Chrome, le navigateur de Google, est plus rapide qu’un canon à patates !

Dans le monde merveilleux des nouvelles technologies, la rapidité est un facteur clé que l’on retrouve à tous les étages : vitesse des processeurs qui se trouvent au coeurs de nos machines (PC, Smartphones,…), vitesse de transferts de données d’un appareil à l’autre (USB 2 puis USB 3, Firewire, Wifi a, b, g puis n,…), vitesse de téléchargement et d’accès au web grâce aux débits toujours plus puissants (512kbps, 1Mbps, 8Mbps, 24Mbps, 100Mbps,…) de nos abonnements internet, vitesse de traitement d’une requête par le moteur de recherche (Google, Yahoo!, Bing,…) etc. La vitesse d’affichage d’un site à travers notre navigateur préféré (Internet Explorer, Safari, Firefox, Chrome, Opera,…) ne fait pas exception. Chacun des éditeurs vantant les qualités de son butineur maison. Google, comme les autres (Microsoft, Apple,…), vient de mettre en scène la rapidité exceptionnelle de son navigateur, Chrome. Une vidéo originale opposant quelques phénomènes connus pour leur rapidité (un canon, la vitesse du son, la vitesse de l’éclair…) à la rapidité de Chrome : Très beau !

Pour les plus curieux, un article enrichissant a été publié par lemonde.fr (5 min de lecture)

Publicités

Chrome : l’arme anti-Internet Explorer

C’est officiel, Google vient d’annoncer la disponibilité ce mardi de son Navigateur Internet maison !! Chrome, c’est son nom, vient donc renforcer la rivalité qui oppose Google et Microsoft. Microsoft qui a réussi à imposer au monde entier son Internet Explorer qui détient près de 75% de parts de marché. Le Bébé de la Mozilla Foundation nommé Firefox tourne lui autour de 20% de pdm. Firefox qui tire d’ailleurs 80% de ses revenus de Google qui lui paie plusieurs dizaines de millions de $ chaque année pour que sa barre de recherche s’impose par défaut dans l’interface… C’était ( et c’est toujours) un moyen pour Google de contrer l’hégémonie de Microsoft sur un marché des Navigateurs assez restreint. Internet Explorer et Firefox se partagent près de 95% du marché; le reste est réparti chez Safari (Apple), Opera et d’autres plus obscurs ou plus spécialisés.

Le nouveau problème de Google c’est que Microsoft a annoncé que la prochaine version d’Internet Explorer contiendrait des options qui permettraient de bloquer une belle partie des annonces publicitaires que l’internaute subit au fil de ses visites. C’est plutôt grave pour Google qui tire actuellement la quasi-totalité de ses revenus de ces fameuses annonces qui ne demandent qu’à se faire cliquer… (la version test d’Internet Explorer 8-IE8- contient en effet de tels outils mais rien ne dit si la version définitive les proposera tous). C’est donc le bon moment pour Google de proposer une alternative à Internet Explorer : un navigateur qui pourrait faire la part belle aux liens publicitaires qui ont fait la fortune du Moteur de Recherche. Est-ce une bonne nouvelle ? Je n’en sais rien.

Mais quelle est la valeur ajoutée de Chrome ? Un super navigateur plus interactif et mieux adapté aux contenus dynamiques (vidéo, musique, jeux,…). Parce que tous les experts s’accordent à dire que les gens migrent peu à peu vers internet, délaissant la télévision, la radio et la presse… L’interactivité est un élément clé dans le succès d’un contenu et les supports que sont la TV, la radio et la presse ne peuvent sur sur ce plan rivaliser avec le Web.

Microsoft et Google se retrouvent peu à peu sur les même « terrains de jeux » : La publicité en ligne, la recherche d’information (Live Search/Google), le logiciel (Office/Google Apps), l’e-mailing (Hotmail/GMail), le chat (Windows Live Messenger/GTalk), la téléphonie, l’internet mobiles (Windows Mobile/Androïd), etc.

Et maintenant le marché des navigateurs internet ! La notoriété et la puissance financière de Google sont-elles des gages de réussite ? Pas si sûr. Google a déjà échoué malgré ses milliards ! la firme de Mountain View a raté son Google Vidéo qui était censé concurrencer YouTube… Bon d’accord, Google a racheté YouTube mais Google Vidéo a échoué. Quant au service de mail GMail, il ne concurrence pas vraiment Microsoft ni même Yahoo!Mail… Microsoft, malgré ses énormes investissements, n’a pas réussi à imposer son moteur de recherche Live Search, ni à racheter Yahoo! malgré les 44 Milliards $ mis sur la table des négociations il y a 3 mois. Comme quoi rien n’est joué d’avance.

D’autres infos sur Associated Press (anglais/5 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :