France : les prix de l’e-commerce biens positionnés

Dans le domaine  de la consommation courante, quand on veut payer moins cher, l’alternative à la visite de multiples points de vente est simple : internet. Les prix y sont singulièrement moins élevés (dans la plupart des domaines mais pas tous, je pense notamment aux biens alimentaires). A un point tel qu’on est en droit de se demander quel est le vrai prix des choses…

Bref la question du jour est : En France a-t-on un e-commerce bon marché ? C’est Kelkoo, moteur de recherche comparateur de prix qui nous donne d’intéressants éléments de réponse avec une étude qui s’est penchée sur les e-commerces européen et américain.

Dans cette étude sont comparés « plus de 1 220 prix sur Internet (TVA incluse) dans les 10 principaux pays d’Europe et aux Etats-Unis, pour un panier de 124 produits de consommation courante parmi 12 catégories incluant : les livres, les DVD, la musique, les équipements informatiques, les consoles de jeux, les jouets, les équipements électroniques, les produits de beauté, les téléphones mobiles, l’électroménager, l’automobile, et l’alimentation. »

C’est le Royaume-Uni qui propose les prix les plus bas (34% plus bas que la moyenne). Les anglais sont suivis par l’Allemagne (-17,5%), l’Italie (-17,3%) et la Suède (-16,4%).

La France arrive en 6ème position en proposant des prix 12,4% inférieurs à la moyenne des tarifs observés dans les pays concernés par l’étude. Si les anglais sont privilégiés du côté des livres et de la musique, les américains profitent des prix les plus bas dans le domaine de l’automobile (-37,3% par rapport à la moyenne).

Conscéquence logique : en France, en 2010, 19% des cyberacheteurs ont déjà fait leurs emplettes sur des sites étrangers. Parmi ces cyberacheteurs transfontaliers, 58% le font pour le prix. 49% passent ce « cap » pour trouver des produits indisponibles chez nous.

Plus de chiffres sur Frenweb.fr (4 min de lecture)

Publicités

La VoD intéresse de plus en plus les français

En France, la vidéo à la demande (VoD) et la TV de rattrapage ont le vent en poupe. Pour rappel, on connaît la VoD grâce à Canal Play, Tf1 Vision, Vodeo TV, M6 Vidéo, 24/24 Video,… qu’on trouve au menu de nos Box internet. Quant à la TV de rattrapage, on y accède à travers M6 Replay, TF1 Vision, Replay-8,… qui permettent de revoir certains programmes (journaux, magazines,…), téléfilms et séries diffusés à la télévision.

La VoD. Le Cabinet d’analyse Gfk vient de publier une étude sur la santé de ce secteur à fort potentiel. Le 1er trimestre 2010 confirme que les français adoptent de plus en plus la VoD avec une consommation en augmentation de 70% par rapport à la même période en 2009. Le cinéma est largement en tête, représentant 75% des vidéos louées ou achetées. Les fictions (5%), séries (5%), les programmes jeunesse (2%) et les documentaires (1,5%) y ont moins de succès.

La VoD a tous les atouts pour convaincre le téléspectateur. C’est confortable et rapide : la location ou l’achat s’effectue depuis son canapé, pas d’aller-retour au vidéo-club. C’est pratique : chaque film affiché est forcément disponible (pas comme au vidéo-club). Pas de problème de place pour stocker les films dans les rayons virtuels du prestataires : il y a de plus en plus de titres (+81% en 2 ans) et pour tous les goûts.

Petits bémols tout de même :

– Les catalogues pourraient être bien plus étoffés si les Majors se décidaient à réellement déployer les services de VoD. Je reste encore très frustré par le manque de titres quel que soit la plate-forme de Vidéo à la demande. « Entre janvier et mai 2010, 26% des contenus nouveaux susceptibles d’être mis à disposition l’ont été » rapporte ZdNet.fr. Rappelons que dans le cadre de la loi Hadopi, les détendeurs de droits sont censés améliorer l’offre légale du téléchargement. Je suis loin d’être convaincu par ces chiffres… comme par la réalité du terrain.

– L’ergonomie de l’interface de location ou d’achat est simplement une honte en 2010… Encore une fois, quel que soit le service de VoD, personne n’a réellement trouvé le moyen de nous faire naviguer parmi des centaines voire des milliers de titres avec… une télécommande. Et le fait est que la VoD légale est à 95% consommée devant la télévision.

– Enfin, les tarifs, même en baisse, restent élevés.

La TV de rattrapage. La Catch-up TV ou télévision de rattrapage, bien plus jeune que la VoD, connaît elle aussi un gros succès. On trouve ce genre de service au sein de chaînes de plus en plus nombreuses. Si le cinéma en est absent (question de droits), les français s’y rendent en priorité pour revoir des magazines de société ou d’information. Viennent ensuite les fictions, les documentaires, le divertissement et la téléréalité. Mais tout ça dépend aussi de la chaîne. Au mois de mai 2010 par exemple, les programmes les plus demandés sont : sur Tf1 : Vidocq. Sur France 2 : Envoyé Spécial. Sur France 3 : Des racines et des ailes. Sur M6 : Zone interdite. Sur France 5 : Enquête de santé. Sur Arte : Les héritiers du Dr Mengele.

Plus de chiffres à la Source (2 min de lecture)

Le top 5 des programmes les plus consultés en catch up TV en mai 2010

Une étude mesure la relation-client

Bearing Point et TNS Sofrès ont mené une enquête auprès de 4 000 clients et usagers, de 175 entreprises, dans 11 secteurs d’activité et suivant 15 critères… sur la Relation-client. Dans le secteur de la téléphonie mobile, c’est Bouygues Telecom qui rafle la 1ère place pour la 4ème année consécutive. Côté téléphonie fixe – FAI (Fournisseur d’Accès à Internet), c’est SFR qui occupe la plus haute marche du podium… à la place d’Orange, primée en 2009.

L’étude précise cependant que dans le secteur des Télécoms, les écarts se resserrent,  » (…) signe révélateur d’une bataille où les efforts les plus intenses sont déployés et les clients particulièrement sollicités ». Enfin, que ce soit dans la « téléphonie mobile »  ou bien dans la catégorie « téléphonie fixe + FAI », les taux de satisfaction sont en baisse par rapport à 2009.

Enfin, une catégorie « Digital »  récompense Amazon. L’étude retient que les « Pure Players », ces commerçants présents seulement sur le Net, font encore face à certains démons qui freinent un basculement plus général de la population vers « une relation-client digitale ».

– Absence de point de contact physique

– Incertitudes vis à vis de la confidentialité et de la sécurité des données personnelles

– Crainte que les données soient utilisées à des fins commerciales

– Incertitude quant à l’archivage et à la valeur de preuve de documents virtuels

Plus d’infos à la Source (1 min de lecture)

plus d’infos sur l’actualité de la Relation-client sur le site éponyme

Le site Cuture Buzz a mis en ligne une présentation du PDG de Zappos. Ce site de vente de chaussures (et d’autres accessoires) en ligne (Etats-Unis) est reconnu comme un exemple à suivre en terme de relation-client. Un concept qui, chez Zppos, est au coeur de toutes les stratégies.

Gestion de crise : eBay en panne en plein boum des achats de Noël

Samedi, sur le site de vente aux enchères eBay, « un problème technique dû à une soudaine hausse des offres en ligne (…) » a empêché un certain nombres de recherches d’aboutir… Un incident plutôt gênant à quelques jours de Noël : la période est très importante pour tous les vendeurs, particuliers ou professionnels, de plus en plus nombreux à rejoindre eBay. En novembre 2009, le nombre d’articles en vente a crû de 33% par rapport à la même période l’année dernière ! 200 millions d’articles sont en ce moment indexés par le site d’enchères ! Le moment est d’autant plus crucial qu’aux Etats-Unis, les 5 jours qui précèdent la fête de Thanksgiving marquent le lancement des achats de Noël. [Aparté : En France, l’engouement pour l’e-commerce et l’utilisation de sites comme eBay, PriceMinister ou LeBonCoin se vérifiera dans les jours qui viennent. Le CyberMonday c’est d’ailleurs aujourd’hui : ce lundi marque le départ d’une période de promotions proposées par plus de 205 cyber-marchands.]

eBay s’est excusé et Lorrie Norrington, présidente des sites marchands d’eBay, s’est engagée à « évaluer l’impact économique » de cette panne ! Le site supprimera le coût de référencement des objets concernés par le bug et « dédommagera comme il faut les vendeurs ».

Une gestion de crise à 1 000 kilomètres de celle d’Orange confrontée depuis quelques jours à de gros problèmes de facturations astronomiques… Si Orange a mis plusieurs jours à réagir, il n’a fallu que quelques heures à eBay. Ce dernier s’est excusé auprès de ses utilisateurs, les a remerciés pour leur patience et a promis un dédommagement aux vendeurs ! Orange au contraire réagit tardivement, se soumet timidement aux exigences de l’ARCEP (gendarme des télécom), et reste très vague sur les modifications qu’elle mettra en place dans ses futurs abonnements… Je n’ai pas entendu Orange s’excuser sur 2 points au moins :

Son système d’alerte en cas de dépassement de forfait ne fonctionne pas ! L’opérateur s’est tout de même gaussé d’avoir envoyé un mail d’avertissement une fois que le compteur de l’abonné avait atteint… 12 000€ !

– Les conditions générales de ses contrats sont incompréhensibles. Les termes généralement utilisés restent extrêmement flous pour la plupart des consommateurs : forfait data, illimité, 3G, Wifi, Hotspot,…

Source sur eBay

L’e-commerce bientôt en fête

Un mois avant Noël, 250 marchands en ligne vont proposer aux internautes des tarifs exceptionnels. C’est tout l’objet du Cybermonday qui inaugure une semaine de promotions en tout genre. Cette année, c’est le lundi 23 novembre qui ouvrira le bal : WonderBox, La Poste, Rue du commerce, Pixmania, Sarenza, Maison Facile et des dizaines d’autres se plieront en quatre pour proposer aux internautes les prix les plus serrés possible.

Pour plus d’infos rendez-vous sur Cybermonday.fr.

 

Publié dans e-commerce, internet. Étiquettes : , , . Leave a Comment »

Le Père Noël se fournit sur le Web biensûr

Une étude du cabinet Deloitte révèle que cette année, les français iront faire leur courses de Noël sur le Net. Les Hypermarchés arrivent tout de même en 1ère position mais la Toile est 2ème devant les magasins spécialisés et les Grands Magasins. Les sites de discount, d’enchères et de revente font aussi partie des réseaux de distribution qui seront privilégiés cette année. (il y a quelques jours, PriceMinister lançait une opération de communication sur la manière de mieux gâter les enfants à Noël)

La montée en puissance d’internet au moment de Noël est constante : pas de foule, livraison à domicile, transparence et compétitivité des prix, abondance des produits, etc sont autant de qualités en faveur de l’achat en ligne. Un défaut tout de même : sur le Net, on ne peut pas toucher les produits. C’est d’ailleurs la principale raison invoquée par ceux qui préfèrent les magasins physiques.

Détail qui a son importance cette année : seuls 5% des personnes interrogées auront recours à l’e-shopping pour éviter d’être contaminés par la grippe H1N1…

Plus de chiffres à la Source (2 min de lecture)

PriceMinister : c’est bientôt Noël…

C’est bientôt Noël (un peu quand même) et le site de vente d’occasion Price Minister veut faire parler de lui. Le site s’adresse aux parents et leur communique 5 conseils pour bien préparer le renouvellement des jouets de leur progéniture. Les voici :

1- Expliquez à vos enfants qu’ils ont grandi, qu’ils ne jouent plus avec certains jouets,
et qu’en les revendant ils feront de la place pour les autres qui vont arriver bientôt…
2- Ils peuvent les revendre eux-mêmes et se faire un peu d’argent de poche tout en jouant à la marchande.
3- Demandez-leur de faire le tri eux-mêmes, ce sera plus facile pour eux de s’en défaire.
4- La mise en vente d’un objet sur http://www.priceminister.com est simple et gratuite. La recherche de la fiche produit se fait par le code barre ou par mot-clé. Avec plus de 100 millions de produits en vente, le site propose un large stock de fiches préenregistrées, il reste à rentrer le prix de vente.
5- Vos enfants peuvent aussi revendre sur PriceMinister au profit de la Croix Rouge s’ils souhaitent soutenir ses projets humanitaires.

L’initiative de PriceMinister connaîtra certainement un joli succès; nombreux seront les blogs à reprendre l’information. Mais au-delà de l’opération marketing, l’exemple concret (les jouets de Noël) utilisé par le site de vente en ligne confirme bien que nous vivons une époque qui consacre l’USAGE au détriment de la pure POSSESSION. Dans le domaine du réel, les choses connaissent plusieurs vies. revendus sur eBay, PriceMinister, LeBonCoin, etc ou loués sur Zilok, nos objets génèrent de la richesse plusieurs fois dans leur vie… et ça arrange tout le monde : le vendeur récupère de l’argent, l’acheteur économise le sien et l’intermédiaire prend sa commission générant à son tour une énorme richesse.

En 2008, la revente des cadeaux de Noël avaient cartonnés sur le sites d’occasion, de troc et de location. eBay avait même encouragé le phénomène en offrant quelques promotions aux vendeurs qui inséraient leurs biens entre le 27 et le 28 décembre. Alors on attend déjà le prochain communiqué de presse de PriceMinister : Revendez les cadeaux de Noël qui ne vous plaisent pas ! 4 conseils :

1. N’abîmez pas trop les cadeaux qui ne vous plaisent pas

2. Vendez-les sur PriceMinister

3. Avec l’argent, achetez sur PriceMinister les cadeaux que vous désiriez

4. Ne le prenez pas mal si en cherchant vous tombez sur les cadeaux que vous-même avez fait à vos proches…

Source

%d blogueurs aiment cette page :