LOL et OMG dans le dictionnaire !

Bon évidemment je ne parle pas d’un dictionnaire français loin de là… En France on a plutôt tendance à inventer des mots bizarres pour les nouvelles technos. Non, je parle de l’Oxford English Dictionary Online. Ce n’est pas moins prestigieux mais ô combien plus en phase avec l’époque. Jugez plutôt : Le vénérable dictionnaire vient d’intégrer dans la liste des ses mots les termes « LOL » (laughing out loud) que tout utilisateur de réseaux sociaux, forums ou SMS utilise sans retenue lorsqu’il veut signifier son hilarité. L’acronyme « OMG » vient lui aussi d’intégrer le dico ! Très courant chez les ango-saxons, ce « signe » qui signifie « Oh My God / Oh mon dieu » est cependant assez courant chez le geeks français peu enclins au strict respect de la langue de Molière et témoignant d’un sérieux penchant pour les technologies d’origine américaines…

Encore plus fort ! L’OED accepte dans ses lignes le… symbole coeur. Oui, celui qu’on voit sur des millions de T-Shirt du genre « I ♥ New Yok ». Le coeur utilisé par l’ado numérique lui, sera peut-être adopté un jour. Ah oui pour les non insiders, le coeur Facebookien c’est ça : ❤

Je ne sais pas si le monde avance mais il bouge, c’est rassurant. En France, ça bouge aussi : depuis quelques mois on ne doit plus dire « Toner » (vous savez le tube qui en met plein les doigts dans les imprimantes laser) mais « encre en poudre ». Oui en France on bouge un peu à la façon d’un éperlan qui vient de passer 15 minutes au fond d’une épuisette… lol

Source

Publié dans Histoire, Sociologie. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »

Nouveaux mots du dictionnaire Oxford : Les nouvelles technos y ont la part belle

Les réseaux sociaux, phénomènes de l’année 2009, ont logiquement des effets sur la mise à jour du New Oxford American Dictionary. C’est ainsi que des mots et expressions devenus courants dans Facebook ou Twitter débarquent dans le plus célèbre dictionnaire anglophone. Exemples :

« Unfriend » est un terme (verbe) utilisé par les membres de Facebook quand ceux-là retirent une personne de leur liste d’amis. Un mot anglais que même certains internautes français utilisent.

« Hashtag » : petit mot précédé d’un dièse qui définit le sujet d’un message (tweet) envoyé sur twitter. Le hashtag permet ainsi de regrouper les conversations par sujet.

Le dictionnaire accueille également « intexticated » (automobiliste distrait par l’utilisation de son mobile) qui n’a pas d’équivalent français, Netbook (petit PC portable à bas coût) et sexting (SMS ou MMs à caractère sexuel) qui sont en revanche utilisés sur notre territoire.

En France, les Larousse et autres Robert ont eux aussi accueilli de nouveaux mots directement issus des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Dans les éditions 2010, on peut désormais retrouver des termes comme Buzz, Geek, Web 2.0, Mobinaute, Peer-to-peer, Webtélé, Webradio, Blacklister, e-book  Hameçonnage, Multijoueurs, Adresse IP, Wi-Max ou e-learning. Des termes assez généraux, moins pointus que les nouveaux venus du Oxford, et à la définition « officielle » parfois un peu timide…

Mais en réalité, a-t-on le réflexe d’ouvrir un dictionnaire papier pour découvrir ou vérifier la définition de mots si nouveaux ? Des mots et expressions largement expliquées dans des espaces numériques gratuits fort bien documentés au premier rang desquels on retrouve le fameux projet encyclopédique Wikipedia. Pour le mot « Geek » par exemple, si la définition du Larousse reste très limitée voire incomplète, Wikipedia permet faire la différence entre « geek » « technophile » et « nolife ».

Source (2 min de lecture)

Twitter entre dans le dico… anglophone

Vous avez certainement déjà entendu parler de Twitter. Petit rappel avec Wikipédia : « Twitter est un service de microblogging, permettant aux utilisateurs de bloguer grâce à des messages ultra courts, de 140 caractères au maximum(les tweets ou gazouillis, traduction directe de l’anglais), ce qui représente une ou deux phrases. La différence entre Twitter et un blog traditionnel réside dans le fait que Twitter n’appelle pas directement une participation à commenter les messages postés. Le principe de Twitter est de relater ce qu’on fait au moment où on écrit le message. »

On a beaucoup entendu parler de l’application lors de 2 événements récents : les manifestations et émeutes iraniennes et la mort de Michael Jackson. Dans les 2 cas, pour des raisons très différentes, Twitter a permis de faire circuler l’information de façon bien plus rapide que les médias traditionnels.

D’une manière plus générale, Twitter touche une population assez jeune, plutôt urbaine et technophile. Tout le monde est donc loin d’être addict ! Mais de plus en plus de Stars l’utilisent pour communiquer avec leurs fans, certains médias l’utilisent pour transmettre les infos les plus chaudes (CNN, BBC,…), Barack Obama a su en tirer la substantifique moelle lors de sa campagne… Les entreprises s’y sont mises pour communiquer sur leur activité et plusieurs millions de personnes s’en servent pour transmettre à leur entourage les détails de leur activité du moment.

Vous trouvez ça inutile et superficiel, vous ne voyez pas l’intéret de raconter votre vie au clavier de votre smartphone ?  Vous êtes des millions à penser cela. Malgré tout, le mot « Twitter » devrait bien arriver dans l’édition 2010 du Collins English Dictionnary. Des lettres de noblesse acquises après 3 ans à peine d’existence… Chapeau ! Même si je ne doute pas de l’intéret d’un Twitter, le service est très (trop ?) jeune pour mériter autant d’honneur. Le service garde un horizon assez flou : n’ayant pas encore de modèle économique, il coûte encore beaucoup plus qu’il ne rapporte. Des rumeurs ont évoqué un rachat par Microsoft, Apple ou d’autres. On entend bien parler d’offres premium destinées aux entreprises mais pour l’instant rien. La version japonaise du réseau de micro-blogging propose des bandeaux publicitaires. Mais rien ne dit si c’est rentable.

%d blogueurs aiment cette page :