Coupe du Monde 2010 : Mieux vaut en rire…

On a plutôt eu l’occasion de pleurer (de rire ?) si on s’est quelque peu intéressé aux embûches de l’équipe de France en Afrique du Sud. Internet a toutefois été là pour faire de cet épisode dramatique une bonne raison de s’en payer une tranche…

Je ne sais pas si cela aurait du être un indice prémonitoire (de plus ?) mais le dérapage incontrôlé d’Anelka sur son VTT lors du stage de préparation préfigurait la trajectoire qu’allait épouser la fine équipe tout de bleu vêtue.

Et la guigne dans tout ça ? Je ne serais pas étonné qu’un sorcier sud-africain avoue un de ces jours que toutes les vuvuzelas du Mondial avaient été ensorcelées. S’il y a bien un truc qui nous a énervé, en dehors de nos 23 anciennes stars du foot, c’est bien la VUVUZELA : Un instrument d’une ingratitude assez exceptionnelle (beaucoup d’efforts pour une résultat sonore plutôt déconcertant) qui a réussi à fédérer le Monde autour d’une question : mais qu’est-ce que c’est que ce truc ? (illustration disponible ici)

Toute l’ingratitude d’un instrument résumée en quelques mesures du Boléro de Ravel

Quelle guigne cette Vuvuzela. Impossible de s’entendre sur un terrain. Impossible de suivre un match sereinement. Mais comment font-ils en Afrique du Sud ? C’est certainement une question d’habitude. Suffit d’avoir des oreilles qui filtrent ou bien de se foutre de ce qui se passe à l’écran… 2 méthodes salutaires quand on doit se taper la version vuvuzela du hit de Laurent Voulzy :

Comment un objet si simple, incapable d’émettre la moindre onde électromagnétique, sans batterie au lithium ni aucune espèce de compatibilité avec l’iPhone peut-elle faire autant de buzz ?

Rien dans la vuvuzela ne semble dangereux… même après dissection (dessin emprunté au blog artistique Meat Section)

Je vous passe toutes les applications dédiées aux smartphones. Des appli indispensables puisqu’inutiles qui ne me font pas rire du tout… Car le danger existe, il nous guète. Une Vuvuzela dans de mauvaises mains peut nous faire courir un grand danger pour peu qu’on habite la Terre du Milieu :

Mieux vaut en rire disais-je en titre de ce billet. Le problème c’est que la France, rien de moins, est consternée chez elle et moquée dans le reste du monde. Je me demande si la réaction de la demoiselle n’est finalement pas celle qu’il faudrait avoir :

C’est vrai qu’après une telle correction, il est difficile de garder son sang froid. Même le futur Dark Vador d’aéroport(vidéo ici) a perdu ses bonnes manières. Euh non en fait lui, pour l’occasion, il est redevenu normal…

Anelka, c’est en réalité tout un univers, un style, une culture, parfaitement illustrés dans ce clip plutôt réussi. Et puis comme la musique adoucit les moeurs, espérons que ce clip apaise votre rancoeur comme la mienne… non je déconne.

[MAJ] La « colo des bleus » a évidemment inspiré les interprètes de la Chanson du Dimanche. Ces dernières semaines, il n’y en a que pour eux (ou presque) :

La Govuzela

RayMan

Chez Raymonde

Et je ne vous parle même pas des groupes Facebook, de la pétition de Jean-Jacques Bourdin pour que les joueurs reversent leurs primes au football amateur. Je ne vous parle pas non plus des milliers de statuts Facebook amères, drôles ou graves ni des Tweets qui font mouche. Allez, un tweet pour le plaisir :  » Vous voulez voir les bleus gagner ? Allez voir Avatar ! »

Pour ceux que cela intéresse, le site Culture-buzz revient sur le bad buzz. Celui d’une équipe de France à la dérive tant sur le terrain que sur le Web.

En Parallèle du psycho-drame anelko-doménechien, la web série « On ne lâche rien » créée par le blogueur Cyrille De Lasteyrie (plus connu sous le pseudo « Vivin » tiré de son blog 20/20) et propulsée par Les Raconteurs fait rire pas mal d’internautes (environ 2 000 vues par épisode sur Dailymotion) accrochés au destin de l’équipe gauloise.

Pour compléter ce billet qui pourrait ne jamais se terminer, voici quelques liens complémentaires :

Une Vuvuzela dans doom

Infos et statistiques sur la Vuvuzela : The vuvuzela, love it or hate it

Publicités

La VoD intéresse de plus en plus les français

En France, la vidéo à la demande (VoD) et la TV de rattrapage ont le vent en poupe. Pour rappel, on connaît la VoD grâce à Canal Play, Tf1 Vision, Vodeo TV, M6 Vidéo, 24/24 Video,… qu’on trouve au menu de nos Box internet. Quant à la TV de rattrapage, on y accède à travers M6 Replay, TF1 Vision, Replay-8,… qui permettent de revoir certains programmes (journaux, magazines,…), téléfilms et séries diffusés à la télévision.

La VoD. Le Cabinet d’analyse Gfk vient de publier une étude sur la santé de ce secteur à fort potentiel. Le 1er trimestre 2010 confirme que les français adoptent de plus en plus la VoD avec une consommation en augmentation de 70% par rapport à la même période en 2009. Le cinéma est largement en tête, représentant 75% des vidéos louées ou achetées. Les fictions (5%), séries (5%), les programmes jeunesse (2%) et les documentaires (1,5%) y ont moins de succès.

La VoD a tous les atouts pour convaincre le téléspectateur. C’est confortable et rapide : la location ou l’achat s’effectue depuis son canapé, pas d’aller-retour au vidéo-club. C’est pratique : chaque film affiché est forcément disponible (pas comme au vidéo-club). Pas de problème de place pour stocker les films dans les rayons virtuels du prestataires : il y a de plus en plus de titres (+81% en 2 ans) et pour tous les goûts.

Petits bémols tout de même :

– Les catalogues pourraient être bien plus étoffés si les Majors se décidaient à réellement déployer les services de VoD. Je reste encore très frustré par le manque de titres quel que soit la plate-forme de Vidéo à la demande. « Entre janvier et mai 2010, 26% des contenus nouveaux susceptibles d’être mis à disposition l’ont été » rapporte ZdNet.fr. Rappelons que dans le cadre de la loi Hadopi, les détendeurs de droits sont censés améliorer l’offre légale du téléchargement. Je suis loin d’être convaincu par ces chiffres… comme par la réalité du terrain.

– L’ergonomie de l’interface de location ou d’achat est simplement une honte en 2010… Encore une fois, quel que soit le service de VoD, personne n’a réellement trouvé le moyen de nous faire naviguer parmi des centaines voire des milliers de titres avec… une télécommande. Et le fait est que la VoD légale est à 95% consommée devant la télévision.

– Enfin, les tarifs, même en baisse, restent élevés.

La TV de rattrapage. La Catch-up TV ou télévision de rattrapage, bien plus jeune que la VoD, connaît elle aussi un gros succès. On trouve ce genre de service au sein de chaînes de plus en plus nombreuses. Si le cinéma en est absent (question de droits), les français s’y rendent en priorité pour revoir des magazines de société ou d’information. Viennent ensuite les fictions, les documentaires, le divertissement et la téléréalité. Mais tout ça dépend aussi de la chaîne. Au mois de mai 2010 par exemple, les programmes les plus demandés sont : sur Tf1 : Vidocq. Sur France 2 : Envoyé Spécial. Sur France 3 : Des racines et des ailes. Sur M6 : Zone interdite. Sur France 5 : Enquête de santé. Sur Arte : Les héritiers du Dr Mengele.

Plus de chiffres à la Source (2 min de lecture)

Le top 5 des programmes les plus consultés en catch up TV en mai 2010

%d blogueurs aiment cette page :