Facebook cartonne au bureau

Quel est le point commun entre Facebook, Copains d’Avant, l’Equipe.fr, o1Net et AuFeminin.com ? Ce sont simplement les sites les plus visités… au bureau ! Une étude de la Société Olfeo révèle en effet que chaque jour, un salarié passe en moyenne 59 minutes sur le Net à des fins personnelles et… 35 minutes pour son travail ! Des données qui risquent de faire réagir certains patrons. Surtout si on « s’amuse » à effectuer le calcul suivant : 59min/jour reviennent à 4h55/semaine soit 2,8 jours/mois soit enfin 29,5 jours/an !

En 2010, ce sont les réseaux sociaux (Facebook, Copains d’Avant,…), les sites de partage vidéo (YouTube, Dailymotion,…) et les sites d’achat en ligne qui ont le plus progressé. Mais l’étude ne s’arrête pas là puisqu’elle nous apprend aussi que si les salariés aiment surfer au bureau, cela se fait à des moments précis de la journée : entre 8h00 et 10h00 pour les sites d’information et les réseaux sociaux, entre 12h00 et 15h00 pour les sites de divertissement comme YouTube et plutôt en fin de journée (17h00-18h00) pour les services en ligne comme la Météo, le trafic ou les pages Jaunes,…

En bonne société spécialisée dans la sécurité informatique (faut bien vendre du logiciel de sécurité quand même), Olféo soulève 3 problématiques qui sont la conséquence de ce phénomène grandissant :

1/ La productivité du salarié est remise en cause (59min/jour reviennent à 6 semaines de travail payées à surfer)

2/ Se rendre sur des sites non sécurisés peut remettre en cause la sécurité de l’entreprise (attaque de virus,…)

3/ Si le salarié se rend sur des sites illégaux, c’est la responsabilité de l’employeur qui est engagée

J’ajouterai un 4ème point : le risque de fuite d’informations confidentielles (salarié trop bavard ou trop partageur).

Cependant, comme le rappelle cet article de France Soir, l’employeur n’a pas le droit d’interdire l’accès à internet à des fins personnelles au bureau. En revanche, sa responsabilité l’autorise à filtrer l’accès au Web en interdisant par exemple les plateformes de téléchargement ou les sites pornographiques. De son côté, le salarié a un devoir de loyauté envers son employeur.

Je pense que chaque dirigeant devrait ouvertement aborder le « problème » d’internet au bureau avec tous ses salariés. Rien ne sert d’interdire bêtement : 1/ les chiffres et conclusions d’Olfeo sont orientés (leur business repose sur la peur des employeurs) et je ne suis pas certain que Facebook remette à lui seul la productivité des salariés. La jeune génération ne peut plus se passer d’internet : une recherche d’information, au bureau ou pas, passe désormais par Google ou Facebook… Difficile d’interdire le réseau social quand celui-ci est accessible sur un smartphone en 3G ! Et les plus malin contourneront toujours les interdits.

Enfin, je suis sûr d’une chose : tout salarié est largement capable de mettre à mal la productivité de sa boîte même quand internet est coupé, je dirais même SURTOUT quand internet est coupé :

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :