Une vidéo YouTube récompensée par un prix de journalisme

C’est une question récurrente sur le Net : internautes, blogueurs, membres de réseaux sociaux, simples citoyens, vidéastes ou étudiants de tous horizons s’expriment sur la Toile et créent de l’information en permanence. L’émergence d’un « nouveau journalisme », différent de celui que pratiquent les journalistes professionnels et les médias traditionnels, s’impose, poussée par le sens de l’Histoire.

Si le livre et le journal d’information ont permis à tous de SAVOIR, internet permet à tous de DIRE; Les outils d’expression (blogs, réseaux sociaux, caméras, mobiles, APN,…) se démocratisant, les barrières financières et techniques tombant de plus en plus bas, les citoyens rapportent naturellement les événements qui les touchent au plus près, publiant sur internet des tranches de vie parfois dignes de scoop internationaux. Souvenez-vous l’évacuation de l’avion crashé sur l’Hudson River (photo d’illustration de ce billet). Photographiée par un citoyen équipé d’un simple mobile, les images ont fait le tour du monde. On pourrait aussi parler des manifestations tibétaines filmées par des témoins équipés d’un portable, et du récent soulèvement iranien, lui aussi abondamment filmé et commenté grâce aux réseaux mobiles et internet; et ce, malgré les efforts du gouvernement pour étouffer l’événement.

Si l’expression « nouveau journalisme » peut surprendre, voire choquer certains intervenants de la presse traditionnelle, 2 épisodes viennent renforcer mes convictions :

1. Pendant les manifestations contre le pouvoir iranien en juin 2009, la vidéo d’une iranienne agonisant après avoir été frappée d’une balle, a fait grand bruit. Postée par un inconnu sur YouTube, la vidéo a été reprise par tous les journaux, prenant du même coup une réelle valeur journalistique. En même temps, l' »épisode » est devenu une « image icône de la résistance iranienne ». Cette vidéo-choc de la mort de Neda Agha-Soltan vient d’être récompensée par le prix George Polk 2009. Un prix décernée par l’Université Long Island dans l’Etat de New York. « Cette récompense met en évidence le fait que, dans le monde d’aujourd’hui, un spectateur courageux équipé d’un téléphone avec une caméra peut utiliser les sites de partage de vidéos et les réseaux sociaux pour diffuser de l’information » a déclaré John Darnton, le président du Jury. 2 autres auteurs travaillant pour le New Yok Times (NYT) et le New Yorker ont par ailleurs été récompensés.

Voici la vidéo. Attention, âmes sensibles passez votre chemin.

2. Le journal gratuit Metro a lancé une grande opération de coopération avec les internautes. Ceux-là peuvent proposer des contenus « journalistiques » qui seront diffusés dans un espace dédié nommé metroreporter. Le principe rappelle iReporter mis en place par CNN aux Etats-Unis ou  Citizen News lancé par youTube ou encore Les Observateurs initiés par France 24. Cerise sur le gateau, chez Metro, les meilleurs contenus seront sélectionnés pour être publiés dans le journal papier. Les contributions ainsi publiées seront naturellement rémunérées.

Une opération intéressante qui fait de l’internaute, du blogueur ou du témoin, un collaborateur du journal. Internet n’est plus concurrent de la presse (je sais certains diront que Metro, c’est « l’arrière train » de la presse) mais un complément valorisé et valorisant. J’ai fait un tour sur le site et je remarque rapidement que la plupart des infos proposées sont assez locales : « retour du froid à Nantes », Fontaine gelée à Lyon », « Une fuite d’eau gigantesque à Saint-Denis », « Défilé du Nouvel An chinois à Paris »,… Les infos sont courtes et se résument le plus souvent à des photos ou des vidéos agrémentées de quelques lignes de commentaires. Ce que je retiens, c’est leur caractère local. Car c’est à mon avis un énorme potentiel pour la presse nationale professionnelle. Coupler des dizaines de milliers de correspondants locaux à la force éditoriale d’un journal et à la géocalisation magique d’un iPad par exemple, et vous obtenez un journal ultra-personnalisé mis à jour en temps réel qui réunira information internationale, nationale et locale. Chaque lecteur pouvant personnaliser la l’espace de chacune au sein de SON journal.

Je pense donc que l’arrivée des citoyens-reporters au sein des rédactions traditionnelle est une formidable opportunité pour la presse. A elle de tirer la quintessence d’un nouveau genre de journalisme.

Source pour Metro

Source pour la vidéo

Publicités

2 jeux vidéo, 2 polémiques

L’actualité jeux vidéo dans ASLN ? C’est pas vraiment mon truc. Cependant, comme n’importe quelle industrie, celle du jeu vidéo préfère éviter le buzz négatif que le Net est capable de générer avant même la sortie d’un produit. En ce moment, 2 jeux ont tendance à croustiller sur la Toile… et pas de la façon la plus espérée par leurs éditeurs respectifs… Quoique…

LittleBigPlanet, jeu de plate-forme censé faire un carton à Noël et booster du même coup les ventes de Playstation 3 (dixit la presse spécialisée), ne pourra pas sortir dans les délais prévus. La bande-son de LittleBigPlanet contient en effet 2 expressions tirées du Coran. Tout est donc mis en oeuvre pour que soit évitée « (…) l’offense que cela aurait pu provoquer ». Cet épisode n’est pas sans rappeler l’ « affaire » « Zack & Wiki : Le trésor de Barbaros » dans la bande son duquel l’expression « Allahu Akhbar » avait dûe être expurgée en urgence afin de ne pas choquer la communauté musulmane.

Affiche de Saints Row 2 dans le métro

Plus proche de nous, physiquement parlant, l’affaire « Saints Row 2 » fait grand bruit à Saint-Denis. Sur la ligne 13 du métro, l’éditeur du jeu a en effet décidé de communiquer à travers une fresque gigantesque montrant le personnage ultra violent de Saints Row mettant en joue les passants. Pour rappel, « Saints Row » ne propose rien d’autre aux joueurs que d’incarner le membre d’un gang censé défendre son territoire contre l’offensive de la police et « accessoirement » celle d’autres gangs… Alors évidemment, tout ce discours affiché sur les murs de Saint-Denis qui porte déjà lourdement le titre de ville la plus criminogène de France, c’est difficile à avaler pour le maire Didier Paillard qui a déclaré au nom de ses administrés que l’habillage orchestré par la RATP  » (…) porte atteinte à la dignité des  habitants, salit l’image de la ville et constitue une incitation à la violence ».

D’autres infos aux Sources : Le Coran fait peur à Sony (1 min de lecture) / La pub qui met le feu aux poudres (1 min de lecture)

Ne pas imiter. Le ticket c’est moins risqué

 

Entre Yamakasi et happening, le numéro athlético-urbain  de cet homme n’est pas dénué d’esthétisme. L’exploit a un côté “art de rue” saupoudré de dangerosité et d’illégalité.

Publié dans vidéo, VIDEO BUZZ. Étiquettes : , . Leave a Comment »
%d blogueurs aiment cette page :