internet devient absolument exclue ou de l’ordre du fantasme absolu alors, en tant que président du conseil d’administration de la Sacem, je donnerais consigne au président du directoire, Bernard Miyet, de lancer des procédures par milliers! Et s’il le faut par dizaines de milliers ! Car si l’on n’arrive pas de façon ouverte et généreuse à défendre nos droits, je ne vais pas laisser les auteurs crever… Il ne restera plus qu’un arsenal juridique à notre disposition : la loi sur la contrefaçon. »

M. petitgirard défend également les qualités pédagogiques de la loi affirmant qu’il n’ y a techniquement que très peu de chance (5 000 sur 15 millions; 5 000 étant le nombre de morceaux surveillés) d’être averti puis puni de coupure internet.

interview intéressante à lire sur LCI.fr (3 min de lecture)

Pour plus d’infos sur l’évolution des débats, taper « hadopi » dans le moteur de recherche de ASLN (en haut à droite).

e-commerce + Noël – crise

Les crises financière et économique vont-elles impacter l’activité florissante de l’e-commerce ? Quelques semaines avant noël, les boutiques en ligne croisent les doigts. Des indices permettent pourtant de rester optimiste. Au 3ème trimestre 2008, le commerce en ligne a cru de 27%; et même si cela est un peu en-dessous des prévisions, une croissance à 2 chiffres (et pas des moindres), reste un point très positif. D’autre part, selon médiamétrie, plus de 7 internautes sur 10 ont déjà acheté sur le Net : un nouveau record. De l’autre côté de la barrière, le nombre de boutiques en ligne continue de croître fortement (+39% en 1 an). Seule ombre au tableau, la valeur du panier moyen; elle stagne à 93€ depuis 2 trimestres alors que la FEVAD avait l’habitude d’observer une croissance de 2 à 4%.

En tous cas, les comparateurs de prix (Ciao, Leguide.com, Kelkoo,…) cartonnent; les internautes étant toujours à la recherche du meilleur tarif. 62% d’entre eux considèrent d’ailleurs que les prix sont plus avantageux sur la Toile.

Et Noël ? Tous ces chiffres ont été recueillis fin septembre, soit quelques jours avant le point le plus critique de la crise. Il est donc difficile de se projeter dans le futur si proche soit-il. La FEVAD a annoncé des prévisions assez « pessimistes » avec un taux de croissance au 4ème trimestre de « seulement » 22% ce qui propulse tout de même le chiffre d’affaire de l’e-commerce français à 20 milliards € pour 2008.

Les intentions d’achat sur le net à l’approche des fêtes de fin d’années restent très encourageantes. Selon Médiamétrie, 68% des internautes ont l’intention de faire chauffer leur PC pour effectuer leurs achats de Noël.

D’un autre côté, les chiffres provenant des Etats-Unis sont beaucoup, beaucoup moins encourageants ! La croissance des dépenses sur les sites d’e-commerce s’y effondrent : elle est de 1% par rapport à octobre 2007. chiffre à comparer aux 19% mesurés par ComScore au même moment l’année dernière ! D’après ComScore, ce sont les ménages gagnant moins de 50 000$ par an qui minent le plus cette croissance. D’une manière plus générale, ComScore révèle que l’effondrement des marchés financiers et la hausse brutale du chômage ont eu un impact psychologique déterminant dans le comportement des cyber-acheteurs. Mais cette chute de la croissance de l’e-commerce aux Etats-Unis ne date  pas d’hier comme le confirment ces chiffres :

Taux de croissance du commerce en ligne aux US (hors enchères, automobiles et achats des entreprises) :

Mois          Croissance annuelle

Juin 07                    25%

Juillet 07                  22%

Août 07                   28%

Sept 07                    19%

Oct 07                      19%

Nov 07                     20%

Déc 07                      18%

Janv 08                      12%

Fév 08                        14%

Mars 08                      9%

Avril 08                       15%

Mai 08                        12%

Juin 08                        11%

Juil 08                         8%

Août 08                       6%

Sept 08                        5%

Oct 08                         1%

 

 

 Rendez-vous en janvier pour voir si tout ça se vérifie en France.

D’autres infos dans l’article de zdnet.fr (3 min de lecture)

L’étude de ComScore (anglais/5 min de lecture)

Google trace les épidémies en temps réel

Nous sommes tous un peu pareils. Depuis qu’internet est accessible en un clic sur les PC allumés 24h/24 à la maison, Google est aussi « médecin »… Vous ressentez des maux de tête, vous avez de la fièvre, vous vous sentez fatigué ? Tapez tous ça dans Google et vous découvrirez certainement que vous avez la grippe… Les plus angoissés finiront sur des sites et forums traitant de la leucémie et d’autres maladies aussi graves, parce que c’est aussi ça internet : trop d’informations tue l’information. On peut taper « varices » et finir traumatisé par la perspective d’une embolie pulmonaire… Je m’égards… Google, de son côté, ne cesse jamais de traiter les milliards de requêtes quotidiennes. Google les analyse à des fins publicitaires entre autre et arrive ainsi à connaître l’état du monde et les opinions publics. Il est difficile de savoir tout ce qu’on peut faire de ces informations et de leur recoupement mais l’altruisme déclaré de page et Brin (fondateurs du moteur de recherche) s’exprime à nouveau à travers le « Google Flu trends », service sanitaire qui cartographie en temps réel la propagation des épidémies aux Etats-Unis. Grâce à ces fameuses requêtes (les gens ne tapent pas « grippe », fièvre » ou « fatigue » pour rien) qui sont techniquement localisées (merci l’adresse IP), Google peut en déduire qui est malade car selon une étude statistiques de l’année dernière, il y a une importante corrélation entre ces requêtes et les chiffres réels du Centre américain de contrôle et prévention des maladies (CDC). Cette année Google propose donc son outil pour tracer la grippe et sa propagation. C’est expérimental mais extrèmement prometteur. Alors qu’un organisme officiel de surveillance sanitaire a besoin de faire remonter les chiffres depuis les médecins, laboratoires et hôpitaux avant de les analyser et de les publier, Google, en analysant les requêtes de ses utilisateurs, travaille en temps réel. Et même si la compilation des données prend un peu de temps, cela n’a rien à voir avec les délais administratifs des structures d’Etat. Une plus grande rapidité d’analyse permet une meilleure anticipation des phénomènes épidémiques. pour rappel, chaque année, la grippe tue près de 36 000 personnes aux Etats-Unis et 250 000 à 500 000 dans le monde.

Source

Le succès du 33700

Le numéro d’alerte réservé à la dénonciation de messages frauduleux sur mobile  rencontre un grand succès. Son pré-lancement du 21 Octobre dernier, a permis de recueillir 28 500 message d’alerte. Le principe est le suivant : si vous recevez un message non désiré (spam) sur votre mobile transmettez-le au 33700. Depuis samedi, les alertes sont transmises aux opérateurs concernés (Orange, SFR, Bouygues,…) qui sont dès lors tenus de prendre des sanctions contre les expéditeurs de ces messages frauduleux. Plus d’infos dans le billet que j’ai rédigé fin octobre.

Source (1 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :