Avec TheFriendmail, allez sur Facebook même si votre Boss en a bloqué l’accès…

Pas besoin de statistiques ou d’étude approfondie pour savoir que Facebook est devenue l’une des activités préférées des internautes (quelques chiffres ici et puis). Cela n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes aux employeurs qui ont l’impression que le réseau social, particulièrement chronophage (1), pille le temps de travail de leurs employés.

Bref, certaines entreprises n’y vont pas par 4 chemins : impossible de se connecter à FB depuis le PC du bureau ! Un système qui risque d’être de moins en moins efficace si on considère que l’accès à Facebook peut se faire depuis un smartphone en 3G (internet mobile) et que le smartphone justement équipera bientôt (disons dans 3 ans) la totalité des français.

Mais pour ceux qui n’ont pas encore ce fameux téléphone intelligent (iPhone, Blackberry,…), une application bien sournoise est désormais disponible : The Friend Mail. Y ouvrir un compte (gratuit) permet à n’importe qui d’intéragir avec sa page facebook (éditer son statut, voir ses news, partager un lien ou une photo,…) simplement à travers des mails ! Bref, un facebook ultra-discret : chaque action correspond à un simple mail…

(1) un membre Facebook passe en moyenne 23,3 heures chaque mois sur le réseau social

Essayer TheFriendMail

Publicités

Le choc des générations

En 2010, le site Cyberpress s’est « amusé » à mettre de jeunes enfants en présence d’objets technologiques qui font désormais partie de l’Histoire : une disquette 3,5″, un lecteur de cassettes, une Gameboy de 1989, un 45T,… les réactions sont amusantes et démontrent avec quelle rapidité, dans le domaine des technologies, les objets les plus usuels peuvent ne plus rien signifier d’une génération à l’autre.

Cette année, Cyberpress inverse l’expérience en confrontant des personnes agées aux objets les plus utilisés par la jeune génération. Spectacle :

La vidéo de 2010

La vidéo de 2011

Publié dans Sociologie, VIDEO BUZZ. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Des élèves surveillés par satellite

En Californie, dans le Comté d’Orange, la lutte contre l’absentéisme à l’école compte un nouvel allié : le GPS. Selon la police, l’absentéisme à l’école mène souvent vers la délinquance à l’adhésion à un gang. Alors pour les 75 élèves du Anaheim Union High School District qui ont cumulé cette année plus de 4 absences, la sanction est claire : ils doivent porter durant 6 semaines un GPS qui permet aux autorités de surveiller leur présence à l’école…

Les 1ers résultats sont encourageants puisque leur taux de fréquentation est ainsi passé de 77% à 95% ! Une fois la « punition » terminée , le taux redescend un peu mais un coach continue de motiver les élèves pendant 1 an…

Toutes les infos à la Source (anglais / 5 min de lecture)

L’iPad 2 n’est pas une tablette tactile mais… une ardoise !

Début 2010, une nouvelle vague de mots bien française tentait de faire oublier les anglicismes qui dominent le secteur des nouvelle technologies notamment. La Commission générale de terminologie et de néologie avait ainsi encouragé à dire « encre en poudre » à la place de « toner » ou « ordiphone » à la place de « smartphone ». Ridicule ! diront certains… un combat « quasi-québécois » qui m’avait permis de rédiger un petit post billet qui se terminait ainsi : « (…) au lieu de vouloir inventer des mots, il serait peut-être plus urgent d’inventer tout court… »

Cette même Commission est donc catégorique sur l’iPad. Il s’agit d’« un ordinateur portable et ultraplat, qui se présente comme un écran tactile et qui permet notamment d’accéder à des contenus multimédias ». En ce sens, la tablette d’Apple doit officiellement porter le nom d' »ardoise ». Sont donc à bannir les termes : iPad, Tablet et autre Touch Screen…

 

Source (

Publié dans Matériel, Sociologie. Étiquettes : , , . Leave a Comment »

Medias sociaux : plus d’utilisatrices que d’utilisateurs

Une étude américaine s’est penchée sur les habitudes « sociales » des internautes aux Etats-Unis. Rien de spectaculaire dans les résultats : les internautes y partagent leurs infos, leurs trouvailles, ils y gardent le contact avec leurs proches, etc. Les 18-34 ans sont les plus friands de médias sociaux : 82% d’entre eux contribuent à créer des contenus (partage de vidéos ou d’articles, écriture de commentaires, discussion…). Nous ne seront pas surpris que certains avouent laisser Facebook connecté 24h/24. Un bon signe pour le plus gros réseau social du monde qui, dans un futur pas si lointain, servira certainement de page d’accueil à tout internaute digne de ce nom…

L’originalité de cette étude menée par Netpop Research, la voici : sur les 1 253 internautes interrogés, les plus gros contributeurs sur les réseaux sociaux sont…les femmes. 78% d’entre elles utilisent les médias sociaux contre 66% chez les hommes. Sans surprise, ce sont les femmes trentenaires qui sont le plus utilisatrices de ce genre de service (Facebook, Twitter, Youtube, Tumblr,…)

Bon, tout ça c’est aux Etats-Unis mais gageons qu’il n’y a pas une grande différence avec les petites françaises…

Plus d’infos à la Source (anglais/ 3 min de lecture)

Les internautes consacrent 22% de leur temps aux réseaux sociaux

En Avril dernier, le Cabinet Nielsen a étudié le comportement des internautes dans 9 pays : Etats-Unis, Royaume-Unis, Italie, Espagne, France, Allemagne, Suisse, Brésil et Australie.

Les blogs et Facebook cartonnent.

En Avril et en moyenne, les internautes ont passé 6 heures sur Facebook et 6 autres heures sur des blogs. les 3/4 des internautes se sont ainsi rendus sur des blogs ou des réseaux sociaux. C’est la 1ère fois selon Nielsen que ce taux atteint ce niveau. Les australiens et américains sont les plus fans de blogs avec respectivement 7h19 et 6h35 dédiées à leur fréquentation. Sur le mois d’avril, les français ont eux passé 4h10 en moyenne sur ce type de sites. Le temps consacré aux blogs a en moyenne bondi de 66% en un an !

Facebook s’est accaparé les français pendant 4h33, les australiens 7h45, les américains 6h43 et les japonais… 30 minutes seulement. Facebook, ne connaît le même succès partout. Au Brésil, par exemple, le réseau social Orkut attire 86% des internautes !

Enfin, l’étude rapporte également que Youtube a attiré les internautes durant 57 minutes. Google, 1h21 et Wikipédia, l’encyclopédie communautaire libre et gratuite, s’est accaparée les internautes pendant 13 minutes.

D’autres chiffres à la Source (1 min de lecture).

Les résultats de l’étude sur le blog de Nielsen (anglais)

Etats-Unis : internet n’empêche pas le bon voisinage

Voilà une nouvelle étude qui rassurera peut-être les adeptes d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître…

Le Pew research Center s’est penché sur les relations de voisinage aux Etats-Unis. Et il en ressort que les internautes sont plus à l’écoute de leur voisinage que la moyenne des américains : « 28% des américains sont inscrits à des alertes sur des problèmes locaux  (état du trafic, événements à l’école, météo, alerte de la police) via courriel ou textos » rapporte le site Technaute.cyberpresse.ca. Ce taux n’est que de 22% chez les américains en général.

L’étude révèle en outre que 46% des américains discutent en face à face de problèmes ou événements de voisinage. Ce résultat fait de la relation physique le moyen le plus courant de parler avec ses voisins de l’actualité du quartier.

Cela n’empêche pas les américains d’être friands des nouveaux outils et usages : 11% lisent un blog traitant des questions de voisinage.

Plus de chiffres à la Source (2 min de lecture)

L’étude complète (anglais)

Cette étude m’en rappelle une autre menée, elle, par l’Université de Pennsylvanie en 2009. J’en parlais dans ce billet. Elle révélait entre autre que contrairement à ce qu’on croit « Les utilisateurs d’Internet, de réseaux de socialisation comme Facebook, ou de téléphones portables ont en fait des contacts sociaux plus nombreux, plus ouverts et plus diversifiés que ceux qui ignorent les nouvelles technologies. »

Ainsi, il en ressortait que si 55% des internautes américains discutent de sujet importants avec d’autres personnes que des membres de leur famille, ce taux n’atteint que 45% chez les américains en général. l’Université de Pennsylvanie affirmait en revanche que la fréquentation d’un réseau social (Facebook, MySpace,…) réduit les interactions avec les voisins… Alors, subtilité ou contradiction ?

Lire aussi : Internet et les réseaux sociaux n’isolent pas les américains mais diminuent les interactions entre voisins

%d blogueurs aiment cette page :