Une vidéo YouTube récompensée par un prix de journalisme

C’est une question récurrente sur le Net : internautes, blogueurs, membres de réseaux sociaux, simples citoyens, vidéastes ou étudiants de tous horizons s’expriment sur la Toile et créent de l’information en permanence. L’émergence d’un « nouveau journalisme », différent de celui que pratiquent les journalistes professionnels et les médias traditionnels, s’impose, poussée par le sens de l’Histoire.

Si le livre et le journal d’information ont permis à tous de SAVOIR, internet permet à tous de DIRE; Les outils d’expression (blogs, réseaux sociaux, caméras, mobiles, APN,…) se démocratisant, les barrières financières et techniques tombant de plus en plus bas, les citoyens rapportent naturellement les événements qui les touchent au plus près, publiant sur internet des tranches de vie parfois dignes de scoop internationaux. Souvenez-vous l’évacuation de l’avion crashé sur l’Hudson River (photo d’illustration de ce billet). Photographiée par un citoyen équipé d’un simple mobile, les images ont fait le tour du monde. On pourrait aussi parler des manifestations tibétaines filmées par des témoins équipés d’un portable, et du récent soulèvement iranien, lui aussi abondamment filmé et commenté grâce aux réseaux mobiles et internet; et ce, malgré les efforts du gouvernement pour étouffer l’événement.

Si l’expression « nouveau journalisme » peut surprendre, voire choquer certains intervenants de la presse traditionnelle, 2 épisodes viennent renforcer mes convictions :

1. Pendant les manifestations contre le pouvoir iranien en juin 2009, la vidéo d’une iranienne agonisant après avoir été frappée d’une balle, a fait grand bruit. Postée par un inconnu sur YouTube, la vidéo a été reprise par tous les journaux, prenant du même coup une réelle valeur journalistique. En même temps, l' »épisode » est devenu une « image icône de la résistance iranienne ». Cette vidéo-choc de la mort de Neda Agha-Soltan vient d’être récompensée par le prix George Polk 2009. Un prix décernée par l’Université Long Island dans l’Etat de New York. « Cette récompense met en évidence le fait que, dans le monde d’aujourd’hui, un spectateur courageux équipé d’un téléphone avec une caméra peut utiliser les sites de partage de vidéos et les réseaux sociaux pour diffuser de l’information » a déclaré John Darnton, le président du Jury. 2 autres auteurs travaillant pour le New Yok Times (NYT) et le New Yorker ont par ailleurs été récompensés.

Voici la vidéo. Attention, âmes sensibles passez votre chemin.

2. Le journal gratuit Metro a lancé une grande opération de coopération avec les internautes. Ceux-là peuvent proposer des contenus « journalistiques » qui seront diffusés dans un espace dédié nommé metroreporter. Le principe rappelle iReporter mis en place par CNN aux Etats-Unis ou  Citizen News lancé par youTube ou encore Les Observateurs initiés par France 24. Cerise sur le gateau, chez Metro, les meilleurs contenus seront sélectionnés pour être publiés dans le journal papier. Les contributions ainsi publiées seront naturellement rémunérées.

Une opération intéressante qui fait de l’internaute, du blogueur ou du témoin, un collaborateur du journal. Internet n’est plus concurrent de la presse (je sais certains diront que Metro, c’est « l’arrière train » de la presse) mais un complément valorisé et valorisant. J’ai fait un tour sur le site et je remarque rapidement que la plupart des infos proposées sont assez locales : « retour du froid à Nantes », Fontaine gelée à Lyon », « Une fuite d’eau gigantesque à Saint-Denis », « Défilé du Nouvel An chinois à Paris »,… Les infos sont courtes et se résument le plus souvent à des photos ou des vidéos agrémentées de quelques lignes de commentaires. Ce que je retiens, c’est leur caractère local. Car c’est à mon avis un énorme potentiel pour la presse nationale professionnelle. Coupler des dizaines de milliers de correspondants locaux à la force éditoriale d’un journal et à la géocalisation magique d’un iPad par exemple, et vous obtenez un journal ultra-personnalisé mis à jour en temps réel qui réunira information internationale, nationale et locale. Chaque lecteur pouvant personnaliser la l’espace de chacune au sein de SON journal.

Je pense donc que l’arrivée des citoyens-reporters au sein des rédactions traditionnelle est une formidable opportunité pour la presse. A elle de tirer la quintessence d’un nouveau genre de journalisme.

Source pour Metro

Source pour la vidéo

Publicités

Jean-Claude Dassier n’aime pas les blogueurs

Depuis quelques jours sur la Toile, blogueurs et commentateurs de tous horizons écrivent beaucoup autour du nouveau journal de TF1, celui de Laurence Ferrari, qui succède dans un buzz assourdissant à celui de PPDA. Les critiques ne sont pas toutes très bonnes que ce soit sur le fond comme sur la forme; et comme c’est un domaine (l’info, le 20h00, le people, la télé,…) cher aux nombreux internautes et blogueurs qui s’expriment sur le Net, les claviers crépitent de toute part et cela ne plaît pas, mais pas du tout à Jean-Claude Dassier, Directeur de l’information sur la 1ère chaîne !

Le rapport avec ASLN ? J’y viens. Dans son interview donnée au Point, M. Dassier est très virulent avec la blogosphère. Il choisit ses mots et assène au journaliste qui l’interroge au sujet des changements que le journal a subi depuis l’arrivée de Laurence Ferrari :  « Oser prétendre que rien n’a changé, comme je l’ai lu à droite ou à gauche chez ces messieurs les blogueurs qui s’enivrent de leur nouveau petit pouvoir, est d’une mauvaise foi sans nom. Que les blogueurs reviennent aux fondamentaux du journalisme plutôt que de nous donner des leçons en permanence et de donner la parole à ceux qui ne savent que critiquer. »

Certes, les équipes de TF1 ont travaillé pour le passage de flambeau, les enjeux (audience, revenus publicitaires,…) sont importants et il n’est jamais agréable d’être vertement critiqué mais là, J-C Dassier remet en cause la crédibilité, le rôle et la valeur des blogueurs et contributeurs qui sont à l’origine de l’intéret des contenus du nouveau Web.

Les blogs ne sont-ils que l’émanation de l’ignorance, de la critique primaire ou encore de la bêtise des foules ? Je ne crois pas. Je suis même sûr du contraire : 10 000 personnes qui donnent leur avis sur un sujet peuvent arriver au même niveau d’expertise qu’un spécialiste à l’autorité naturellement reconnue (nous en reparlerons certainement dans un prochain billet). Le problème de la Rédaction de TF1, c’est qu’elle n’a pas l’intention de laisser internet et la blogosphère lui retirer son Autorité. Qu’est-ce que l’Autorité ? D’une certaine manière, c’est le droit que nous donnons à d’autres d’être nos Auteurs. Dans le domaine de l’information (articles, interviews, enquêtes,…), le JOURNALISTE est officiellement détenteur de l’Autorité. Mais la réalité d’internet dans sa version 2.0 (participation, collaboration, interactivité,…) remet totalement en cause cette réalité. Aujourd’hui, les commentaires de l’information font partie de l’information. Pourquoi le Monde.fr ou le NYTimes.com (New-York Times) acceptent-ils que leurs lecteurs commentent leurs infos ? Parce que l’internaute ne se contente pas de l’ante-diluvien « Courrier des lecteurs » dont Jean-Claude Dassier semble nostalgique : « L’interactivité ? Oui, pour permettre au lecteur de poser des questions et de témoigner. Mais pas pour déverser cette bile atroce »

L’internaute veut participer, il exige d’interagir avec l’info, il désire faire entendre sa voix, il n’accepte plus que TF1 ou un autre lui impose unilatéralement sa vision du monde. le pire, c’est que TF1 le sait mieux que d’autres ! La 1ère chaîne subit comme toutes les chaînes cette inexorable migration de son public vers internet. Tf1, qui voit ses recettes publicitaires, son chiffre d’affaires, son bénéfice net (-32,7% au 1er semestre 2008) et son audience baisser, se tourne naturellement, mais timidement il faut le dire, vers internet : Tf1, c’est biensûr Tf1.fr, LCI.fr, Eurosport.fr,… mais aussi WAT, service de partage vidéo qui se positionne comme concurrent de YouTube et Dailymotion, Plurielle.fr (site d’infos destinées à un public féminin), 1001listes.com (listes de mariage) et d’autres encore. Et puis Tf1 a racheté Overblog !! Plateforme de blog qui permet à qui le veut de créer un blog sur le Net. Bref, en ce début de saison, le groupe Tf1 peut compter sur une audience de 11 millions de visiteurs uniques chaque mois sur ses sites. C’est pas mal mais pas mieux que M6 qui investit proportionnellement bien plus d’argent dans le Net. J’ai parlé d’M6 dans ce billetpuis dans celui-ci.

Le monde est en mouvement, les valeurs de notre Société mutent lentement. Les blogueurs ne remplacent pas les journalistes certes, mais les blogueurs sont certainement plus proches des aspirations des gens; les rédactions doivent peut-être s’inspirer de cette tendance. Journalistes et blogueurs se croisent, s’opposent, se confondent, s’interpellent. Blogosphère et Rédactions collaborent ou se court-circuitent… Journalistes, blogueurs et internautes participent à l’information, chacun à leur manière mais c’est sûr, les premiers ne sont plus les seuls et leur statut n’en est que moins autoritaire. Mais est-ce un mal ?

L’interview de J-C Dassier par lepoint.fr

Un journaliste tué en Russie

Dimanche dernier, Magomed Yevloyev, journaliste et propriétaire du site d’infos ingushetiya.ru, a été arrêté puis tué « accidentèlement » par les services de police. L’homme, connu pour son indépendance et sa liberté d’expression, n’avait jamais cédé aux menaces qui pesaient sur lui et sa famille. M. Yevloyev était ingouch, une petite République du Caucase faisant partie de la Fédération de Russie.

Y’a pas qu’en Chine qu’internet dérange. Le site de Reporter Sans Frontière (RSF) propose d’ailleurs sur ses pages la liste des pays hostiles à la liberté d’expression des journalistes et blogueurs sur la Toile.

Plus d’infos dans l’article de RSF (2 min de lecture) et 20minutes.fr (3 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :