Nouveaux mots du dictionnaire Oxford : Les nouvelles technos y ont la part belle

Les réseaux sociaux, phénomènes de l’année 2009, ont logiquement des effets sur la mise à jour du New Oxford American Dictionary. C’est ainsi que des mots et expressions devenus courants dans Facebook ou Twitter débarquent dans le plus célèbre dictionnaire anglophone. Exemples :

« Unfriend » est un terme (verbe) utilisé par les membres de Facebook quand ceux-là retirent une personne de leur liste d’amis. Un mot anglais que même certains internautes français utilisent.

« Hashtag » : petit mot précédé d’un dièse qui définit le sujet d’un message (tweet) envoyé sur twitter. Le hashtag permet ainsi de regrouper les conversations par sujet.

Le dictionnaire accueille également « intexticated » (automobiliste distrait par l’utilisation de son mobile) qui n’a pas d’équivalent français, Netbook (petit PC portable à bas coût) et sexting (SMS ou MMs à caractère sexuel) qui sont en revanche utilisés sur notre territoire.

En France, les Larousse et autres Robert ont eux aussi accueilli de nouveaux mots directement issus des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Dans les éditions 2010, on peut désormais retrouver des termes comme Buzz, Geek, Web 2.0, Mobinaute, Peer-to-peer, Webtélé, Webradio, Blacklister, e-book  Hameçonnage, Multijoueurs, Adresse IP, Wi-Max ou e-learning. Des termes assez généraux, moins pointus que les nouveaux venus du Oxford, et à la définition « officielle » parfois un peu timide…

Mais en réalité, a-t-on le réflexe d’ouvrir un dictionnaire papier pour découvrir ou vérifier la définition de mots si nouveaux ? Des mots et expressions largement expliquées dans des espaces numériques gratuits fort bien documentés au premier rang desquels on retrouve le fameux projet encyclopédique Wikipedia. Pour le mot « Geek » par exemple, si la définition du Larousse reste très limitée voire incomplète, Wikipedia permet faire la différence entre « geek » « technophile » et « nolife ».

Source (2 min de lecture)

Publicités

Larousse veut concurrencer Wikipedia

Larousse réagit enfin à la concurrence de Wikipedia en lançant ce jour son encyclopédie collaborative accessible gratuitement sur internet. Les articles seront rédigés par les internautes mais ceux-là devront s’identifier, resteront propriétaires de leurs écrits et seront les seuls à pouvoir les corriger. Sur Wikipedia, les articles restent anonymes et sont modifiables par d’autres.

Les contenus de l’encyclopédie traditionnelle Larousse est également accessible gratuitement. Un code couleur est d’aiileur attribué à chaque type de source (traditionnel ou collaboratif) afin d’éviter tout mélange des genres. Enfin, il fat retenir que dans la partie contributive, les sujets les plus sensibles seront modérés par une équipe interne à Larousse, ceci afin d’éviter toute forme de dérive.

Plus d’infos à la Source (2 min de lecture)

Larousse aime les contributeurs

Alors que Wikipedia est très appréciée des étudiants et autres curieux, c’est avant l’été que Larousse devrait ouvrir son encyclopédie en ligne aux contributeurs externes.

Les auteurs pourront signer leurs articles. Mais ces derniers ne pourront qu’être commentés et non corrigés ou enrichis comme c’est le cas pour Wikipedia.

Plus d’infos à la Source (3 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :