Haïti : un homme survit grâce à son iPhone

Lors du tremblement de terre qui a touché Haïti, Dan Wooley, un américain, est enseveli sous les décombres de son hôtel. Fracture ouverte du tibia, plaie importante au crâne; la situation est plutôt grave pour le blessé coincé sous le béton. Mais l’homme a un atout de taille : il possède… un iPhone chargé à bloc où est installé l’application PhoneAid. Le petit logiciel permet d’apprendre à pratiquer les gestes qui sauvent : bouche à bouche, massage cardiaque, extraction d’un corps étranger des voies respiratoires, accouchement à domicile, soins d’une fracture,…

C’est ainsi que Dan Wooley a traité sa fracture ouverte (compression de la blessure, confection d’un attelle) et géré sa plaie au crâne : le survivant programme la sonnerie de l’iPhone toute les 30 minutes car PhoneAid est formelle : il ne faut pas dormir !

C’est dans ces conditions que l’homme va tenir 66 heures avant l’arrivée des secours… Dans un contexte aussi dramatique, on a tendance à « s’accrocher » à une belle histoire comme celle-là : Réflexe naturel face à la détresse et à l’horreur transmises par les images de la catastrophe.

Dan Wooley doit la vie à un appareil emblématique d’une génération qui ne peut plus vivre sans les vertues d’internet et des outils qui lui sont dédiés. Des drames bien plus quotidiens bénéficient déjà des avantages d’un simple mobile : le moindre accident de la route génère un grand flux d’appels très rapides vers les secours. Aux Etats-Unis, le traumatisme de Katrina et  celui du 11 septembre restent vivaces : un projet d’alerte par SMS devrait ainsi être mis en place en 2010. Il permettra d’anticiper un cataclysme, un acte terroriste et facilitera la recherche d’un enfant enlevé par exemple.

Mais l’appareil dont il s’agit dans l’histoire contée plus haut n’est pas non plus n’importe lequel. L’épisode miraculeux est d’autant plus médiatisé qu’il est associé à l’une des marques les plus fortes de la planète : Apple. Et alors que je parlais dans ce billet puis dans celui-là de la nécessité pour les marques d’avoir des contenus émotionnellement positifs sur la Toile, voici un épisode dont peut rêver toute société commerciale. L’iPhone n’avait pourtant pas « besoin » d’une telle « promotion » (l’info est reprise par le monde entier) mais voilà, le smartphone à la Pomme bénéficie des grands avantages d’un cycle vertueux fort bien articulé.

Si vous êtes propriétaire d’un iPhone et que l’application PhoneAid vous attire c’est par ici.

D’autres infos à la Source (3 min de lecture)

Publié dans buzz, Insolite. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »

Haïti : Faire un don par SMS

Si je parlais dans mon dernier billet des cybercriminels visant la générosité des donateurs, il est important de souligner qu’une myriades d’associations et ONG tout ce qu’il y a de plus officielles se chargent de récolter les dons, fort nombreux dans notre pays.

Les nouvelles technologies et les nouveaux usages qui vont avec ayant popularisé le micro-paiement, la campagne de don par SMS, lancée en France la semaine dernière, connaît un succès certain : Le week-end  des 16 et 17 janvier a permis de récolter 140 000€ soit 140 000 SMS taxés à 1€ !

Pour donner, c’est simple Tapez « HAITI » et envoyez ce « message » au numéro correspondant à l’association de votre choix : 80 222 (Croix Rouge), 80 333 (Secours Populaire), 80 444 (Secours Catholique). Votre SMS (payant si vous ne disposez pas de SMS compris dans votre forfait) sera surtaxé d’1€. C’est cette « taxe » qui se transforme en don.

Source

Haïti : les cybercriminels aiment la générosité

A chaque fois qu’une grande émotion envahit un pays, un continent ou la planète entière, les cybercriminels sont d’une réactivité étonnante : le séisme en Haïti a en effet généré la création de faux sites, faux appels à dons et autres arnaques numériques (spam, phishing,…) dont il faut se méfier si l’on ne veut pas, au mieux, se faire voler quelques euros, télécharger un virus, au pire, se faire dérober ses coordonnées bancaires.

Si le phénomène a rapidement touché les Etats-Unis (le FBI a publié une alerte), l’Europe et la France en particulier, ne sont pas à l’abri. Donc si vous recevez par mail ou tombez sur « une adresse » destinée à recevoir les dons pour Haïti, assurez-vous que vous avez affaire à un interlocuteur officiel. Des organismes comme la Croix Rouge, Médecins du Monde, etc, ne « s’amusent » pas à envoyer d’appel au don à ceux qui n’auraient jamais donné par exemple. Si une ONG  n’a pas officiellement vos coordonnées, elle ne vous contactera pas.

Alors attention : se méfier des mails sur Haïti (vérifier leur orthographe par exemple), Vérifier la qualité de l’espace où vous saisirez vos informations bancaires (identifiant, mot de passe, n° de carte,…). Eviter de cliquer sur des liens du type « télécharger les images de Haïti »,… Sur les réseaux sociaux comme Facebook, si l’un de vos « amis » vous encourage à donner en vous rendant sur tel ou tel espace, s’assurer qu’il s’agisse bien de l’ami en question et non d’un pirate qui se ferait passer pour lui.

D’autres infos et exemples dans l’article de Technaute (4 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :