Plan de relance : l’Etat finance le jeu vidéo

Pas n’importe quel jeu vidéo c’est sûr… Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé que l’Etat investirait 20 millions d’euros dans le développement des serious games. Un type de jeux de plus en plus utilisé dans le cadre de formation professionnelle ou d’éducation.

Le « jeu sérieux » est une application informatique qui combine une intention sérieuse, de type pédagogique, informative, communicationnelle, marketing, idéologique ou d’entraînement avec des ressorts ludiques issus du jeu vidéo ou de la simulation informatique (Wikipedia). Initié par le défense américaine (jeu America’s Army), ce type de jeux s’est ensuite répandu à tous les secteurs d’activité : éducation (e-learning), commerce, management, etc. Aux Etats-Unis, les vétérans d’Iraq ont eu récemment accès à l’un des serious game les plus sophistiqué du secteur : un programme de désensibilisation au stress post-traumatique basé sur le jeu « full Spectrum Warriors ».

En France, à l’issu d’un concours ayant réuni 166 dossiers, le secrétariat d’Etat à la prospective et au développement de l’économie numérique a retenu 48 projets qui seront financés chacun a hauteur de 416 000€. Parmi les « lauréats » :

– MédiKids, simulation de parcours en hôpital pour informer et dédramatiser le séjour et les soins.

– Bus Training Game, programme de formation virtuelle pour les agents RATP à la conduite de bus en milieu urbain dense.

– SimViz, formation et simulation des problèmes de sécurité et d’environnement

– SimaDVF, formation des assistantes maternelles au problème de sécurité domestique et garde d’enfant

Et 62 autres listés sur cette page. « Je crois beaucoup à leur efficacité dans l’apprentissage des langues ou dans de la formation pour des situations stressantes, comme la vente, les entretiens individuels, etc » a déclaré Nathalie Kosciusco-Morizet. Un secteur d’activité qui, en tout cas, a le vent en poupe.

Pour plus d’infos, lire l’article des Echos.fr (3 min de lecture)

Projet Voltaire : internet à la rescousse des internautes nuls en orthographe

Si vous êtes enseignant, responsable pédagogique, étudiant, lycéen ou simple particulier et que vous êtes à la recherche de la solution qui vous permettra d’en finir avec les fautes d’orthographe, le projet Voltaire est peut-être fait pour vous !

Un site internet très élaboré permet d’évaluer son orthographe; un algorythme maison crée alors un programme personnalisé qui débarrassera l’internaute des fautes de grammaire et orthographe qu’il commet systématiquement. Si le service est payant (3,50€/mois), l’investissement peut s’avérer très intéressant pour de jeunes étudiants qui seront bientôt confrontés à la sélection du marché du travail…

J’ai discuté plusieurs fois avec des parents régulièrement confrontés aux énormes et nombreuses fautes de leur progéniture. Régulièrement (pour ne pas dire systématiquement), les adultes reprochent aux mobiles et leurs « satanés » SMS d’être à l’origine d’une sérieuse dégradation de l’orthographe chez les jeunes. Aux SMS s’ajoutent évidemment les forums, blogs, chat et réseaux sociaux qui sont les royaumes de l’écriture phonétique…

Je comprends que les acronymes, symboles et autres raccourcissements utilisés par les ados au sein de leurs échanges électroniques soulèvent quelques interrogations quant à leur capacité à élaborer une phrase à la syntaxe et à l’orthographe irréprochables.

Pourtant, une nouvelle étude menée par l’Université de l’Alberta au Canada vient de confirmer que les enfants forts en orthographe le demeurent alors que ceux qui ont des difficulté dans ce domaine auront également du mal à déchiffrer les SMS de leurs copains ! L’auteur de l’étude, Connie Varnhagen, ajoute que la lecture de SMS « codés » n’est pas sans intérêt intellectuel puisque qu’elle impose un exercice de « traduction ».

D’autres infos à la Source (1 min de lecture)

Bakchich est dans les kiosques

La presse en ligne est à la peine. Même les « pure player » ces sites qui n’ont jamais existé que sur la Toile, souffrent chroniquement d’un manque de fonds. La publicité affichée sur ces sites ne suffit pas à équilibrer les comptes alors Bakchich.info, site satirique en ligne, qui fait pourtant payer une partie des ses contenus, est « contraint » de lancer une version papier. Ce mercredi est le grand jour et le nouveau Canard va désormais se retrouver en concurrence directe avec Charlie hebdo et autre Canard Enchaîné…

Si cette version papier garde la même charte graphique que le site, les contenus, en revanche, sont totalement inédits.

D’autres titres issus du Web pensent actuellement à adopter la même stratégie : Mediapart y réfléchit alors que Causeur.fr a déjà sauté le pas. La presse traditionnelle, qui depuis 15 ans maintenant, propose gratuitement ses contenus en ligne, n’est pas en reste. Les revenus publicitaires en ligne ne suffisent pas à compenser la baisse des revenus papier. Alors lexpress.fr, lefigaro.fr et leurs confrères deviendront-ils payants ? Murdoch, le Magnat des médias (NewsCorp), a pour sa part annoncé la fin de la gratuié de ses titres : New York Post, Times of London,… Son bijou le Wall Street Journal, ayant déjà éprouvé la recette.

La fin de la gratuité pour la presse en ligne ?Des questions restent tout de même en suspens : Les internautes ne vont-ils pas fuir vers les sites qui restent gratuits et favoriser du même coup les revenus publicitaires de ceux-ci ? Si le consommateur consent à payer, quel sera le seuil d’acceptation ? Quid du système de paiement ?

En attendant que le modèle économique du Web soit découvert, souhaitons bonne chance à Bakchich  Hebdo qui a le mérite de défricher un secteur de la Net Economie.

1,80€ chez votre marchand de journaux chaque mercredi.

D’autres infos dans l’article de Marianna2.fr (1 min de lecture) et dans celui de canoe.com (2 min de lecture)

Numéricâble : internet + téléphone + TV pour 19,90€

Alors qu’en 2002 Free avait forcé ses concurrents à s’aligner sur le triple Play (internet + téléphone + TV) à 29,90€, c’est Numéricâble qui, aujourd’hui, jette un pavé dans la marre… Alors que toutes les offres de ce type tournent autour des 30 euros par mois, le Câblo-opérateur, spécialiste de l’internet par câble et fibre optique, crée l’événement en annonçant la baisse tarifaire de son offre triple play à 19,90€ (à partir du 6 décembre prochain et selon les foyers éligibles).

« Numericable est le seul opérateur avec France Télécom à disposer de son propre réseau, et donc à ne pas devoir s’acquitter d’un droit de passage de 10 euros par abonné auprès de l’opérateur historique. C’est ce qui permet de rendre les choses plus compétitives » a expliqué un porte-parole.

A quoi correspond l’offre ?

Internet haut débit 30Mbps ou 100Mbps pour les foyers connectés à la fibre optique. Téléphone illimité vers 53 destinations dont la France évidemment. Les chaînes de la TNT HD. L’offre est certes moins riche que chez la concurrence (moins de destinations pour le téléphone, moins de chaînes) mais les qualités du réseau offertes par Numéricâble sont très attirantes : constance du débit, performances de la fibre optique que ce soit en download (100Mbps) ou en upload (5Mbps). Alors que l’ADSL des concurrents (Free, Orange, Neuf,…) tourne autour des 20Mbps (théoriques car très fluctuants) en download et 1Mbps en upload.

Grâce à cette offre, le câblo-opérateur doit réussir le double pari suivant : faire baisser le taux de désabonnement et recruter de nouveaux abonnés.

Source

Publié dans FAI, internet. Étiquettes : , , , . 1 Comment »

Muse crée le Buzz

Le groupe Muse n’aime pas le playback alors quand on le contraint à cet exercice « anti-artistique », ses membres le font savoir… à leur manière !! Le chanteur devient batteur, le bassiste… guitariste ! La provocation est d’autant plus délicieuse quand l' »animatrice » du show n’y voit que du feu… Le numéro de Matthew Bellamy (chanteur du groupe) est particulièrement savoureux… Dominic Howard, le batteur, donne parfaitement le change au micro !

La vidéo, en ligne depuis le 20 septembre, atteint déjà les 450 000 vues sur YouTube !! Muse fait en tout cas parfaitement passer son message et se fait une pub à l’échelle planétaire. Tout ça pour 0,00$ ! Bravo !! Ah si internet n’existait pas…

Source

Séniors : nouvelle cible des « opérateurs mobile »

Orange et SFR ont chacun lancé un mobile destiné aux Séniors. Ces derniers sont assez mal équipés comme le révèle une étude du Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) : 37% seulement des plus de 70 ans possèdent un mobile. Alors que ce taux remonte à 69% chez les 60-69 ans.

Jusqu’à peu, les opérateurs français rechignaient à vendre des téléphones simplifiés pour seniors car ces derniers génèrent « peu de revenus », a rappelé à l’AFP le PDG de Doro, Jérôme Arnaud, mais « la cible des seniors est une cible en croissance ».

Robustesse, larges touches, grands caractères, compatibilité avec les appareils auditifs, , écoute amplifiée, haute visibilité,… voici donc quelques caractéristiques de ces téléphones qui sont également associés à une offre de télé-assistance 24h/24. Une assistance au sens large car le contrat prévoit autant l’assistance technique que le secours médical en cas de malaise ou de détresse (Mondial Assistance chez Orange et Europ Assistance chez SFR) !

Le Doro Phone Easy 345 de Orange (à partir de 13€/mois – 10% pour les plus de 60 ans; Assistance pour 10€/mois)

L’Amplicon M5000 chez SFR (à partir de 9€/mois; assistance pour 14,90€/mois)

Source

Ondes électromagnétiques : votre mobile est-il plus dangereux qu’un autre ?

Si le débat concernant l’effet des ondes électromagnétiques sur la santé humaine est loin d’être fermé, les personnes sensibles au devoir de précaution pourront se rendre sur le site de l’Environnemental Working group (EWG). Ils trouveront là un tableau présentant le niveau de radiofréquence (ou DAS pour Débit d’Absorption Spécifique) émise par chacun des portables du marché !

Pour rappel, en France, ce niveau (exprimé en Watts/kg) ne doit pas dépasser les 2W/kg.

Source

%d blogueurs aiment cette page :