La VoD intéresse de plus en plus les français

En France, la vidéo à la demande (VoD) et la TV de rattrapage ont le vent en poupe. Pour rappel, on connaît la VoD grâce à Canal Play, Tf1 Vision, Vodeo TV, M6 Vidéo, 24/24 Video,… qu’on trouve au menu de nos Box internet. Quant à la TV de rattrapage, on y accède à travers M6 Replay, TF1 Vision, Replay-8,… qui permettent de revoir certains programmes (journaux, magazines,…), téléfilms et séries diffusés à la télévision.

La VoD. Le Cabinet d’analyse Gfk vient de publier une étude sur la santé de ce secteur à fort potentiel. Le 1er trimestre 2010 confirme que les français adoptent de plus en plus la VoD avec une consommation en augmentation de 70% par rapport à la même période en 2009. Le cinéma est largement en tête, représentant 75% des vidéos louées ou achetées. Les fictions (5%), séries (5%), les programmes jeunesse (2%) et les documentaires (1,5%) y ont moins de succès.

La VoD a tous les atouts pour convaincre le téléspectateur. C’est confortable et rapide : la location ou l’achat s’effectue depuis son canapé, pas d’aller-retour au vidéo-club. C’est pratique : chaque film affiché est forcément disponible (pas comme au vidéo-club). Pas de problème de place pour stocker les films dans les rayons virtuels du prestataires : il y a de plus en plus de titres (+81% en 2 ans) et pour tous les goûts.

Petits bémols tout de même :

– Les catalogues pourraient être bien plus étoffés si les Majors se décidaient à réellement déployer les services de VoD. Je reste encore très frustré par le manque de titres quel que soit la plate-forme de Vidéo à la demande. « Entre janvier et mai 2010, 26% des contenus nouveaux susceptibles d’être mis à disposition l’ont été » rapporte ZdNet.fr. Rappelons que dans le cadre de la loi Hadopi, les détendeurs de droits sont censés améliorer l’offre légale du téléchargement. Je suis loin d’être convaincu par ces chiffres… comme par la réalité du terrain.

– L’ergonomie de l’interface de location ou d’achat est simplement une honte en 2010… Encore une fois, quel que soit le service de VoD, personne n’a réellement trouvé le moyen de nous faire naviguer parmi des centaines voire des milliers de titres avec… une télécommande. Et le fait est que la VoD légale est à 95% consommée devant la télévision.

– Enfin, les tarifs, même en baisse, restent élevés.

La TV de rattrapage. La Catch-up TV ou télévision de rattrapage, bien plus jeune que la VoD, connaît elle aussi un gros succès. On trouve ce genre de service au sein de chaînes de plus en plus nombreuses. Si le cinéma en est absent (question de droits), les français s’y rendent en priorité pour revoir des magazines de société ou d’information. Viennent ensuite les fictions, les documentaires, le divertissement et la téléréalité. Mais tout ça dépend aussi de la chaîne. Au mois de mai 2010 par exemple, les programmes les plus demandés sont : sur Tf1 : Vidocq. Sur France 2 : Envoyé Spécial. Sur France 3 : Des racines et des ailes. Sur M6 : Zone interdite. Sur France 5 : Enquête de santé. Sur Arte : Les héritiers du Dr Mengele.

Plus de chiffres à la Source (2 min de lecture)

Le top 5 des programmes les plus consultés en catch up TV en mai 2010

Publicités

Une vidéo amateur scotche Hollywood !

C’est l’un des miracles d’internet : Tous secteurs confondus, les barrières financières tombent les unes après les autres. Chacun peut prétendre écrire un livre l’éditer et le vendre, créer sa boutique  et cibler des clients dans le monde entier, composer professionnellement sa musique et la distribuer, réaliser un film et créer l’événement cinématographique de l’année, etc. Les moyens de création, production, distribution, marketing ont atteint un tel niveau d’accessibilité que ce soit en terme financier ou technique, que la réalisation d’un projet, artistique ou pas est désormais à la portée du plus grand nombre. Les talents n’ont plus qu’à s’exprimer.

Et Federico Alvarez, réalisateur uruguayen de clip, ne s’est pas gêné. Avec 300$ de budget, un talent certain pour les effets visuels et plusieurs mois de travail devant son ordinateur, l’homme a réalisé 5 minutes de vidéo qui ont littéralement scotché les producteurs d’Hollywood.

« Nous avons loué un autobus pour transporter 50 personnes à travers la ville. On les faisait descendre, ils couraient partout. On a mis ça dans l’ordinateur et on a tout arrangé ». Raconte M. Alavarez qui avait réalisé ces images pour un clip de  « Snake », un groupe local de Rock. « Début 2007, nous avons mis sur internet une première ébauche mais il ne s’est rien passé ». Précise le réalisateur. Mais la nouvelle version, elle, a fait mouche ! Engagé par Ghost House, la maison de production de Sam Raimi (Evil Dead, Spiderman 1, 2, 3, 4), Federico Alvarez dispose désormais de 30 millions de dollars pour tourner son premier long-métrage !

Suivent donc : le film « Ataque de Panico » et pour les plus curieux, le clip de Snake.

Ataque de Panico

Clip de Snake

Toute l’histoire à la Source (3 min de lecture)

Cet « expérience » me rappelle une vidéo amateur qui mettait elle aussi de façon très (trop ?) crédible une invasion de notre planète par des vaisseaux spatiaux pour certains très identifiés ! Cette vidéo se prêtait d’ailleurs parfaitement à la réflexion suivante : Le culte de l’amateur, encouragé et entretenu par l’industrie informatique, internet et les nouvelles technologies, peut-il se retourner contre nous ? Un billet à l’époque illustré notamment par cette vidéo :

Les français aiment vraiment la VoD

Le téléchargement légal de vidéo (films, documentaires, animation,…) connaît un vrai succès en France. Selon l’observatoire de la Video On Demand (VoD ou Vidéo à la demande), le chiffre d’affaires du secteur a augmenté de 52,6% sur les 7 premiers mois de l’année atteignant 41,2 millions €.

En juin 2009, les plateformes de VoD cumulaient 4 356 longs métrages, soit une augmentation de 35% en un an.

99% des transactions se font à travers une location à l’acte. L’activité de la VoD est réalisée à 93% grâce à la télévision sur IP (85,2% en 2007 et 90,7% en 2008). C’est donc grâce aux Box des Triple Play (Internet-TV-Téléphone) que le marché de la vidéo à la demande se développe. Les chiffres sont d’ailleurs tirés de l’observation des 8 plateformes (Orange, Canalplay, TF1 Vision, France Télévisions VoD, VirginMega, Arte VoD, UniversCiné et Club Vidéo SFR) qu’on retrouve pour certains chez nos fournisseurs d’accès (Free, Orange, SFR,…). Quant au prix  de cette location à l’acte, elle est assez stable, se situant entre 3,70€ et 3,80€ par film.

Autre élément rassurant, la notoriété : en 2009, plus de 80% des internautes connaissent laVoD contre 70% en 2007. En septembre 2009, 12% des internautes utilisent la vidéo à la demande sur IP. Enfin, les habitués de la VoD sont aussi ceux qui consomment le plus de films en salle et en DVD.

Toute cette étude a été réalisée avant que ne soit signé l’accord sur une nouvelle chronologie des médias. depuis le 6 juillet dernier en effet, le délai qui sépare la sortie cinéma de la sortie en vidéo ou VoD a été réduit de 4 mois. L’Observatoire de la Vod, qui doit se réunir à nouveau en mars 2010, dira si oui ou non ces changement ont impacté le marché de la vidéo.

Source

Publié dans Cinéma, media, Sociologie. Étiquettes : , , , , . Leave a Comment »

Luc Besson sur YouTube

Au mois de février dernier, le cinéaste vilipendait les grands du Web tel Google, Free ou Price Minister qui contribuent selon lui au développement du téléchargement illégal. Aujourd’hui, Luc Besson semble s’être réconcilié avec le moteur de recherche puisqu’il annonce que son projet commun avec Yann Arthus Bertrand « Home » sera diffusé gratuitement sur YouTube, propriété de Google.

Lors de la journée mondiale pour l’environnement (5 juin 2009), « Home », long métrage de 90 minutes sur les dangers qui guettent notre planète, sera proposée sur une chaîne dédiée de YouTube. Cette dernière existe déjà et permet de découvrir la bande-annonce du film. La sortie est programmée le 5 juin dans le monde entier « sur tous les supports : cinéma, télé, DVD et Internet. L’objectif de Yann Arthus-Bertrand, réalisateur, de Luc Besson, distributeur, et de François-Henri Pinault, président du groupe PPR, soutien officiel du film, est ainsi de toucher le plus grande nombre possible, et de nous convaincre que nous avons tous une responsabilité à l’égard de la planète. »

Plus d’infos à la Source (1 min de lecture)

Plein d’infos sur la chaîne YouTube

La bande-annonce

Publié dans Cinéma, media. Étiquettes : , , . Leave a Comment »
%d blogueurs aiment cette page :