Google veut sauver le monde

On ne présente plus Google surtout en France où le moteur de recherche truste 91,4% des recherches sur le Net. Mais Google n’est pas le diable (Don’t be evil comme dit larry Page) et le Géant de Mountain View veut faire progresser l’humanité. Pas seulement au niveau de la connaissance mais dans bien d’autres domaines. Un objectif qui connaît quelques étapes importantes comme cela a été prouvé à la dernière conférence TED 2011. Google y a en effet présenté son projet de voiture sans conducteur. Google n’a pas présenté une vidéo ou seulement des chiffres, non, Google a proposé à quelques privilégiés de faire un tour dans un de ses véhicules. Et puis pas un petit tour pépère non non. Même si tout se passe sur un circuit fermé, force est de constater que le véhicule se déplace plutôt rapidement… Impressionnant !

Google a déjà fait circuler sa voiture sans pilote sur 200 000 km de routes réelles et tout ça sans accrocs…sauf la seule fois ou un automobiliste a oublié de freiner en arrivant par derrière. Des témoins avaient d’ailleurs filmé l’une des Toyota du test :

Petit reportage instructif d’ABC pour plus d’infos

La voiture sans conducteur n’est cependant pas le seule domaine innovant dans lequel Google investit. Le moteur de recherche investit plusieurs centaines de millions de dollars dans des projets comme les multiples énergies solaires, les différentes formes d’énergies éoliennes, les sources d’énergie hydro-électrique… Pour plus d’infos sur les moyens que Google met en oeuvre pour « sauver la planète », lisez ce petit articles fort instructif 😉

 

Des élèves surveillés par satellite

En Californie, dans le Comté d’Orange, la lutte contre l’absentéisme à l’école compte un nouvel allié : le GPS. Selon la police, l’absentéisme à l’école mène souvent vers la délinquance à l’adhésion à un gang. Alors pour les 75 élèves du Anaheim Union High School District qui ont cumulé cette année plus de 4 absences, la sanction est claire : ils doivent porter durant 6 semaines un GPS qui permet aux autorités de surveiller leur présence à l’école…

Les 1ers résultats sont encourageants puisque leur taux de fréquentation est ainsi passé de 77% à 95% ! Une fois la « punition » terminée , le taux redescend un peu mais un coach continue de motiver les élèves pendant 1 an…

Toutes les infos à la Source (anglais / 5 min de lecture)

Une clé USB-bouton de manchette

Vous êtes cadre dirigeant et voulez afficher votre capacité à coller aux nouveaux usages ? pas d’hésitation. Adoptez ces boutons de manchette-clé USb : 2Go de mémoire à chaque poignet. Une geek-attitude classieuse qui a un prix : 195$ la paire.

C’est moins geek que la prothèse de doigt-clé USB mais d’un autre côté, ces mémoires, proposées par Ravi Ratan, ne nécessite aucune amputation…

Trouvé sur Clubic

Facebook : Une maman retrouve ses enfants kidnappés

Plusieurs fois ici, j’ai parlé des traces que chacun laisse sur le Net et en particulier sur les réseaux sociaux. Des traces qu’il est préférables de contrôler histoire de ne pas faire face un jour à des contenus dévalorisants qu’un recruteur aura retrouvés en quelques clics.

Ce sont ces fameuses traces qui ont permis à une maman américaine de retrouver ses enfants pourtant kidnappés par leur père 15 ans auparavant. Les bambins avaient 2 et 3 ans lors de leur enlèvement mais aujourd’hui ils sont ados et… présents sur Facebook !

Le père a été arrêté et inculpé pour kidnapping et violation des droits de garde des enfants.

Plus de détails à la Source (1 min de lecture)

Les photos retouchées détectées par un logiciel

Le logiciel à la technologie française et révolutionnaire répondant au doux nom de « Tungstène » permet de détecter les retouches qui auraient été effectuées sur une photo.

Testé en ce moment par le ministère de la Défense et l’Agence France Presse, Tungstène possède une palette d’applications assez vaste dans le domaine du trucage : Seins grossis, hanches rétrécies, missile effacé, foule densifiée, etc. Vous l’aurez compris, Tungstène peut aussi bien servir à l’armée, à la police, au BVP, aux agences photos, etc. Partout où  la photo peut servir un discours politique, commercial, idéologique ou autre.

Dans l’univers ultra-médiatisé que nous côtoyons au quotidien, une telle application peut s’avérer salutaire. Elle relance en tout cas le débat qui était né autour d’une proposition de loi qui pourrait imposer à tout éditeur de signaler si les photos qu’il diffuse sont retouchées ou pas. Cette proposition, déposée par la députée Valérie Boyer, pourrait être une réponse aux discours mensongers et non moins répandus dans le domaine publicitaire : on pense évidemment à la beauté (maquillage, shampoing, crême,…), à l’alimentation et à la mode. Mais l’information est largement concernée.

La communication propre à ces 4 univers, repose en grande partie sur la puissance des outils informatiques dédiés à la retouche d’image :

LA BEAUTE. Comment peut-on encore croire à la réalité d’un visage ventant les miracles d’une crème, d’un rimel ou d’un après-rasage ? La marque Dove avait d’ailleurs surfé sur l’abus de retouche dans le domaine de la beauté. La vidéo révélant les secrets de fabrication d’une affiche publicitaire avait eu un grand succès sur le Net en 2006 (11 millions de vues sur YouTube).

La proposition de loi de Mme Boyer imposerait l’inscription d’une mention en bas de l’affiche. Une mention qui stipulerait que la photo a été retouchée et ne reflète donc pas la réalité. Une espèce d’activateur d’esprit critique qui a tendance à nous manquer quand nos sens et nos émotions sont sur-stimulés : Pas moyen en effet de faire quelques pas en ville, de lire un article ou de regarder un film sans être submergé de messages truqués ou retouchés.

LA MODE. Voilà un domaine où « Tungstène » pourrait fonctionner à plein régime ! Maquillage, coiffure, lumière, mise en scène et… retouche graphique. Autant d’éléments qui font de la photo de mode un domaine si artificiel. Je ne condamne pas ce processus car je considère la photo de mode comme un art. Le photographe de mode est un artiste qui exprime les valeurs et l’état d’esprit d’une marque. Comment remettre en cause alors tous les éléments et artifices qui viennent sublimer cette démarche ?

Le problème, c’est le formidable phénomène d’identification des consommatrices (et consommateurs) qui rêvent devant les jambes et la taille de Jessica Alba. Des jambes et une taille pourtant amincies, gommées, ombrées, retaillées par les mains expertes d’un infographiste. Des jambes inaccessibles, une taille improbable qui bernent les repères de jeunes filles à qui la puissance de Photoshop échappe totalement. Et on a beau vouloir nous convaincre que peser 50kg pour 1m80 c’est pas bien, la mode, la pub, la presse féminine, etc, nous disent le contraire. Un vrai terreau pour de profonds problèmes comme l’anorexie, la sous-estimation de soi ou l’ostracisme de tout bord.

La silhouette de Jessica Alba avant et après les retouches pour le calendrier Campari : message mensonger ou expression artistique ?

Les retouches effectuées sur la photo de droite (ci-dessus) n’ont rien d’exceptionnel. dans la Mode, c’est la règle. Des jambes homologuées Oenobiol aux cheveux extra-terrestres de Laetitia Casta, tout l’univers de la mode est concerné.

Tout le monde il est beau, tout le monde il est truqué… La mode est un exemple parmi d’autres. Quand il s’agit de vendre sa soupe autant que le vendeur soit beau lui aussi. Le domaine musical par exemple est lui aussi rongé par le système. Vous croyez que 50 Cent et Beyoncé sont aussi beaux et minces dans la réalité que dans leurs clips ? Jetez un oeil sur la vidéo qui suit. Elle révèle les trucages qui permettent à nos stars préférées de paraître parfaits. Ce qui est faisable en photo l’est aussi en vidéo et cinéma (24 ou 25 images par seconde). La technologie n’a presque plus de limite…Cette vidéo n’a rien d’offciel; elle a fuité et internet s’est fait un plaisir de la faire circuler.

Vodpod videos no longer available.

L’ALIMENTATION. La photographie de nature morte est difficile. C’est un métier. Et ce métier ne se contente plus de lumière et de mise en scène.

Photoshop est là, autant en profiter. Ainsi, Charal ne montre pas le steack que vous allez manger. Charal montre une photo de ce steak…ou plutôt une vision « photoshopée » de ce steak. Et ça marche ! Le steak de la photo, retaillé, recoloré, ombré, texturé vous fait saliver… et c’est fait pour !

Une idée de la différence entre le packaging et la réalité ? Le marketing et son bras armé, Photoshop !

Le projet allemand Pundo3000.com s’est sérieusement penché sur le phénomène du marketing propre au packaging. Le constat est effrayant ! Regardez cette vidéo : voilà ce que nous vivons au quotidien !

L’INFORMATION. Le logiciel « Tungstène » est testé par l’Agence France Presse (AFP). C’est logique. Spontanément, quand on évoque le trucage d’une photo, on pense à l’actualité. Il est très facile aujourd’hui, de transformer la réalité ou de servir un discours avec une photo tant les outils de trucages sont puissants. Certes, les politiques n’ont pas attendu Photoshop pour truquer des photos destinées à leur propagande. Mais aujourd’hui, c’est tellement facile, tellement rapide qu’on peut imaginer que plus une seule photo d’information ne soit diffusée avant de passer entre les mains d’un infographiste. L’agence France Presse, qui commercialise des milliers de photos veut-elle pouvoir s’assurer de la véracité des clichés qu’on lui confie ? Ca n’empêchera pas un journal de truquer une photo livrée par l’AFP. On se souvient de « l’affaire » des bourrelets effacés de Nicolas Sarkozy. Mais il y eu aussi l’affaire de son garde du corps et celle de la bague de Rachida Dati…

Le bourrelet de Sarkozy avant Photoshop. Paris Match décide d’estomper le « défaut ».


Pour ne pas alimenter la polémique, Le Figaro efface une bague à 15 000€ du doigt de Rachida Dati.

Auto-censure ? Propagande ? Manipulation ? Mensonge ? Communication ? Politique spectacle ? Notre Démocratie est-elle en train de récupérer les démons de Mao en son temps ou de Kim Jong Il aujourd’hui ? (Vous trouvez que j’exagère ?) Je me contenterai de conclure ce billet en encourageant simplement chacun de nous à user plus que jamais de cette arme très puissante et dont chacun dispose : l’esprit critique.

Si le sujet vous intéresse, lire aussi :

N’importe qui peut faire croire n’importe quoi

Les mannequins, privées de Photoshop ?

Jessica Alba, retouchée par Mario Testino

Un logiciel pour détecter les photos retouchées

I Gotta Feeling : la chanson la plus téléchargée de tous les temps !

Qui n’a pas entendu 100 fois ce morceau ces 10 derniers mois ? Générique de programmes TV, illustration d’un paquet de reportages, accompagnement de Lip Dub et autre Flash Mob,… Autant dire qu’il fallait s’appeler Lady Gaga pour faire un peu oublier le refrain des Black Eyed Peas ! Vous ne serez donc pas étonnés de découvrir que I Gotta Feeling est désormais le morceau le plus téléchargé (légalement) de tous les temps : 5 561 000 téléchargements selon Nielsen SoudScan qui comptabilise ce type d’achat depuis 1993, date de lancement d’iTunes.

Le tube des BEP (mixé par David Guetta) passe donc devant Low de Flo Rida (5 536 000 téléchargements) mais risque d’être détrôné par… Lady Gaga et son Just dance, certes 3ème de ce classement, mais encore en ascension…

Pour ceux qui auraient été kidnappés par des Extra-terrestres, voici quelques éléments de rappel :

Le Clip « I Gotta Feeling »

Le plus grand Flash Mob du monde. Une surprise organisé par les Black Eyed Peas pour le départ d’Oprah Winfrey.

Le titre « Low » de Flo Rida

Just Dance de Lady Gaga

Source

Enseignement : Un iPad pour tous !

Santa Cruz. Californie. Que voulez-vous, en France, on risque d’être un peu moins prompt à embrasser les nouveaux outils technologiques. Bref…

A Santa Cruz donc, à la Monte Vista School, 60 élèves et profs sont désormais équipés d’un iPad. Histoire, biologie, littérature,… autant de matières désormais enseignées à travers des contenus numériques et interactifs.

Le Directeur, Stephen Sharp, et ses professeurs sont unanimes. Les ressources d’un tel matériel sont impressionnantes. Photos, vidéos, graphiques, journaux, accès internet,… permettent d’améliorer les programmes :

Une coupe du corps humain ? On zoome. Un mot barbare dans un texte littéraire ? Un clic et on obtient son sens et sa prononciation. Un graphique au tableau à copier ? Y’a une application pour ça ! Le prof parle trop vite ? L’application Sounpaper enregistre et le cours qui est ainsi ré-écoutable à l’infini…

Associé à un compte personnel accessible depuis n’importe où, chaque élève peut de surcroît accéder à ses notes et ses manuels depuis la maison.

Cette expérience donne évidemment une idée de ce à quoi pourrait ressembler le cartable numérique. Un concept maintes fois imaginé et encouragé mais qui n’a jamais vu le jour…

Pour plus d’infos, lire l’article de parentcentral.ca (anglais – 2 min de lecture)

Source

%d blogueurs aiment cette page :