Les photos retouchées détectées par un logiciel

Le logiciel à la technologie française et révolutionnaire répondant au doux nom de « Tungstène » permet de détecter les retouches qui auraient été effectuées sur une photo.

Testé en ce moment par le ministère de la Défense et l’Agence France Presse, Tungstène possède une palette d’applications assez vaste dans le domaine du trucage : Seins grossis, hanches rétrécies, missile effacé, foule densifiée, etc. Vous l’aurez compris, Tungstène peut aussi bien servir à l’armée, à la police, au BVP, aux agences photos, etc. Partout où  la photo peut servir un discours politique, commercial, idéologique ou autre.

Dans l’univers ultra-médiatisé que nous côtoyons au quotidien, une telle application peut s’avérer salutaire. Elle relance en tout cas le débat qui était né autour d’une proposition de loi qui pourrait imposer à tout éditeur de signaler si les photos qu’il diffuse sont retouchées ou pas. Cette proposition, déposée par la députée Valérie Boyer, pourrait être une réponse aux discours mensongers et non moins répandus dans le domaine publicitaire : on pense évidemment à la beauté (maquillage, shampoing, crême,…), à l’alimentation et à la mode. Mais l’information est largement concernée.

La communication propre à ces 4 univers, repose en grande partie sur la puissance des outils informatiques dédiés à la retouche d’image :

LA BEAUTE. Comment peut-on encore croire à la réalité d’un visage ventant les miracles d’une crème, d’un rimel ou d’un après-rasage ? La marque Dove avait d’ailleurs surfé sur l’abus de retouche dans le domaine de la beauté. La vidéo révélant les secrets de fabrication d’une affiche publicitaire avait eu un grand succès sur le Net en 2006 (11 millions de vues sur YouTube).

La proposition de loi de Mme Boyer imposerait l’inscription d’une mention en bas de l’affiche. Une mention qui stipulerait que la photo a été retouchée et ne reflète donc pas la réalité. Une espèce d’activateur d’esprit critique qui a tendance à nous manquer quand nos sens et nos émotions sont sur-stimulés : Pas moyen en effet de faire quelques pas en ville, de lire un article ou de regarder un film sans être submergé de messages truqués ou retouchés.

LA MODE. Voilà un domaine où « Tungstène » pourrait fonctionner à plein régime ! Maquillage, coiffure, lumière, mise en scène et… retouche graphique. Autant d’éléments qui font de la photo de mode un domaine si artificiel. Je ne condamne pas ce processus car je considère la photo de mode comme un art. Le photographe de mode est un artiste qui exprime les valeurs et l’état d’esprit d’une marque. Comment remettre en cause alors tous les éléments et artifices qui viennent sublimer cette démarche ?

Le problème, c’est le formidable phénomène d’identification des consommatrices (et consommateurs) qui rêvent devant les jambes et la taille de Jessica Alba. Des jambes et une taille pourtant amincies, gommées, ombrées, retaillées par les mains expertes d’un infographiste. Des jambes inaccessibles, une taille improbable qui bernent les repères de jeunes filles à qui la puissance de Photoshop échappe totalement. Et on a beau vouloir nous convaincre que peser 50kg pour 1m80 c’est pas bien, la mode, la pub, la presse féminine, etc, nous disent le contraire. Un vrai terreau pour de profonds problèmes comme l’anorexie, la sous-estimation de soi ou l’ostracisme de tout bord.

La silhouette de Jessica Alba avant et après les retouches pour le calendrier Campari : message mensonger ou expression artistique ?

Les retouches effectuées sur la photo de droite (ci-dessus) n’ont rien d’exceptionnel. dans la Mode, c’est la règle. Des jambes homologuées Oenobiol aux cheveux extra-terrestres de Laetitia Casta, tout l’univers de la mode est concerné.

Tout le monde il est beau, tout le monde il est truqué… La mode est un exemple parmi d’autres. Quand il s’agit de vendre sa soupe autant que le vendeur soit beau lui aussi. Le domaine musical par exemple est lui aussi rongé par le système. Vous croyez que 50 Cent et Beyoncé sont aussi beaux et minces dans la réalité que dans leurs clips ? Jetez un oeil sur la vidéo qui suit. Elle révèle les trucages qui permettent à nos stars préférées de paraître parfaits. Ce qui est faisable en photo l’est aussi en vidéo et cinéma (24 ou 25 images par seconde). La technologie n’a presque plus de limite…Cette vidéo n’a rien d’offciel; elle a fuité et internet s’est fait un plaisir de la faire circuler.

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

L’ALIMENTATION. La photographie de nature morte est difficile. C’est un métier. Et ce métier ne se contente plus de lumière et de mise en scène.

Photoshop est là, autant en profiter. Ainsi, Charal ne montre pas le steack que vous allez manger. Charal montre une photo de ce steak…ou plutôt une vision « photoshopée » de ce steak. Et ça marche ! Le steak de la photo, retaillé, recoloré, ombré, texturé vous fait saliver… et c’est fait pour !

Une idée de la différence entre le packaging et la réalité ? Le marketing et son bras armé, Photoshop !

Le projet allemand Pundo3000.com s’est sérieusement penché sur le phénomène du marketing propre au packaging. Le constat est effrayant ! Regardez cette vidéo : voilà ce que nous vivons au quotidien !

L’INFORMATION. Le logiciel « Tungstène » est testé par l’Agence France Presse (AFP). C’est logique. Spontanément, quand on évoque le trucage d’une photo, on pense à l’actualité. Il est très facile aujourd’hui, de transformer la réalité ou de servir un discours avec une photo tant les outils de trucages sont puissants. Certes, les politiques n’ont pas attendu Photoshop pour truquer des photos destinées à leur propagande. Mais aujourd’hui, c’est tellement facile, tellement rapide qu’on peut imaginer que plus une seule photo d’information ne soit diffusée avant de passer entre les mains d’un infographiste. L’agence France Presse, qui commercialise des milliers de photos veut-elle pouvoir s’assurer de la véracité des clichés qu’on lui confie ? Ca n’empêchera pas un journal de truquer une photo livrée par l’AFP. On se souvient de « l’affaire » des bourrelets effacés de Nicolas Sarkozy. Mais il y eu aussi l’affaire de son garde du corps et celle de la bague de Rachida Dati…

Le bourrelet de Sarkozy avant Photoshop. Paris Match décide d’estomper le « défaut ».


Pour ne pas alimenter la polémique, Le Figaro efface une bague à 15 000€ du doigt de Rachida Dati.

Auto-censure ? Propagande ? Manipulation ? Mensonge ? Communication ? Politique spectacle ? Notre Démocratie est-elle en train de récupérer les démons de Mao en son temps ou de Kim Jong Il aujourd’hui ? (Vous trouvez que j’exagère ?) Je me contenterai de conclure ce billet en encourageant simplement chacun de nous à user plus que jamais de cette arme très puissante et dont chacun dispose : l’esprit critique.

Si le sujet vous intéresse, lire aussi :

N’importe qui peut faire croire n’importe quoi

Les mannequins, privées de Photoshop ?

Jessica Alba, retouchée par Mario Testino

Un logiciel pour détecter les photos retouchées

Publicités

Grande Bretagne : Les pirates achètent plus de musique que les autres

Un millier de britanniques âgés de 16 à 50 ans ont été interrogés lors d’un sondage mené par Ipsos Mori autour du téléchargement illégal. Il en ressort clairement que les pirates (ceux qui consomment la musique illégalement via le téléchargement ou toute sorte d’échange) dépensent en moyenne 85€ (77£) par mois en musique contre 49€ chez les autres. Une différence de 36€ qui prouve une nouvelle fois que mettre la chute des ventes de l’industrie musicale sur le dos des pirates est pour le moins un peu rapide…

Cette étude arrive au moment où la Grande Bretagne réfléchit à une loi comme celle que notre Parlement vient de voter : la loi Hadopi qui veut tenter de relancer l’industrie musicale en coupant l’accès internet aux téléchargeurs les plus récalcitrants.

L’étude britannique confirme du même coup que sanctionner les pirates revient à sanctionner les plus gros consommateurs de musique…

Ce n’est pas la première fois qu’une étude constate un tel phénomène.

Je profite de ce billet pour rappeler que j’avais donné quelques pistes intéressantes quand on veut écouter ou télécharger légalement (gratuitement ou pas) de la musique en ligne.

Plus d’infos à la Source (2 min de lecture)

Etats-Unis : la loyauté des blogueurs sous surveillance

Qu’ils soient édités par un professionnel, un spécialiste, un passionné ou un internaute en mal d’attention, les blogs font aujourd’hui partie des sources d’information les plus courantes. On évoque souvent la grande variété qualitative qui caractérise la blogosphère. Oui, le web héberge aussi bien des sources passionantes que des contenus affligeants. D’où l’importance de toujours recouper les infos glanées sur le Net. Un phénomène est plus discret pour le grand public : celui des billets sponsorisés. certains blogs ont atteint une telle audience et une telle réputation que des Agences se sont spécialisées dans la mise en relation des annonceurs (les marques) avec les blogueurs influents. Au sein de nos blogs préférés, on retrouve donc de plus en plus d’articles sponsorisés par des marques qui trouvent là un moyen de parfaitement cibler une campagne de communication. En gros, le billet sponsorisé est au blog ce que le publi-reportage est à la presse magazine… sauf que les publi-reportages sont toujours identifiés comme tels; même si c’est discret et que tout est mis en oeuvre pour que le lecteur pense lire un article de fond. Le problème avec le post sponsorisé c’est que la relation commerciale qui lie l’auteur à la marque est…cachée ! Ce phénomène n’est cependant pas généralisé; certains blogueurs précisent bien que tel ou tel billet est rédigé à la demande d’une marque.

Aux Etats-Unis, pour éviter des débordements (déjà atteints en fait dans ce pays…), une réglementation vient désormais encadrer les billets sponsorisés. Outre-Atlantique, un blogger testant un produit ou un service gratuitement et publiant ensuite un article rémunéré, doit désormais stipuler sa relation avec la marque en question. Tout contrevenant risquant 11 000$ d’amende. Cette réglementation s’applique également aux réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter.

En France, il n’y a pas de réglementation spécifique quant à la transparence des blogs et autres recommandations sur le net mais tout porte à croire que ça viendra. Il y a quelques jours, dans un domaine lui aussi assez opaque, un projet de loi a été déposé : celui-ci viserait à apposer une étiquette « retouchée » sur toute photo corrigée grâce à un logiciel. Bref, une mini-révolution dans l’univers du magazine de mode, de beauté mais aussi dans celui de la publicité…

Vous souvenez-vous de cette vidéo mise en ligne par un monteur-truquiste de Room-tv, révélant les correction effectuées sur les stars qu’on adule.

Plus d’infos à la Source (2 min de lecture)

Hadopi 2 : 285 pour, 225 contre

On ne peut pas parler de large majorité mais le fait est que la loi Hadopi (Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des droits sur Internet) , déjà adoptée en juillet dernier et retoquée par le Conseil Constitutionnel, a bien été adoptée hier par un vote solennel de nos députés. Même si le texte doit encore passer par une commission paritaire (7 députés et 7 sénateurs) à la fin du mois de septembre, faisons un petit tour sur les points essentiels de la nouvelle loi.

– Un internaute pris en flagrant délit de téléchargement illégal recevra un mail d’avertissement. S’il récidive, un courrier recommandé lui priera d’arrêter ses « bêtises »… C’est le volet dit « préventif » d’Hadopi.

– Si l’internaute persiste à télécharger musique et/ou vidéos de façon illégale, la sanction tombe : coupure de l’accès internet de 1 mois à un an selon la gravité des faits reprochés. C’est à cette étape que l’hadopi 2 amène les nouveautés qui doivent faire d’elle une loi respectant notre Constitution. L’accès à internet étant désormais considéré comme un droit fondamental, seul un juge peut décider d’en priver un citoyen. C’est donc bien un juge qui décidera ou non de la coupure internet. L’internaute ainsi déconnecté devra cependant continuer à payer son abonnement. Une double peine qui pourra même être complétée par une amende… et de la prison ! Durant sa peine, le « pirate » n’aura pas le droit de s’abonner auprès d’un autre opérateur.

– Autre nouveauté de l’Hadopi 2 : Si le téléchargeur utilise votre accès Wifi à votre insu, c’est vous qui serez responsable si vous n’aviez pas correctement sécurisé votre réseau. Cette négligence peut coûter 3 750€ d’amende et 1 mois de suspension d’abonnement internet.

– Les messageries électroniques ne seront finalement pas surveillées par l’autorité. Les pièces jointes aux mails, susceptibles de contenir plusieurs fichiers musicaux illégaux, restent donc hors de portée de l’Hadopi.

– Un internaute accusé de téléchargement illégal ne peut se défendre qu’à l’étape répressive prévue par la loi. Impossible donc de répondre ou de se défendre à la réception du mail ou du courrier recommandé d’avertissement. C’est devant le juge que l’internaute peut être représenté par un « conseil » (?).

– On a tendance à l’oublier mais la loi hadopi doit également imposer une meilleure offre légale. L’abaissement des délais qui séparent la sortie d’un film en salle et sa disponibilité en DVD, blu-ray et VoD fait partie des projets en cours. Une mission « Création et Internet » a d’autre part été lancée par le Gouvernement. Objectif annoncé : améliorer l’offre légale

LA LOI S’APPLIQUE-T-ELLE DÈS MAINTENANT ?

Oui et non. Une commission mixte paritaire doit encore se réunir d’ici au 22 septembre histoire de mettre le Sénat et l’Assemblée Nationale sur la même longueur d’onde. Ensuite, un vote définitif doit boucler la boucle. Le PS a par ailleurs annoncé qu’il saisirait le Conseil Constitutionnel. Selon lui (et d’autres experts), la loi n’est toujours pas constitutionnelle. Certes le juge décide de la sanction, mais la procédure est très rapide (ordonnance pénale sans débat contradictoire) et semble incompatible avec la privation d’un droit fondamental. Cette procédure accélérée est aujourd’hui beaucoup utilisée dans les cas où la culpabilité du contrevenant  est établie d’office. Est-elle donc bien adaptée au téléchargement illégal ?

En revanche, la partie « préventive » de la loi est bien votée et cela depuis juin dernier. Les mails et courriers recommandés devraient donc commencer à être envoyés.

EST-CE QUE LA COUPURE INTERNET SERA SYSTÉMATIQUE ?

Non. C’est l’avantage du juge. Même si la procédure est rapide, il devra considérer au cas par cas si la coupure doit s’appliquer : gravité des faits, conséquences de la coupure de l’abonnement,… sont des facteurs déterminants. En tout cas il faut l’espérer. Je regardais encore récemment un sujet sur les moyens qui seront mis en place si la pandémie de grippe A touche plusieurs milliers de français : Télétravail, cours à distance,… tout ça grâce au Net ! Quid de toutes ces mesures si les gens, bloqués chez eux, n’ont plus accès à internet ?

SI JE TELECHARGE CHEZ PAPI ET MAMIE, QUI SERA SANCTIONNÉ ?

Papi et mamie !! C’est en effet l’adresse (IP) du PC qui a servi au téléchargement qui sert de base aux volets préventifs et répressifs. Cela veut aussi dire que les grands-parents auront reçu le mail et le courrier recommandé. A eux de faire le nécessaire. j’ajoute qu’un accès internet coupé prive tout un foyer d’internet. Une colocation de 4 étudiants peut ainsi être privée de Net si l’un des colocataires est condamné… Idem pour une famille de 6 personnes qui possède 2 ou 3 postes informatiques à la maison. Ca c’est la théorie. Au juge… de juger.

L’HADOPI VA-T-ELLE SAUVER LES INDUSTRIES MUSICALE ET CINÉMATOGRAPHIQUE ?

Rien n’est moins sûr ! L’Hadopi laisse penser que les internautes sont responsables de la chute vertigineuse des ventes de CD. La vérité est pourtant bien plus nuancée… mais j’ai répondu à cette question à travers un billet de mai dernier qui est toujours d’actualité

Suivre l’actualité de la loi Hadopi

Ceux qui désirent suivre au plus près les débats et petites histoires qui touchent à la loi Internet et Création, ont tout intérêt à se rendre sur la page que 01net leur a dédiée.

D’autre part, le site de l’Assemblée Nationale propose de suivre les débats en direct ou en différé.

Hadopi: les députés maîtrisent-ils le sujet ?

Les débats ont repris autour de la loi Internet et Création. Début avril pourtant, l’Hadopi était rejetée par 21 voix (opposition) contre 15 (UMP) sur les bancs de l’Assemblée Nationale. Cette surprise pouvait s’expliquer de plusieurs façons :

-Les députés UMP pensaient que la victoire était jouée d’avance. Ils ne se sont donc pas précipités dans l’hémicycle : avec 15 députés présents, c’est le moins qu’on puisse dire.

-Un concours de circonstances à vidé les bancs de l’Assemblée. Les députés étant souvent occupés à autre chose que débattre des lois qu’ils sont censés voter.

– Une grosse part des députés de la majorités sont en réalité contre la loi internet et création et en particulier contre son volet répressif : la coupure de l’accès internet des foyers dans lesquels un internaute a, à plusieurs reprises, téléchargé des contenus culturels illégalement. par leur absence, ils ont contourné la pression entretenue par le Ministère de la Culture, le Gouvernement et le Président de la République qui ont fait de la loi Internet et Création une priorité absolue.

– Les députés doivent voter une loi dont ils ne mesurent pas les tenants et aboutissants. Internet et son économie sont des domaines qui évoluent à une vitesse que personne ne contrôle. Ils sont comme vous et moi : ils ne suivent pas !! Ils ne sont pas nés avec une souris dans les mains et ont un certain mal à s’adapter. Nos vies culturelle, sociale, professionnelle, amoureuse,… sont bouleversées par l’explosion d’internet et des outils qui lui sont dédiés… et les députés sont dépassés. Comment voter sereinement une loi sur le téléchargement illégal si on ne fait pas la différence entre streaming et téléchargement, entre libre et gratuit, si on ignore totalement le sens de « Web 2.0 » ou celui de P2P, si on n’a pas idée de ce qu’est la licence globale ? Comment imposer une loi à un peuple dont on ne connaît pas les usages ?

La vidéo qui suit est assez significative d’une situation qui n’est certainement pas nouvelle dans l’univers parlementaire : Les députés maîtrisent-ils leur sujet au moment où ils votent ? Pas toujours, c’est un fait.

D’autres infos et une autre vidéo sur le site de backchich

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles. 

Hadopi : une manif avant son retour et une guérilla après…

Notre système législatif est ainsi fait qu’une loi tout juste rejetée par une majorité de députés peut quelques semaines plus tard être représentée de façon à avoir toute les chances d’être votée… cette fois. La loi Internet et Création, censée lutter contre le téléchargement illégal, rejetée la semaine dernière à l’Assemblée Nationale doit donc selon le Gouvernement, être présentée à nouveau devant le Parlement fin avril après les vacances de Pâques. Avant cette échéance, une manifestation anti-Hadopi devrait avoir lieu à Paris le 24 avril 2009 à 14h00 place Edouard Herriot. Ce rassemblement ne se fera selon les initiateur du « projet » que si 2 000 internautes au moins s’inscrivent sur le site internet www.manifestation-contre-hadopi.com. Marseille et Lyon pourraient elles aussi être le théâtre de manifestations.

Alors que plusieurs collectifs (La Quadrature du Net, Réseau des pirates,…) s’engagent contre une loi liberticide et impraticable, The pirate Bay, l’un des vecteurs les plus populaires dans le téléchargement illégal, propose désormais pour 5€ mensuels, un mode de téléchargement anonyme (iPredator)  : l’adresse IP du PC est cachée. Cacher son IP (l’adresse du PC) va peut-être devenir un sport national (c’est en repérant l’adresse IP sur les réseaux pirates que l’hadopi peut vous envoyer ses avertissements et ensuite couper votre accès à internet). On entend de plus en plus parler en effet de solutions comme Hide my Ip qui étaient jusque-là assez confidentielles.

Parallèlement à ce phénomène, plusieurs initiatives font parler d’elles sur le web. L’une d’entre elles, consisterait à faire parvenir au maximum d’internautes français un faux mail d’alerte soit disant envoyé par l’Hadopi (ou par le fournisseur d’accès qui en aurait reçu l’ordre). Rien d’autre que du phishing ; L’internaute, croyant être accusé à tord, devra se retourner vers les autorités. L’idée est d’engorger le système car évidemment, la lettre d’avertissement aura été expédiée par centaines de milliers !!

Le « problème » avec internet c’est que le système possède en lui une capacité quasi-infinie d’adaptation, de contournement, de réaction… d’intelligence qui se développe chaque jour un peu plus… Si laloi Hadopi passe autoritairement tout en niant les nouveaux usages de millions d’internautes, la nouvelle génération risque de s’engouffrer dans le surf anonyme qui l’éloignera plus encore des solutions légales cohérentes comme les licences globales (universelle, optionnelle ou à paliers), qui finiront, elles, par être votées et adoptées…

%d blogueurs aiment cette page :