Luc Besson sur YouTube

Au mois de février dernier, le cinéaste vilipendait les grands du Web tel Google, Free ou Price Minister qui contribuent selon lui au développement du téléchargement illégal. Aujourd’hui, Luc Besson semble s’être réconcilié avec le moteur de recherche puisqu’il annonce que son projet commun avec Yann Arthus Bertrand « Home » sera diffusé gratuitement sur YouTube, propriété de Google.

Lors de la journée mondiale pour l’environnement (5 juin 2009), « Home », long métrage de 90 minutes sur les dangers qui guettent notre planète, sera proposée sur une chaîne dédiée de YouTube. Cette dernière existe déjà et permet de découvrir la bande-annonce du film. La sortie est programmée le 5 juin dans le monde entier « sur tous les supports : cinéma, télé, DVD et Internet. L’objectif de Yann Arthus-Bertrand, réalisateur, de Luc Besson, distributeur, et de François-Henri Pinault, président du groupe PPR, soutien officiel du film, est ainsi de toucher le plus grande nombre possible, et de nous convaincre que nous avons tous une responsabilité à l’égard de la planète. »

Plus d’infos à la Source (1 min de lecture)

Plein d’infos sur la chaîne YouTube

La bande-annonce

Publicités
Publié dans Cinéma, media. Étiquettes : , , . Leave a Comment »

Besson va se faire troller

Quelques jours après que Nicolas Sarkozy ait traité les internautes de voleurs de supermarchés, c’est Luc Besson qui prend le relais des majors avançant, à travers Le Monde et canal Plus, des chiffres fantaisistes (« 500 000 vols de films chaque jour en France ») et jugeant à l’emporte-pièce une situation (les nouveaux usages vis-a-vis des biens culturels) qui mérite pourtant une grande subtilité d’analyse. Mais Besson n’est pas là pour être subtil : C’est un poids lourd de l’industrie cinématographique française et à ce titre, il défend son bifteck et celui des ses camarades corporatistes, quitte à être de mauvaise foi, quitte à dire n’importe quoi, quitte à manipuler des chiffres, quitte à traiter ses spectateurs de pirates, de voleurs et de consommateurs de drogue ! Voir la tribune de Luc Besson dans le Monde.

La vérité, c’est que les Majors du cinéma, plus encore que celles de la musique, paniquent. Les ventes de DVD, grandes pourvoyeuses de cash, s’essoufflent pour la 4 ème année consécutive et les chaînes de télévision, argentières « privilégiées » de l’industrie cinématographique, perdent de leur pouvoir financier. Parallèlement pourtant, les Majors campent traditionnellement sur leur marché physique et haut de gamme (film en salle à 10€, dvd à 20€ et Blu-Ray à 30€) et refusent largement d’accepter les nouvelles valeurs de leur secteur : l’obsolescence rapide des produits « culturels », le low cost, le zapping, le partage des gains,…  Les Majors misent sur le Blu-Ray à la valeur ajoutée pas si évidente que ça (1080 lignes affichées sur un écran de 42′ à 1 800€ n’ont jamais transfiguré un film au point de convaincre des dizaines de millions de personnes de remiser leur lecteur DVD à 70€ au profit d’un lecteur Blu-ray à 300€ qu’il faut alimenter avec des films rares et chers). Soit dit en passant : même les fans de cinéma à domicile, early adopters dans l’âme, restent dubitatifs devant l’indigence du packaging des blu-ray (plastique bas de gamme, absence de livret,…) , loin, très loin de reflèter l’apport qualitatif du support et qui peine logiquement à générer l’achat coup de coeur si répandu chez le connaisseur.

Les Majors misent sur un chronologie des médias qui s’étire sur des mois et des mois (sortie salle, location DVD, vente DVD, VOD, Diffusion TV) et nient quasiment le confort, l’ergonomie et le formidable potentiel économique des « box TV » ADSL installées par millions sous le téléviseurs français notamment : les catalogues de vidéo à la demande (VOD) sont d’une pauvreté affligeante et affichent des tarifs élevés,… Bref, la VOD est handicapée par une stratégie encore cramponnée à un ancien modèle économique (monopole de la production, de l’édition et de la distribution, pré-achats des TV, marché ultra-rémunérateur du DVD,…) . je comprends parfaitement que toute une industrie peine à s’adapter aux nouvelles donnes de son marché. J’accepte qu’une « vieille » industrie soit un temps sur la défensive. Mais là, et depuis des mois : quelle agressivité ! Quelle arrogance ! Quels dégâts auront été engendrés par les discours rétrogrades et accusateurs des Olivennes, Nègre, Besson (Eric), Sarkozy,… et désormais Luc Besson qui assène entre autre à ses interlocuteurs et lecteurs (pas forcément à la pointe de l’actualité numérique) qu’« Il est un délit maintenant reconnu de tous : celui de visionner des films gratuitement sur son ordinateur via Internet » : une introduction à sa tribune du Monde pour le moins maladroite mais que certains n’hésiteront pas à fustiger… Je vous encourage d’ailleurs à lire la longue et truculente réponse que le savoureux maître Eolas a adressé ce matin au réalisateur du « Dernier Combat ».

Frédéric Lefebvre mérite-t-il la place d’Eric Besson ?

Eric Besson  (Secrétaire d’Etat à l’Economie Numérique) dont j’ai souvent parlé sur ce blog, est pressenti pour le ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale (en remplacement de Brice Hortefeux). Il doit donc être remplacé. Le nom de Frédéric Lefèbvre, actuel porte-parole de l’UMP, est sur toutes les lèvres…

Mais alors que le monde entier s’est bien moqué des graves approximations et ignorances de Sarah Palin qui pouvait potentiellement présider les Etats-Unis, que doit-on penser d’un « futur responsable de l’économie numérique » incapable de définir, même grossièrement, le sens du terme Web 2.0 ? Ca se passe sur BFM TV : Gêne non dissimulée (dur de faire autrement) de Lefebvre, petit sourire (de satisfaction ?) de JJ Bourdin… tous les ingrédients d’un grand moment de solitude orchestré par un journaliste qui fait son boulot !

Source : theinquirer.fr

Ordi 2.0 : E. Besson veut lutter contre la fracture numérique

Pour lutter contre le faible taux d’équipement informatique des foyers français (55% contre 70% en Angleterre ou 80% en Finlande), l’Etat autorise depuis plusieurs mois les entreprises françaises à “offrir”  leurs vieux PC à leurs salariés. Problème : ce “transfert” est socialement taxé pour l’entreprise et fiscalement imposé pour le salarié… 

La Charte dite “Ordi 2.0” qui met désormais fin à ces taxations, vient d’être signée par Areva, La Poste, Casino, La SNCF et d’autres qui s’engagent ainsi à donner plusieurs milliers de PC.

Plus d’infos dans l’article de liberation.fr (2 min de lecture)

L’avenir de la France numérique est débattu en ce moment

C’est aujourd’hui que se sont ouvertes les Assises du numérique. Eric Besson, secrétaire d’Etat chargé du développemnt de l’Economie numérique, propose d’y débattre de l’avenir du numérique et des Technologies de l’information et de la communication (TIC) en France. L’idée est de débattre des sujets économiques, sociaux et culturels qui permettront de mettre sur pieds “un plan de développement de l’économie numérique [et] de faire de la France une grande Nation numérique”  Le JournalduNet en présente les principales pistes de réflexion : L’accès à internet fixe et mobile haut débit depuis tout le territoire français (une priorité pour le Gouvernement), Les aides à l’équipement (PC, internet,…) des foyers les plus démunis destinées à réduire la “fracture numérique”, l’amélioration des offres légales de musique et cinéma sur le Net,  la lutte contre la cybercriminalité, l’équipement des écoles primaires, collèges et lycées, le paysage audiovisuel numérique,…

Si vous désirez participer aux débats, rendez-vous sur le site assisesdunumerique.fr. Vos idées et commentaires pourront contribuer à l’élaboration du Plan de développement de l’économie numérique qui doit être remis au Président de la République le 31 juillet 2008.

Lire le dossier du JournalDuNet pour mieux comprendre les enjeux de ces Assises (15 min de lecture)

Pour participer aux débats : assisesdunumerique.fr

L’Economie numérique a son Secrétaire d’Etat

Un Secrétaire d’Etat pour l’économie numérique a bien été nommé. Il s’agit d’Eric Besson.

Cette nomination qui faisait partie des propositions du rapport Attali est très bien accueillie par l’ensemble du Secteur.

Les dossiers d’Eric Besson sont cependant nombreux : Part de l’Economie numérique dans la Production française (trop faible), l’accès à internet haut débit dans les foyers (M. sarkozy a promis 100% de connectés d’ici 2012), le financement de la 4ème licence 3G, le déploiement de la fibre optique, la TV Mobile, le piratage, le logiciel libre,…

Rien n’est dit sur ses prérogatives et marges de manoeuvre.

Plus d’infos à la Source (2 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :