France : les prix de l’e-commerce biens positionnés

Dans le domaine  de la consommation courante, quand on veut payer moins cher, l’alternative à la visite de multiples points de vente est simple : internet. Les prix y sont singulièrement moins élevés (dans la plupart des domaines mais pas tous, je pense notamment aux biens alimentaires). A un point tel qu’on est en droit de se demander quel est le vrai prix des choses…

Bref la question du jour est : En France a-t-on un e-commerce bon marché ? C’est Kelkoo, moteur de recherche comparateur de prix qui nous donne d’intéressants éléments de réponse avec une étude qui s’est penchée sur les e-commerces européen et américain.

Dans cette étude sont comparés « plus de 1 220 prix sur Internet (TVA incluse) dans les 10 principaux pays d’Europe et aux Etats-Unis, pour un panier de 124 produits de consommation courante parmi 12 catégories incluant : les livres, les DVD, la musique, les équipements informatiques, les consoles de jeux, les jouets, les équipements électroniques, les produits de beauté, les téléphones mobiles, l’électroménager, l’automobile, et l’alimentation. »

C’est le Royaume-Uni qui propose les prix les plus bas (34% plus bas que la moyenne). Les anglais sont suivis par l’Allemagne (-17,5%), l’Italie (-17,3%) et la Suède (-16,4%).

La France arrive en 6ème position en proposant des prix 12,4% inférieurs à la moyenne des tarifs observés dans les pays concernés par l’étude. Si les anglais sont privilégiés du côté des livres et de la musique, les américains profitent des prix les plus bas dans le domaine de l’automobile (-37,3% par rapport à la moyenne).

Conscéquence logique : en France, en 2010, 19% des cyberacheteurs ont déjà fait leurs emplettes sur des sites étrangers. Parmi ces cyberacheteurs transfontaliers, 58% le font pour le prix. 49% passent ce « cap » pour trouver des produits indisponibles chez nous.

Plus de chiffres sur Frenweb.fr (4 min de lecture)

Publicités

De la zénitude des courses sur le Net

Il existe maintes raisons de préférer faire ses courses tranquillement devant son écran; mais le magasin allemand de mode en ligne « jungstil » finira de vous convaincre à travers un spot publicitaire osé qui connaît un joli succès sur la Toile.

Plus d’infos à la Source (1 min de lecture)

e-commerce + Noël – crise

Les crises financière et économique vont-elles impacter l’activité florissante de l’e-commerce ? Quelques semaines avant noël, les boutiques en ligne croisent les doigts. Des indices permettent pourtant de rester optimiste. Au 3ème trimestre 2008, le commerce en ligne a cru de 27%; et même si cela est un peu en-dessous des prévisions, une croissance à 2 chiffres (et pas des moindres), reste un point très positif. D’autre part, selon médiamétrie, plus de 7 internautes sur 10 ont déjà acheté sur le Net : un nouveau record. De l’autre côté de la barrière, le nombre de boutiques en ligne continue de croître fortement (+39% en 1 an). Seule ombre au tableau, la valeur du panier moyen; elle stagne à 93€ depuis 2 trimestres alors que la FEVAD avait l’habitude d’observer une croissance de 2 à 4%.

En tous cas, les comparateurs de prix (Ciao, Leguide.com, Kelkoo,…) cartonnent; les internautes étant toujours à la recherche du meilleur tarif. 62% d’entre eux considèrent d’ailleurs que les prix sont plus avantageux sur la Toile.

Et Noël ? Tous ces chiffres ont été recueillis fin septembre, soit quelques jours avant le point le plus critique de la crise. Il est donc difficile de se projeter dans le futur si proche soit-il. La FEVAD a annoncé des prévisions assez « pessimistes » avec un taux de croissance au 4ème trimestre de « seulement » 22% ce qui propulse tout de même le chiffre d’affaire de l’e-commerce français à 20 milliards € pour 2008.

Les intentions d’achat sur le net à l’approche des fêtes de fin d’années restent très encourageantes. Selon Médiamétrie, 68% des internautes ont l’intention de faire chauffer leur PC pour effectuer leurs achats de Noël.

D’un autre côté, les chiffres provenant des Etats-Unis sont beaucoup, beaucoup moins encourageants ! La croissance des dépenses sur les sites d’e-commerce s’y effondrent : elle est de 1% par rapport à octobre 2007. chiffre à comparer aux 19% mesurés par ComScore au même moment l’année dernière ! D’après ComScore, ce sont les ménages gagnant moins de 50 000$ par an qui minent le plus cette croissance. D’une manière plus générale, ComScore révèle que l’effondrement des marchés financiers et la hausse brutale du chômage ont eu un impact psychologique déterminant dans le comportement des cyber-acheteurs. Mais cette chute de la croissance de l’e-commerce aux Etats-Unis ne date  pas d’hier comme le confirment ces chiffres :

Taux de croissance du commerce en ligne aux US (hors enchères, automobiles et achats des entreprises) :

Mois          Croissance annuelle

Juin 07                    25%

Juillet 07                  22%

Août 07                   28%

Sept 07                    19%

Oct 07                      19%

Nov 07                     20%

Déc 07                      18%

Janv 08                      12%

Fév 08                        14%

Mars 08                      9%

Avril 08                       15%

Mai 08                        12%

Juin 08                        11%

Juil 08                         8%

Août 08                       6%

Sept 08                        5%

Oct 08                         1%

 

 

 Rendez-vous en janvier pour voir si tout ça se vérifie en France.

D’autres infos dans l’article de zdnet.fr (3 min de lecture)

L’étude de ComScore (anglais/5 min de lecture)

Créer son site d’e-commerce gratuitement devient un jeu d’enfant

Vous avez pris l’habitude de vendre des biens sur eBay ? C’est devenu une activité semie-professionnelle ? pourquoi ne pas passer au niveau supérieur ? Pourquoi ne pas créer votre propre business sur le Net ? La plate-forme WiziShop permet à tout un chacun, débutant ou pas, de créer sa boutique en ligne gratuitement à l’aide d’une interface intuitive. toutes les fonctions sont présentes : gestion des produits, livraisons, paiement, marketing,… Cet outil est associé à un site de conseils, offrant tutoriels vidéos et forum d’entraide. En retour, WiziShop prélève entre 0,5 et 5% du Chiffre d’affaire HT du magasin en ligne en fonction d’une part de l’ancienneté du site, et de ses volumes de ventes mensuels d’autre part.

Avant de vous lancer, voici tout de même les conseils avisés de Grégory Beyrouti, le fondateur de WiziShop : “Le e-commerce est un secteur en pleine évolution. L’année dernière il y a eu pour plus de 16 milliards de d’achats sur le net. Pourquoi se priver d’un marché si important ?Mais attention, ne foncez pas tête baissée. Rédigez un business plan, faîtes de la veille, étudiez vos concurrents, travaillez vos prix et vos offres… La vente en ligne est comme tout business, il faut être rigoureux pour réussir. Mais, croyez moi, si vous êtes sérieux, foncez, car vous avez tout à gagner”.

Plus d’infos sur Techcrunch.com (2 min de lecture)

Le site wisishop.com

Publié dans e-commerce. Étiquettes : , . 2 Comments »

Monoprix lance son site d’e-commerce

 

Monoprix.com est lancé aujourd’hui en Région parisienne et permet désormais aux habitants de Paris, Boulogne-Billancourt, Châtillon, Clamart, Issy-les-Moulineaux, Malakoff, Montrouge, Saint-Cloud et Vanves de faire leur courses à distance pour le même prix qu’en magasin (frais de livraison situés entre 0 et 9€). Le service devrait être accessible à toute l’Ile-de-France d’ici fin 2008 et à une partie de la province courant 2009.

Une commande avant 14h00 permet une livraison dans la journée. C’est la force de l’enseigne qui est très implantée au coeur des villes.

Plus d’infos à la Source (2 min de lecture)

 

POURQUOI FAIRE SES COURSES EN LIGNE ALORS QUE C’EST PLUS CHER ?

Faire ses courses alimentaires sur le Net, c’est cher, plus cher qu’en hypermarché. Alors que tout est moins cher sur la Toile (les PC, les lecteurs DVD, les écrans plats, les voitures, les disques durs, etc) les biens alimentaires y sont eux plus onéreux que dans les magasins physiques. Les cybermarchés sont en moyenne 13,4% plus chers que les grandes surfaces mais les avantages des courses à distances sont indéniables :

– Le « magasin » est ouvert 24h/24. faire ses courses à 3H du matin n’est pas un problème; intéressant pour une personne très occupée ou ayant des horaires hors-normes.

– L’ergonomie des cybermarchés n’est pas des plus agréables. Il faut reconnaitre que l’expérience est assez déshumanisée. Ceci à l’avantage de pousser l’internaute à se concentrer sur ce dont il a vraiment besoin. Le cyberacheteur respecte sa liste de course. Et même si des promos s’affichent durant le « parcours », la tentation n’a rien à voir avec celle quasi-irréprécible qui assaille le client poussant son caddie dans les allées de Carrefour ! Se réapprovisionner dans un hypermarché, c’est s’assurer des achats impulsifs qui viendront très largement dépasser le coût de la livraison et la plus-value inhérents aux courses virtuelles : En moyenne, 57% des achats effectués en Grande Surface Alimentaire (GSA) n’étaient pas prévus !!

– Qu’implique de faire ses commissions dans son hypermarché préféré ? Se lever tôt le samedi, prendre la voiture (embarquer les gamins ?) et parcourir plusieurs kilomètres, trouver une place (le samedi c’est possible ?) et passer plusieurs heures dans un espace saturé par les milliers de clients qui viennent remplir leur coffre en fin de semaine. Certes, le temps moyen passé en hypermarché n’était plus que de 45mn en 2005  contre 2h30 en 1987 (Source), mais c’est une moyenne ! 2h passent très vite dans un magasin de plusieurs milliers de m2… Le temps de payer ses achats (attente + vidage du caddie + remplissage), de remplir son coffre (nouveau vidage du caddie), de revenir à la maison, de vider son coffre et de ranger le tout, il n’est pas exagéré de dire qu’un demi-samedi (soit 25% du week-end) est parti en fumée ! Le degré de stress à évacuer dépendant ensuite de la personnalités de chacun… pour certains, c’est l’intégralité du samedi qui est gâché…

Quelle est la solution la meilleure ? En moyenne, 300€ de courses dans la réalité reviennent environ à 340€ chez un cybermarchand, Ces 40€ de plus-value ne sont-ils pas largement compensés par une liste de course respectée, 6, 7 ou 8L au 100km économisés (hors embouteillage) et… un samedi en famille. A combien estimez-vous votre samedi d’ailleurs ?

MultiDiscount.com a disparu avec l’argent mais trop de victimes restent muettes

Si vous faites partie des internautes qui ont acheté leur électroménager ou leur matériel vidéo chez MultiDiscount.com, ont payé mais n’ont encore rien reçu, manifestez-vous auprès d’une association de consommateurs (UFC-Que-Choisir, arnaques.com, e-litige.com) ou bien portez plainte car le site est désormais fermé. Ses responsables sont sous les verrous pour “escroquerie en bande organisée” et “blanchiment d’argent” !! Les enquêteurs ont recensé près de 1 000 victimes mais celles-ci sont estimées à 2 000 ou 3 000 en Europe. Le montant de l’argent détourné pourrait atteindre les 4 millions € mais pour l’instant, il n’y a aucune trace de cette somme qui a probablement transité par des comptes monégasques et anglais.

En tout état de cause, “C’est la première fois que des personnes sont arrêtées pour ce type d’escroquerie en ligne. Cela fera peut-être réfléchir les autres” fait justement remarquer Frank Attia, rédacteur en chef adjoint du mensuel de l’UFC-Que-Choisir.

Les dévoires du site commencent à dater, les 1ères plaintes datant de 2006, mais l’affaire est toujours en cours et les enquêteurs comme les associations de consommateurs lancent un appel à victimes.

 

Toute l’histoire à la Source (2 min de lecture)

Internet plus cher que Carrefour

Internet permet de faire ses achats à moindre coût; que ce soit pour des produits électroniques, des chaussures ou une voiture, la Toile permet d’économiser pas mal d’argent, un peu comme si les soldes y étaient permanentes.

Pour l’alimentation, le phénomène est inversé ! Les cybermarchés sont en moyenne 13,4% plus chers que les grandes surfaces. Sans compter des frais de livraisons élevés (de 9,90€ à 11,90€) si la commande n’atteint pas un certain seuil. Télémarket (Monoprix), Houra (Cora), Ooshop (Carrefour) et autre Auchandirect justifient cette différence de prix par des coûts de fonctionnement plus élevés pour la vente sur internet. L’explication d’Eric Lestrat, chargé de communication chez Houra, est claire : « Un entrepôt de 16 000 m2 pour rassembler les marchandises, du personnel pour préparer des commandes souvent supérieures à cinquante articles et pesant jusqu’à 150 kilogrammes, la location de camionnettes frigorifiques pour respecter la chaîne du froid, la rémunération des conducteurs et l’achat du carburant, tout cela est coûteux »

Article très intéressant à la Source (3 min de lecture)

Dossier sur le sujet dans 60 millions de consommateurs du mois de mai.

Publié dans e-commerce, Etude. Étiquettes : , . Leave a Comment »
%d blogueurs aiment cette page :