Mc Do et Nike aiment internet

Y’a des marques comme ça, qui ont clairement compris les nouvelles formes de communication.

Dans 2 genres très différents mais typiques du Web, j’ai découvert cette semaine 2 vidéos réussies.

Mc Donald’s a élaboré une opération de street marketing autour de son concept de Playland; vous savez ces espaces de jeux réservés aux enfants. Mc Donald’s a construit un Playland éphémère… pour les adultes ! La même chose que pour les enfants mais pour nous les grands : balançoires, tobogans, piscine à boules, etc. tout ça en plein centre… de Sydney :

Nike, pour sa part, peaufine sa présence sur le web à travers une campagne virale autour du slogan « Ecris le futur » (Write the future). C’est bientôt la Coupe du monde Football et Nike se fend là d’une vidéo où l’émotion est bien présente : démarque toi, réalise un geste technique ou une séquence de jeux exemplaire voire  inédite et le futur te le rendra au centuple. Autrement dit, écris ton futur. Plus de 11 millions de vues sur YouTube en une semaine !

Les photos retouchées détectées par un logiciel

Le logiciel à la technologie française et révolutionnaire répondant au doux nom de « Tungstène » permet de détecter les retouches qui auraient été effectuées sur une photo.

Testé en ce moment par le ministère de la Défense et l’Agence France Presse, Tungstène possède une palette d’applications assez vaste dans le domaine du trucage : Seins grossis, hanches rétrécies, missile effacé, foule densifiée, etc. Vous l’aurez compris, Tungstène peut aussi bien servir à l’armée, à la police, au BVP, aux agences photos, etc. Partout où  la photo peut servir un discours politique, commercial, idéologique ou autre.

Dans l’univers ultra-médiatisé que nous côtoyons au quotidien, une telle application peut s’avérer salutaire. Elle relance en tout cas le débat qui était né autour d’une proposition de loi qui pourrait imposer à tout éditeur de signaler si les photos qu’il diffuse sont retouchées ou pas. Cette proposition, déposée par la députée Valérie Boyer, pourrait être une réponse aux discours mensongers et non moins répandus dans le domaine publicitaire : on pense évidemment à la beauté (maquillage, shampoing, crême,…), à l’alimentation et à la mode. Mais l’information est largement concernée.

La communication propre à ces 4 univers, repose en grande partie sur la puissance des outils informatiques dédiés à la retouche d’image :

LA BEAUTE. Comment peut-on encore croire à la réalité d’un visage ventant les miracles d’une crème, d’un rimel ou d’un après-rasage ? La marque Dove avait d’ailleurs surfé sur l’abus de retouche dans le domaine de la beauté. La vidéo révélant les secrets de fabrication d’une affiche publicitaire avait eu un grand succès sur le Net en 2006 (11 millions de vues sur YouTube).

La proposition de loi de Mme Boyer imposerait l’inscription d’une mention en bas de l’affiche. Une mention qui stipulerait que la photo a été retouchée et ne reflète donc pas la réalité. Une espèce d’activateur d’esprit critique qui a tendance à nous manquer quand nos sens et nos émotions sont sur-stimulés : Pas moyen en effet de faire quelques pas en ville, de lire un article ou de regarder un film sans être submergé de messages truqués ou retouchés.

LA MODE. Voilà un domaine où « Tungstène » pourrait fonctionner à plein régime ! Maquillage, coiffure, lumière, mise en scène et… retouche graphique. Autant d’éléments qui font de la photo de mode un domaine si artificiel. Je ne condamne pas ce processus car je considère la photo de mode comme un art. Le photographe de mode est un artiste qui exprime les valeurs et l’état d’esprit d’une marque. Comment remettre en cause alors tous les éléments et artifices qui viennent sublimer cette démarche ?

Le problème, c’est le formidable phénomène d’identification des consommatrices (et consommateurs) qui rêvent devant les jambes et la taille de Jessica Alba. Des jambes et une taille pourtant amincies, gommées, ombrées, retaillées par les mains expertes d’un infographiste. Des jambes inaccessibles, une taille improbable qui bernent les repères de jeunes filles à qui la puissance de Photoshop échappe totalement. Et on a beau vouloir nous convaincre que peser 50kg pour 1m80 c’est pas bien, la mode, la pub, la presse féminine, etc, nous disent le contraire. Un vrai terreau pour de profonds problèmes comme l’anorexie, la sous-estimation de soi ou l’ostracisme de tout bord.

La silhouette de Jessica Alba avant et après les retouches pour le calendrier Campari : message mensonger ou expression artistique ?

Les retouches effectuées sur la photo de droite (ci-dessus) n’ont rien d’exceptionnel. dans la Mode, c’est la règle. Des jambes homologuées Oenobiol aux cheveux extra-terrestres de Laetitia Casta, tout l’univers de la mode est concerné.

Tout le monde il est beau, tout le monde il est truqué… La mode est un exemple parmi d’autres. Quand il s’agit de vendre sa soupe autant que le vendeur soit beau lui aussi. Le domaine musical par exemple est lui aussi rongé par le système. Vous croyez que 50 Cent et Beyoncé sont aussi beaux et minces dans la réalité que dans leurs clips ? Jetez un oeil sur la vidéo qui suit. Elle révèle les trucages qui permettent à nos stars préférées de paraître parfaits. Ce qui est faisable en photo l’est aussi en vidéo et cinéma (24 ou 25 images par seconde). La technologie n’a presque plus de limite…Cette vidéo n’a rien d’offciel; elle a fuité et internet s’est fait un plaisir de la faire circuler.

Vodpod videos no longer available.

L’ALIMENTATION. La photographie de nature morte est difficile. C’est un métier. Et ce métier ne se contente plus de lumière et de mise en scène.

Photoshop est là, autant en profiter. Ainsi, Charal ne montre pas le steack que vous allez manger. Charal montre une photo de ce steak…ou plutôt une vision « photoshopée » de ce steak. Et ça marche ! Le steak de la photo, retaillé, recoloré, ombré, texturé vous fait saliver… et c’est fait pour !

Une idée de la différence entre le packaging et la réalité ? Le marketing et son bras armé, Photoshop !

Le projet allemand Pundo3000.com s’est sérieusement penché sur le phénomène du marketing propre au packaging. Le constat est effrayant ! Regardez cette vidéo : voilà ce que nous vivons au quotidien !

L’INFORMATION. Le logiciel « Tungstène » est testé par l’Agence France Presse (AFP). C’est logique. Spontanément, quand on évoque le trucage d’une photo, on pense à l’actualité. Il est très facile aujourd’hui, de transformer la réalité ou de servir un discours avec une photo tant les outils de trucages sont puissants. Certes, les politiques n’ont pas attendu Photoshop pour truquer des photos destinées à leur propagande. Mais aujourd’hui, c’est tellement facile, tellement rapide qu’on peut imaginer que plus une seule photo d’information ne soit diffusée avant de passer entre les mains d’un infographiste. L’agence France Presse, qui commercialise des milliers de photos veut-elle pouvoir s’assurer de la véracité des clichés qu’on lui confie ? Ca n’empêchera pas un journal de truquer une photo livrée par l’AFP. On se souvient de « l’affaire » des bourrelets effacés de Nicolas Sarkozy. Mais il y eu aussi l’affaire de son garde du corps et celle de la bague de Rachida Dati…

Le bourrelet de Sarkozy avant Photoshop. Paris Match décide d’estomper le « défaut ».


Pour ne pas alimenter la polémique, Le Figaro efface une bague à 15 000€ du doigt de Rachida Dati.

Auto-censure ? Propagande ? Manipulation ? Mensonge ? Communication ? Politique spectacle ? Notre Démocratie est-elle en train de récupérer les démons de Mao en son temps ou de Kim Jong Il aujourd’hui ? (Vous trouvez que j’exagère ?) Je me contenterai de conclure ce billet en encourageant simplement chacun de nous à user plus que jamais de cette arme très puissante et dont chacun dispose : l’esprit critique.

Si le sujet vous intéresse, lire aussi :

N’importe qui peut faire croire n’importe quoi

Les mannequins, privées de Photoshop ?

Jessica Alba, retouchée par Mario Testino

Un logiciel pour détecter les photos retouchées

La révolution sociale en chiffres

La vidéo « Social Revolution » a été mise à jour. Elle permet de découvrir à quel point les médias sociaux ont pris une place centrale dans la vie des internautes. Alors, les médias sociaux, un feu de paille ?

– 96% des Millenials, ces personnes nées sous l’Ere des nouvelles technologies (disons entre la moitié des années 70 jusqu’au tout début des années 2000), ont rejoint un réseau social.

– Le trafic de facebook a dépassé celui de Google aux Etats-Unis

– Aux Etats-Unis, 1 couple marrié sur 8 s’est rencontré à travers un media social.

– la radio a mis 38 ans pour attirer 50 millions d’utilisateurs, la TV a mis 13 ans pour atteindre ce chiffre. Internet a mis… 4 ans. L’iPod s’est contenté de 3 ans. Facebook a atteint les 200 millions d’utilisateurs en… moins d’1 an !

– Si Facebook était un pays, il serait le 3ème de la planète en terme de population; derrière la Chine et l’Inde.

– 80% des entreprises utilisent les réseaux sociaux pour recruter. 95% d’entre elles utilisent Linked In.

– Le segment qui qui grossit le plus rapidement sur Facebook est celui des femmes de 55 à 65 ans.

-En Angleterre, 50% du trafic internet mobile est généré par… Facebook !

– Les génération Y et Z considèrent l’e-mail dépassé

– YouTube est le second plus gros moteur de recherche du monde (le 1er c’est Google… et YouTube appartient à Google)

– Plusieurs études ont prouvé que le projet encyclopédique gratuit et libre Wikipedia est aussi précis que l’Encyclopédie Britannica.

– Le web compte 200 millions de blogs

– 25% des résultats d’une recherche sur l’une des 20 plus grosses marques conduisent vers un contenu créé par un internaute. 34% vers un contenu édité par un blogger qui s’exprime sur des produits et des marques. (Il est donc essentiel aujourd’hui pour une marque de considérer très sérieusement ce qu’on dit sur elle sur le Web)

– 78% des consommateurs font confiance aux recommandations faites par les internautes. Ce taux de confiance n’est que de 14% quand il s’agit de publicité.

d’autres infos dans la vidéo.

Coupe du Monde de foot : Le secteur technologique mise sur la défaite des bleus

C’est devenu un levier marketing d’une banalité inquiétante : Depuis plusieurs semaines, fabricants et distributeurs de matériels technologiques parient tous sur la défaite des bleus mais tout en jouant sur l’espoir que chacun d’entre nous entretient tout au fond de soi quant à la victoire de l’équipe de france en Afrique du Sud.

Elgato vous rembourse l’achat de son Tuner TV EyeTV (pour Mac user) si l’équipe de France de football remporte la Coupe du Monde cet été. C’est le 1er message que j’ai vu il y a 1 ou 2 mois de cela. Puis ce type de promesse commerciale s’est répandue comme une traînée de poudre chez toute sorte de distributeurs : Logitech vous rembourse 100% de la télécommande que vous lui aurez achetée si… la France gagne. Chez Carrefour, c’est votre écran plat qui vous sera intégralement remboursé (en bons d’achat) si les 23 hommes de Domenech reviennent avec la Coupe. Tom Tom propose le même genre de pari autour de certains de ses GPS.

Toutes ces opérations sont limitées dans le temps évidemment.

L’idée de base n’est pas mauvaise et n’est pas forcément dirigée contre l’équipe de France. Elgato par exemple a répliqué l’opération en Allemagne et en Espagne, ce qui est assez fairplay. Mais à mon avis, pour que l’opération fasse vraiment un buzz, j’encourage un des grands acteurs du e-commerce à lancer le même genre de « pari » LE JOUR DE LA FINALE dans les 2 pays concernés !! Je suis assez persuadé qu’avec un minimum de communication, l’info serait reprise sur un bon paquet de blogs et de médias traditionnels… pour un buzz à peu de frais.

Source

L’iPad encouragerait le piratage des livres numériques

Hier, j’écrivais quelques lignes autour des espoirs qui se cristallisent autour de l’iPad, la tablette d’Apple. Je me demandais notamment si les éditeurs allaient mettre à profits les enseignements directement tirés des mauvais choix de la filière musicale (prix trop élévé, favorisation de la distribution physique, lutte contre les nouveaux usages,…). Et bien non ! Concernant les tarifs des eBooks, on assiste même à une hausse des prix. Depuis la sortie de l’iPad, Amazon par exemple a cédé sous la pression des éditeurs (MacMillan pour l’instant mais les autres suivront) et a augmenté ses tarifs. Résultat, chez Apple comme chez Amazon, on peut trouver des livres numériques récents  à 13$ et même plus ! C’est la guerre des contenus et Apple a fait monter les enchères pour attirer les grands éditeurs.

Dans un premier temps, les grands perdants… c’est NOUS !! A 14$ (on parie sur 14€ en France ?), un eBook est plus cher qu’un livre de poche ! Pour rappel, un livre numérique n’exige aucun coût de fabrication, impression, stockage ou transport… (coûts de stockage et transport quasi-nuls).

Mais les plus gros perdants risquent bien d’être du côté des éditeurs. Le site Torrent Freak a en effet constaté que depuis le lancement de l’iPad aux Etats-Unis début avril, le volume d’ouvrages présent sur les réseaux P2P a tout simplement explosé ! Le téléchargement illégal d’un livre comme « How we decide » a par exemple augmenté de 140% ! Le choix d’un prix bas pour de plus gros volumes de vente n’a pas été retenu par la filière du livre. C’est dommage car le secteur est en train de prendre le même chemin que celui des Majors du disque.

La méthodologie de Torrent Freaks est intéressante. Le site a voulu s’intéresser aux 10 livres les plus vendus sur Amazon. Mais ceux-là sont absents des réseaux BitTorrent habituels. Cela ne veut pas dire que ces ouvrages ne sont pas présents sur d’autres réseaux pirates. Mais on peut en conclure que le piratage de livres numériques  n’est pas encore aussi répandu que celui qui touche la musique et le cinéma.

Torrent Freak a donc mesuré les échanges concernant 6 best-sellers de la catégorie Business (Amazon) qui sont eux, bien présents sur les réseaux P2P. les mesures ont été relevées durant 6 jours précédant le lancement de l’iPad et les jours suivant celui-ci. Voici le résultat titre par titre, sous forme graphique : Selon le titre concerné, 21 à 140% d’augmentation des téléchargements illégaux ont été constatés.

Qu’est-ce qui entraînerait cette hausse soudaine ? Le tarif trop élevé des eBooks ? la peur des DRM, ces verrous électroniques qui empêchent tout partage de fichier d’un appareil à l’autre ?  Les DRM d’Apple semblent être de la partie comme ils l’ont été des années durant dans le domaine musical. Mais l’iPad accepte parfaitement les eBook qui ne viendraient pas de son store associé (iBook Store) à partir du moment où ils sont au format ePub. Un format ouvert et répandu dans le domaine. Il est par exemple possible de lire sur un ipad un eBook acheté sur une autre plateforme ou converti depuis un autre format (avec le logiciel gratuit Calibre par exemple) à partir du moment où le fichier final est au format ePub non-protégé (sans DRM limitant le fichier à un appareil concurrent en particulier).

Cette ouverture d’Apple, même si elle n’est pas nouvelle (l’iPod a toujours accepté les MP3 sans DRM qu’on pouvait facilement obtenir à partir de CD), est intéressante car elle permet de télécharger légalement des milliers de livres gratuits. Les grands auteurs du domaine public sont accessibles sur des sites comme ebooksgratuits.com. Un site qui héberge aussi des livres récents. Le Projet Gutenberg héberge également des milliers de titres gratuits et légaux (attention, les droits peuvent être différents selon le pays duquel on télécharge) qu’on peut downloader en quelques secondes. Autre piste et non des moindres : livrespourtous.com. Un espace permettant de télécharger gratuitement livres, BD, dictionnaires, etc.

Je serai certainement amené a traiter ce sujet (les contenus gratuits) en profondeur une fois l’iPad disponible sur notre territoire.

Source

Youtube entretient le rêve américain

Je suis toujours étonné de voir à quel point internet peut, en quelques jours, changer la vie d’une personne. Jugez plutôt :

Avril 2010 : Un jeune garçon de 13 ans répondant au nom de Greyson Michael Chance, se met au piano et représente son collège lors d’un concours. Filmé par des proches, il interprète Paparazzi de Lady Gaga.

L’effet Youtube. Le 28 avril, la vidéo est diffusée sur YouTube et… Bingo ! Plus de 20 millions de vues en 15 jours. La vidéo fait le tour des blogs et du monde…

Récupération par les médias traditionnels. Ni une ni deux, l’animatrice Ellen DeGenerses l’invite dans son show « ELLEN SHOW ». Le garçon réitère sa performance en live et parle à… Lady Gaga au téléphone ! « Evite les filles et reste concentré » lui conseille la chanteuse…Un conte de fée je vous dis. Et ce n’est pas fini…

Hier, le New York Post confirmait que Greyson Chance venait de signer un contrat avec la Maison de disque Interscope record, le label de… Lady Gaga !

Les vidéos maintenant !

Greyson Michael Chance interprète « Paparazzi » à la fête de l’école (20 millions de vues)

Greyson invité du Ellen Show (le son est meilleur)

Le clip « Paparazzi » par Lady Gaga

Rebelote : une serveuse est licenciée à cause de Facebook

Ca se passe aux Etats-Unis, en Caroline du Nord, mais l’histoire aurait très bien pu arriver en France : Une serveuse de pizzeria a été licenciée pour avoir tenu des propos désobligeants envers son entreprise et ses clients. Sur sa page Facebook, Ashley Johnson, 22 ans, a en effet traité un client de radin parce que celui-ci ne lui aurait pas laissé un pourboire assez important. Le problème c’est que la serveuse a cité le nom du resto dégradant du même coup la réputation de ce dernier ! La jeune femme s’est excusée mais le mal est fait. Virée !

Cette histoire n’est pas très originale. ce n’est pas la 1ère du genre et ce ne sera pas la dernière. Des photos compromettantes partagées sur Facebook qui entraînent le non-paiement d’une police d’assurance à la réceptionniste licenciée pour une chronique diffusée sur le Net, les limites de la liberté d’expression sur la Toile sont parfois floues ou méconnues. Je revenais d’ailleurs sur ce sujet il y a 2 jours à peine…

Source

%d blogueurs aiment cette page :