La VoD intéresse de plus en plus les français

En France, la vidéo à la demande (VoD) et la TV de rattrapage ont le vent en poupe. Pour rappel, on connaît la VoD grâce à Canal Play, Tf1 Vision, Vodeo TV, M6 Vidéo, 24/24 Video,… qu’on trouve au menu de nos Box internet. Quant à la TV de rattrapage, on y accède à travers M6 Replay, TF1 Vision, Replay-8,… qui permettent de revoir certains programmes (journaux, magazines,…), téléfilms et séries diffusés à la télévision.

La VoD. Le Cabinet d’analyse Gfk vient de publier une étude sur la santé de ce secteur à fort potentiel. Le 1er trimestre 2010 confirme que les français adoptent de plus en plus la VoD avec une consommation en augmentation de 70% par rapport à la même période en 2009. Le cinéma est largement en tête, représentant 75% des vidéos louées ou achetées. Les fictions (5%), séries (5%), les programmes jeunesse (2%) et les documentaires (1,5%) y ont moins de succès.

La VoD a tous les atouts pour convaincre le téléspectateur. C’est confortable et rapide : la location ou l’achat s’effectue depuis son canapé, pas d’aller-retour au vidéo-club. C’est pratique : chaque film affiché est forcément disponible (pas comme au vidéo-club). Pas de problème de place pour stocker les films dans les rayons virtuels du prestataires : il y a de plus en plus de titres (+81% en 2 ans) et pour tous les goûts.

Petits bémols tout de même :

– Les catalogues pourraient être bien plus étoffés si les Majors se décidaient à réellement déployer les services de VoD. Je reste encore très frustré par le manque de titres quel que soit la plate-forme de Vidéo à la demande. « Entre janvier et mai 2010, 26% des contenus nouveaux susceptibles d’être mis à disposition l’ont été » rapporte ZdNet.fr. Rappelons que dans le cadre de la loi Hadopi, les détendeurs de droits sont censés améliorer l’offre légale du téléchargement. Je suis loin d’être convaincu par ces chiffres… comme par la réalité du terrain.

– L’ergonomie de l’interface de location ou d’achat est simplement une honte en 2010… Encore une fois, quel que soit le service de VoD, personne n’a réellement trouvé le moyen de nous faire naviguer parmi des centaines voire des milliers de titres avec… une télécommande. Et le fait est que la VoD légale est à 95% consommée devant la télévision.

– Enfin, les tarifs, même en baisse, restent élevés.

La TV de rattrapage. La Catch-up TV ou télévision de rattrapage, bien plus jeune que la VoD, connaît elle aussi un gros succès. On trouve ce genre de service au sein de chaînes de plus en plus nombreuses. Si le cinéma en est absent (question de droits), les français s’y rendent en priorité pour revoir des magazines de société ou d’information. Viennent ensuite les fictions, les documentaires, le divertissement et la téléréalité. Mais tout ça dépend aussi de la chaîne. Au mois de mai 2010 par exemple, les programmes les plus demandés sont : sur Tf1 : Vidocq. Sur France 2 : Envoyé Spécial. Sur France 3 : Des racines et des ailes. Sur M6 : Zone interdite. Sur France 5 : Enquête de santé. Sur Arte : Les héritiers du Dr Mengele.

Plus de chiffres à la Source (2 min de lecture)

Le top 5 des programmes les plus consultés en catch up TV en mai 2010

Publicités

Besson va se faire troller

Quelques jours après que Nicolas Sarkozy ait traité les internautes de voleurs de supermarchés, c’est Luc Besson qui prend le relais des majors avançant, à travers Le Monde et canal Plus, des chiffres fantaisistes (« 500 000 vols de films chaque jour en France ») et jugeant à l’emporte-pièce une situation (les nouveaux usages vis-a-vis des biens culturels) qui mérite pourtant une grande subtilité d’analyse. Mais Besson n’est pas là pour être subtil : C’est un poids lourd de l’industrie cinématographique française et à ce titre, il défend son bifteck et celui des ses camarades corporatistes, quitte à être de mauvaise foi, quitte à dire n’importe quoi, quitte à manipuler des chiffres, quitte à traiter ses spectateurs de pirates, de voleurs et de consommateurs de drogue ! Voir la tribune de Luc Besson dans le Monde.

La vérité, c’est que les Majors du cinéma, plus encore que celles de la musique, paniquent. Les ventes de DVD, grandes pourvoyeuses de cash, s’essoufflent pour la 4 ème année consécutive et les chaînes de télévision, argentières « privilégiées » de l’industrie cinématographique, perdent de leur pouvoir financier. Parallèlement pourtant, les Majors campent traditionnellement sur leur marché physique et haut de gamme (film en salle à 10€, dvd à 20€ et Blu-Ray à 30€) et refusent largement d’accepter les nouvelles valeurs de leur secteur : l’obsolescence rapide des produits « culturels », le low cost, le zapping, le partage des gains,…  Les Majors misent sur le Blu-Ray à la valeur ajoutée pas si évidente que ça (1080 lignes affichées sur un écran de 42′ à 1 800€ n’ont jamais transfiguré un film au point de convaincre des dizaines de millions de personnes de remiser leur lecteur DVD à 70€ au profit d’un lecteur Blu-ray à 300€ qu’il faut alimenter avec des films rares et chers). Soit dit en passant : même les fans de cinéma à domicile, early adopters dans l’âme, restent dubitatifs devant l’indigence du packaging des blu-ray (plastique bas de gamme, absence de livret,…) , loin, très loin de reflèter l’apport qualitatif du support et qui peine logiquement à générer l’achat coup de coeur si répandu chez le connaisseur.

Les Majors misent sur un chronologie des médias qui s’étire sur des mois et des mois (sortie salle, location DVD, vente DVD, VOD, Diffusion TV) et nient quasiment le confort, l’ergonomie et le formidable potentiel économique des « box TV » ADSL installées par millions sous le téléviseurs français notamment : les catalogues de vidéo à la demande (VOD) sont d’une pauvreté affligeante et affichent des tarifs élevés,… Bref, la VOD est handicapée par une stratégie encore cramponnée à un ancien modèle économique (monopole de la production, de l’édition et de la distribution, pré-achats des TV, marché ultra-rémunérateur du DVD,…) . je comprends parfaitement que toute une industrie peine à s’adapter aux nouvelles donnes de son marché. J’accepte qu’une « vieille » industrie soit un temps sur la défensive. Mais là, et depuis des mois : quelle agressivité ! Quelle arrogance ! Quels dégâts auront été engendrés par les discours rétrogrades et accusateurs des Olivennes, Nègre, Besson (Eric), Sarkozy,… et désormais Luc Besson qui assène entre autre à ses interlocuteurs et lecteurs (pas forcément à la pointe de l’actualité numérique) qu’« Il est un délit maintenant reconnu de tous : celui de visionner des films gratuitement sur son ordinateur via Internet » : une introduction à sa tribune du Monde pour le moins maladroite mais que certains n’hésiteront pas à fustiger… Je vous encourage d’ailleurs à lire la longue et truculente réponse que le savoureux maître Eolas a adressé ce matin au réalisateur du « Dernier Combat ».

Le marché de la VoD double son Chiffre d’Affaire en 2007

La Vidéo à la demande (VOD) qui permet, grâce à une connection internet, de visionner un film immédiatement moyennant quelques euros (de 1 à 7€ selon la vidéo), connaît un grand succès en France. Le Chiffre d’affaire de la VoD a doublé en un an pour atteindre 29 Millions € en 2007. Mais si 26 espaces de VoD sont accessibles sur le Net, ce sont les 13 qui sont proposés sur les boîtiers triple play des FAI qui rafflent 85,2% du Chiffre d’affaire du secteur en France. Une accessibilité du service sur le boîtier IPTV d’un FAI favorise donc TF1 Vision, Canal Play et autre M6 Vidéo.

Ecueil du secteur, l’exclusivité; en 2007, plus de la moitié des films disponibles en VoD ne l’étaient que sur une plateforme. Sur 2 466 films à louer, seuls 250 étaient répertoriés simultanément chez 4 prestataires. L’utilisateur doit donc “jongler” entre les distributeurs afin de trouver le film qu’il désire.

L’internaute consomme cependant de plus en plus de vidéos de cette manière et cela au détriment du DVD.

Notons enfin que c’est la location de films pour adultes qui booste les chiffres en représentant à elle seule près d’un tiers des revenus du secteur.

Plus d’infos et de chiffres sur LeJournalduNet (2 min de lecture) et Clubic (1 min de lecture)

Dailymotion parie sur le Long

Dailymotion, site de partage de vidéos, propose pour la 1ère fois un long métrage de fiction. “Revolta, kilomètre zéro” de Jean-Michel Ben Soussan dure 1h10 et n’est disponible que sur la plateforme française de partage vidéo. Après avoir proposé “Les enfants de Don Quichotte” (Documentaire) et un court métrage anglais en noir et blanc, Dailymotion confirme son intéret pour le cinéma et les contenus longs.

Si vous êtes amateur de film d’auteur, faites vous plaisir… c’est par ici.

Bien plus d’infos à la Source (3 min de lecture)

Publié dans Réseau social, VoD. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Carrefour va tenter la VOD

Carrefour, second groupe d’hypermarchés au monde, va se lancer dans la VOD (Vidéo à la demande). Convaincu du futur florissant de la video on demand, Carrefour compte bien attaquer un marché déjà très occupé.

Pas d’infos concernant l’origine des contenus (TV Cinéma ?) ou sur la technologie qui sera proposée : streaming ou téléchargement ? Pas plus d’infos sur les tarifs ou les systèmes de protection (DRM)… Simplement, comme le dit Christophe Geoffroy, responsable de la centrale d’achat non alimentaire de Carrefour “Nous savons bien que les prévisions pour le marché de la VOD sont encore basses, mais nous sommes convaincus qu’il va se développer dans les prochaines années

Wal Mart, plus gros acteur mondial de la grande distribution, a récemment mais vainement tenté l’aventure.

Plus d’infos à la Source (1 min de lecture)

 

 

Publié dans e-commerce, VoD. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Des films Cousteau gratuits

La Cousteau Society propose sur YouTube un certain nombre de films sous-marins : Le monde du silence, Le grand requin blanc, seigneur solitaire des mers… L’offre n’est pas très riche mais c’est gratuit.

Les vidéos

Publié dans Réseau social, vidéo, VoD. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Tout South Park légalement gratuit

Avis à tous les fans de Southpark : l’intégralité de la série (12 saisons) est accessible gratuitement sur Southparkstudios.com et cela, même depuis la France.

Anglophobes, passez votre chemin, tout est en anglais non sous-titré.

Le modèle économique d’une telle offre repose sur la diffusion d’un spot publicitaire de 15 secondes avant chaque épisode.

Plus d’infos à la Source (1 min de lecture)

Publié dans vidéo, VoD. Étiquettes : , , . Leave a Comment »
%d blogueurs aiment cette page :