Les artistes doivent-ils continuer à enregistrer des albums ?

Si vous avez un certain âge, pas si avancé que ça, il vous est certainement arrivé d’hésiter à acheter un album simplement parce que sur sur les 13 ou 15 morceaux du disque, seuls 2 ou 3 vous semblaient en valoir la peine… Avec le mp3 et l’explosion des plateformes de téléchargement comme iTunes Music Store qui permettent de télécharger tous les morceaux à l’unité, cette hésitation n’a plus de raison d’être : un album à 18€ à la Fnac est systématiquement divisible en singles à 0,99€ pièce sur le Net… Ce type d’offre séduit aujourd’hui des millions de consommateurs et cela inquiète les maisons de disques qui défendent l’album comme un tout qui doit être jugé comme tel et non comme une simple juxtaposition de singles.

Plus d’infos dans l’article de Numerama.com (2 min de lecture)

Publicités
Publié dans Etude, Sociologie. Étiquettes : , , . Leave a Comment »

Réponse au Canard Enchaîné

Alors que le Canard Enchaîné soupçonnait la FNAC de vendre des DVD pirates, une lettre de l’avocate du distributeur European Record Service affirme le contraire. Les DVD mis en cause seraient donc bien légaux malgré leur position tarifaire très en deça de la moyenne et une qualité sonore assez mauvaise.

Source

Cela n’enlève rien à la réaction risible de la FNAC

Publié dans buzz, e-commerce. Étiquettes : , . Leave a Comment »

La FNAC de l’autre côté de la barrière ?…

Selon le Canard Enchaîné, la SACEM enquête sur une série de DVD proposant les concerts des Rolling Stones, de Jimi Hendrix, Queen,… Ces DVD pourraient être des captations pirates, tournées et éditée sans autorisation.

Le plus fort ? Ces DVD sont distribués par la FNAC dont le PDG, Denis Olivennes, à la tête de la Commission du même nom, est à l’origine de l’arsenal répressif que le Gouvernement est en train de mettre en place à l’encontre des pirates du Net…

Même si personne n’est accusé de quoi que ce soit pour l’instant, la FNAC semble sur la défensive et répond aux rumeurs par un discours tout simplement ENORME : “Nous achetons 262.000 références par an et nous avons plus de 600 fournisseurs. Ils savent ce qu’ils nous vendent, ils sont responsables. C’est à eux d’être honnêtes. On ne va pas, à chaque commande, demander au fournisseur qu’il nous prouve que son produit possède toutes les autorisations. Maintenant, si quelqu’un nous prouve qu’il n’est pas légal, on le retire des rayons” (Guy Messina, Responsable des Achats du Groupe).

C’est tout de même exactement la position des Free, YouTube et autre Dailymotion qui se déclarent simples hébergeurs de contenus; leurs contributeurs devant s’engager à être détenteurs des droits des vidéos qu’ils envoient sur les plateformes de partage.

Mauvaise foi quand tu nous tiens…

Plus d’infos à la Source

Publié dans Copyright, media. Étiquettes : , . Leave a Comment »
%d blogueurs aiment cette page :