Les photos retouchées détectées par un logiciel

Le logiciel à la technologie française et révolutionnaire répondant au doux nom de « Tungstène » permet de détecter les retouches qui auraient été effectuées sur une photo.

Testé en ce moment par le ministère de la Défense et l’Agence France Presse, Tungstène possède une palette d’applications assez vaste dans le domaine du trucage : Seins grossis, hanches rétrécies, missile effacé, foule densifiée, etc. Vous l’aurez compris, Tungstène peut aussi bien servir à l’armée, à la police, au BVP, aux agences photos, etc. Partout où  la photo peut servir un discours politique, commercial, idéologique ou autre.

Dans l’univers ultra-médiatisé que nous côtoyons au quotidien, une telle application peut s’avérer salutaire. Elle relance en tout cas le débat qui était né autour d’une proposition de loi qui pourrait imposer à tout éditeur de signaler si les photos qu’il diffuse sont retouchées ou pas. Cette proposition, déposée par la députée Valérie Boyer, pourrait être une réponse aux discours mensongers et non moins répandus dans le domaine publicitaire : on pense évidemment à la beauté (maquillage, shampoing, crême,…), à l’alimentation et à la mode. Mais l’information est largement concernée.

La communication propre à ces 4 univers, repose en grande partie sur la puissance des outils informatiques dédiés à la retouche d’image :

LA BEAUTE. Comment peut-on encore croire à la réalité d’un visage ventant les miracles d’une crème, d’un rimel ou d’un après-rasage ? La marque Dove avait d’ailleurs surfé sur l’abus de retouche dans le domaine de la beauté. La vidéo révélant les secrets de fabrication d’une affiche publicitaire avait eu un grand succès sur le Net en 2006 (11 millions de vues sur YouTube).

La proposition de loi de Mme Boyer imposerait l’inscription d’une mention en bas de l’affiche. Une mention qui stipulerait que la photo a été retouchée et ne reflète donc pas la réalité. Une espèce d’activateur d’esprit critique qui a tendance à nous manquer quand nos sens et nos émotions sont sur-stimulés : Pas moyen en effet de faire quelques pas en ville, de lire un article ou de regarder un film sans être submergé de messages truqués ou retouchés.

LA MODE. Voilà un domaine où « Tungstène » pourrait fonctionner à plein régime ! Maquillage, coiffure, lumière, mise en scène et… retouche graphique. Autant d’éléments qui font de la photo de mode un domaine si artificiel. Je ne condamne pas ce processus car je considère la photo de mode comme un art. Le photographe de mode est un artiste qui exprime les valeurs et l’état d’esprit d’une marque. Comment remettre en cause alors tous les éléments et artifices qui viennent sublimer cette démarche ?

Le problème, c’est le formidable phénomène d’identification des consommatrices (et consommateurs) qui rêvent devant les jambes et la taille de Jessica Alba. Des jambes et une taille pourtant amincies, gommées, ombrées, retaillées par les mains expertes d’un infographiste. Des jambes inaccessibles, une taille improbable qui bernent les repères de jeunes filles à qui la puissance de Photoshop échappe totalement. Et on a beau vouloir nous convaincre que peser 50kg pour 1m80 c’est pas bien, la mode, la pub, la presse féminine, etc, nous disent le contraire. Un vrai terreau pour de profonds problèmes comme l’anorexie, la sous-estimation de soi ou l’ostracisme de tout bord.

La silhouette de Jessica Alba avant et après les retouches pour le calendrier Campari : message mensonger ou expression artistique ?

Les retouches effectuées sur la photo de droite (ci-dessus) n’ont rien d’exceptionnel. dans la Mode, c’est la règle. Des jambes homologuées Oenobiol aux cheveux extra-terrestres de Laetitia Casta, tout l’univers de la mode est concerné.

Tout le monde il est beau, tout le monde il est truqué… La mode est un exemple parmi d’autres. Quand il s’agit de vendre sa soupe autant que le vendeur soit beau lui aussi. Le domaine musical par exemple est lui aussi rongé par le système. Vous croyez que 50 Cent et Beyoncé sont aussi beaux et minces dans la réalité que dans leurs clips ? Jetez un oeil sur la vidéo qui suit. Elle révèle les trucages qui permettent à nos stars préférées de paraître parfaits. Ce qui est faisable en photo l’est aussi en vidéo et cinéma (24 ou 25 images par seconde). La technologie n’a presque plus de limite…Cette vidéo n’a rien d’offciel; elle a fuité et internet s’est fait un plaisir de la faire circuler.

Vodpod videos no longer available.

L’ALIMENTATION. La photographie de nature morte est difficile. C’est un métier. Et ce métier ne se contente plus de lumière et de mise en scène.

Photoshop est là, autant en profiter. Ainsi, Charal ne montre pas le steack que vous allez manger. Charal montre une photo de ce steak…ou plutôt une vision « photoshopée » de ce steak. Et ça marche ! Le steak de la photo, retaillé, recoloré, ombré, texturé vous fait saliver… et c’est fait pour !

Une idée de la différence entre le packaging et la réalité ? Le marketing et son bras armé, Photoshop !

Le projet allemand Pundo3000.com s’est sérieusement penché sur le phénomène du marketing propre au packaging. Le constat est effrayant ! Regardez cette vidéo : voilà ce que nous vivons au quotidien !

L’INFORMATION. Le logiciel « Tungstène » est testé par l’Agence France Presse (AFP). C’est logique. Spontanément, quand on évoque le trucage d’une photo, on pense à l’actualité. Il est très facile aujourd’hui, de transformer la réalité ou de servir un discours avec une photo tant les outils de trucages sont puissants. Certes, les politiques n’ont pas attendu Photoshop pour truquer des photos destinées à leur propagande. Mais aujourd’hui, c’est tellement facile, tellement rapide qu’on peut imaginer que plus une seule photo d’information ne soit diffusée avant de passer entre les mains d’un infographiste. L’agence France Presse, qui commercialise des milliers de photos veut-elle pouvoir s’assurer de la véracité des clichés qu’on lui confie ? Ca n’empêchera pas un journal de truquer une photo livrée par l’AFP. On se souvient de « l’affaire » des bourrelets effacés de Nicolas Sarkozy. Mais il y eu aussi l’affaire de son garde du corps et celle de la bague de Rachida Dati…

Le bourrelet de Sarkozy avant Photoshop. Paris Match décide d’estomper le « défaut ».


Pour ne pas alimenter la polémique, Le Figaro efface une bague à 15 000€ du doigt de Rachida Dati.

Auto-censure ? Propagande ? Manipulation ? Mensonge ? Communication ? Politique spectacle ? Notre Démocratie est-elle en train de récupérer les démons de Mao en son temps ou de Kim Jong Il aujourd’hui ? (Vous trouvez que j’exagère ?) Je me contenterai de conclure ce billet en encourageant simplement chacun de nous à user plus que jamais de cette arme très puissante et dont chacun dispose : l’esprit critique.

Si le sujet vous intéresse, lire aussi :

N’importe qui peut faire croire n’importe quoi

Les mannequins, privées de Photoshop ?

Jessica Alba, retouchée par Mario Testino

Un logiciel pour détecter les photos retouchées

Publicités

Le portrait simiesque de Michelle Obama embarrasse Google

Ce n’est pas la 1ère fois que Google Image (moteur de recherche spécialisé dans les images) présente des résultats surprenants voire gênants. Si les américains connaissent le phénomène notamment à travers le terme « jew » (juif) qui mène prioritairement vers des images caricaturales ou antisémites , en France il suffit de taper « Ikea » pour avoir en 1ère page, plusieurs détournements pornographiques du logo…

Une nouvelle image relance la polémique autour de l’indexation de Google : en effet, si l’on tape les termes « Michelle Obama » dans Google Image, les 1ers resultats (1ère photo sur le site américain, seconde photo sur le site français) présentent un portrait simiesque de la 1ère dame… Prétextant des risques de virus, Google avait réagit la semaine dernière en retirant carrément le cliché de ses résultats. Mais il a fallu peu de temps pour que la photo réapparaisse… une nouvelle fois dans les 1ers résultats. Google dit ne pas vouloir retirer le portrait mais se justifie : « Parfois, nos résultats de recherche peuvent être choquants. » Mais seule une violation des règles techniques ou légales peut pousser le moteur de recherche à renoncer à la neutralité et l’exhaustivité de ses résultats qui sont assurées par un algorithme utilisant des milliers de facteurs. Google confirme donc qu’il n’est pas édieur des contenus qu’il indexe; en dehors des raisons pré-citées, le géant de Mountain View n’a donc aucune raison de modérer les pages de ses résultats.

D’autres infos à la Source (2 minutes de lecture)

Les filles gothiques de Zapatero font le buzz

C’est en marge du sommet de l’ONU sur le climat qu’Obama a organisé une réception officielle où étaient conviés tous les grands de ce monde. Protocole oblige, tous les invités et le couple Obama se sont pliés à l’exercice quelque peu artificiel de la « photo souvenir ». Rien d’original jusque là… Sauf que la photo du premier ministre espagnol Zapatero et de sa famille en a fait parler plus d’un. En cause : la tenue pour le moins gothique des filles du chef du gouvernement espagnol. La photo, proposée en accès libre sur Flickr (site de partage de photos) par l’Etat américain, a été retirée sur la demande de Zapatero qui a pour habitude de tenir sa famille loin du regard des médias. Mais le web étant ce qu’il est, la fameuse photo circule partout dans le monde et fait l’objet de commentaires plutôt acides. L’imagination des internautes étant toujours aussi réactive, ce sont maintenant des centaines de parodies qui circulent sur le Net ! A ce phénomène s’ajoute celui de la polémique née du retrait de la fameuse photo sur la demande de José Luis Zapatero. Une demande crtiquée par la presse espagnole.

L’originale figurant en en-tête de ce billet a maintenant été photoshopée des dizaines de fois. Les outils de trucage étant aujourd’hui à la portée de tout le monde, plus besoin d’être graphiste pour s’exprimer :


D’autres parodies sur fugandbusted.com et  ici

Plus d’infos sur la polémique sur arretsurimages.net

“Pola” : Le retour

Je vous parlais il y a plusieurs mois de la disparition du fameux “Pola” cet appareil photo instantané utilisé depuis les années 1970 par les familles du monde entier. Et bien Polaroïd proposera dès Juillet, un “accessoire de remplacement” qui peut devenir le compagnon indispensable de tout appareil photo numérique (APN) ou téléphone mobile : Le PoGo. Une minuscule imprimante fonctionnant sans encre qui sort sur papier spécial (5 x 7,6 cm) les clichés envoyés par bluetooth ou USB depuis un appareil mobile (APN, Téléphone).

227g de technologie et de plaisirs partagés pour 129€.

Plus d’infos à la Source (1 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :