France : les prix de l’e-commerce biens positionnés

Dans le domaine  de la consommation courante, quand on veut payer moins cher, l’alternative à la visite de multiples points de vente est simple : internet. Les prix y sont singulièrement moins élevés (dans la plupart des domaines mais pas tous, je pense notamment aux biens alimentaires). A un point tel qu’on est en droit de se demander quel est le vrai prix des choses…

Bref la question du jour est : En France a-t-on un e-commerce bon marché ? C’est Kelkoo, moteur de recherche comparateur de prix qui nous donne d’intéressants éléments de réponse avec une étude qui s’est penchée sur les e-commerces européen et américain.

Dans cette étude sont comparés « plus de 1 220 prix sur Internet (TVA incluse) dans les 10 principaux pays d’Europe et aux Etats-Unis, pour un panier de 124 produits de consommation courante parmi 12 catégories incluant : les livres, les DVD, la musique, les équipements informatiques, les consoles de jeux, les jouets, les équipements électroniques, les produits de beauté, les téléphones mobiles, l’électroménager, l’automobile, et l’alimentation. »

C’est le Royaume-Uni qui propose les prix les plus bas (34% plus bas que la moyenne). Les anglais sont suivis par l’Allemagne (-17,5%), l’Italie (-17,3%) et la Suède (-16,4%).

La France arrive en 6ème position en proposant des prix 12,4% inférieurs à la moyenne des tarifs observés dans les pays concernés par l’étude. Si les anglais sont privilégiés du côté des livres et de la musique, les américains profitent des prix les plus bas dans le domaine de l’automobile (-37,3% par rapport à la moyenne).

Conscéquence logique : en France, en 2010, 19% des cyberacheteurs ont déjà fait leurs emplettes sur des sites étrangers. Parmi ces cyberacheteurs transfontaliers, 58% le font pour le prix. 49% passent ce « cap » pour trouver des produits indisponibles chez nous.

Plus de chiffres sur Frenweb.fr (4 min de lecture)

Le marché de l’internet mobile va juste… exploser

Alors que le marché des PC n’est pas au mieux, celui de l’internet mobile et des appareils qui lui sont dédiés se porte comme un charme… d’autant que ses perspectives d’avenir sont spectaculaires.

Une étude de Forrester révèle que si 17% des européens utilisent l’internet mobile en 2009, ce taux passera à 40% en 2014. La France suivra largement le mouvement avec un taux de pénétration qui passera de 11% en 2009 à… 41% en 2014. Toujours en Europe, les smartphone, ces téléphones dédiés à l’internet mobile capables d’afficher des pages web de façon intégrale, représenteront 33% des ventes en 2014 contre 18% aujourd’hui.

On n’a donc pas fini d’entendre parler des iPhone, Blackberry et autre série N qui seront directement adoptés par les digital natives d’un futur tout ce qu’il y a de plus proche.

Plus d’infos à la source (2 min de lecture)

L’Europe se prépare à lancer sa bibliothèque numérique consultable en ligne

Alors que les Assises du numérique ont commencé hier à Paris, Viviane Reding, Commissaire européen chargée des technologies de l’information, a annoncé le lancement pour novembre prochain du site Europeana qui permettra aux internautes de consulter les 2 millions d’oeuvres que l’Europe a numérisées ces 3 dernières années. Ces chiffres symbolisent de fort belle manière les prémices d’un projet soutenu par la France et sa Bibliothèque Nationale (BNF) et destiné à devenir un “espace européen de la connaissance”.

Plus d’infos à la Source (1 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :