Etats-Unis : la loyauté des blogueurs sous surveillance

Qu’ils soient édités par un professionnel, un spécialiste, un passionné ou un internaute en mal d’attention, les blogs font aujourd’hui partie des sources d’information les plus courantes. On évoque souvent la grande variété qualitative qui caractérise la blogosphère. Oui, le web héberge aussi bien des sources passionantes que des contenus affligeants. D’où l’importance de toujours recouper les infos glanées sur le Net. Un phénomène est plus discret pour le grand public : celui des billets sponsorisés. certains blogs ont atteint une telle audience et une telle réputation que des Agences se sont spécialisées dans la mise en relation des annonceurs (les marques) avec les blogueurs influents. Au sein de nos blogs préférés, on retrouve donc de plus en plus d’articles sponsorisés par des marques qui trouvent là un moyen de parfaitement cibler une campagne de communication. En gros, le billet sponsorisé est au blog ce que le publi-reportage est à la presse magazine… sauf que les publi-reportages sont toujours identifiés comme tels; même si c’est discret et que tout est mis en oeuvre pour que le lecteur pense lire un article de fond. Le problème avec le post sponsorisé c’est que la relation commerciale qui lie l’auteur à la marque est…cachée ! Ce phénomène n’est cependant pas généralisé; certains blogueurs précisent bien que tel ou tel billet est rédigé à la demande d’une marque.

Aux Etats-Unis, pour éviter des débordements (déjà atteints en fait dans ce pays…), une réglementation vient désormais encadrer les billets sponsorisés. Outre-Atlantique, un blogger testant un produit ou un service gratuitement et publiant ensuite un article rémunéré, doit désormais stipuler sa relation avec la marque en question. Tout contrevenant risquant 11 000$ d’amende. Cette réglementation s’applique également aux réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter.

En France, il n’y a pas de réglementation spécifique quant à la transparence des blogs et autres recommandations sur le net mais tout porte à croire que ça viendra. Il y a quelques jours, dans un domaine lui aussi assez opaque, un projet de loi a été déposé : celui-ci viserait à apposer une étiquette « retouchée » sur toute photo corrigée grâce à un logiciel. Bref, une mini-révolution dans l’univers du magazine de mode, de beauté mais aussi dans celui de la publicité…

Vous souvenez-vous de cette vidéo mise en ligne par un monteur-truquiste de Room-tv, révélant les correction effectuées sur les stars qu’on adule.

Plus d’infos à la Source (2 min de lecture)

Publicités

Google surveille la grippe

En novembre dernier, je vous parlais de Google Flu Trends, ce service de Google qui scrute les requêtes lancées dans son moteur de recherche pour en déduire l’évolution de la grippe aux Etats-Unis. Aujourd’hui, quand on ressent quelque symptôme que ce soit, on a tendance à se précipiter vers internet pour savoir de quoi on souffre. Voilà le secret de Google; les requêtes étant localisées par leur adresse IP, le géant de Moutain View sait que telle ou telle région est touchée par les même symptômes. Ceux de la grippe avaient fait l’objet d’une expérimentation l’année dernier sur le terrotoire américain. Une initiative d’ailleurs récompensée en 2009 par le Forum NetExplorateur 2009.

Cette année, Google Flu Trends s’étend à 16 pays dont la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, etc. Selon Yossi Matias, l’un des responsables du projet, « le modèle permet de dégager les tendances, pour une certaine région, avec une à deux semaines d’avances sur les données officielles ». Alors si l’évolution de la grippe vous stresse, direction FluTrends dédié à notre beau pays.

Publié dans Santé. Étiquettes : , , , , , . 2 Comments »

Catch up TV : les français l’ont adoptée

Visionner un programme en différé grâce au site internet d’une chaîne de télévision, c’est ce qu’on appelle la catch up TV soit la TV de rattrapage. Toutes les grandes chaînes s’y sont mises mais la part des programmes que chacune rend disponible en ligne est très différente. Si M6 propose 80% de ses programmes sur M6 Replay, Tf1 n’offre elle que 42% de ses contenus. Le taux de reprise moyen atteint ainsi 59% en septembre 2009 contre 53% en mars dernier.

Si les chaînes de TV hésitent à se lancer totalement dans la catch up TV de peur qu’elle cannibalise la consommation de tv classique, les internautes sont eux friands de ce nouveau concept. Et ils seront bientôt encore mieux servis car les chaînes de la TNT sont dans les starting-blocs. Certaines ont même annoncé l’arrivée d’une application iPhone.

Je suis personnellement consommateur de catch-up TV et j’apprécie fortement le service. J’y porte cependant un regard assez critique pour au moins 4 raisons :

– Si regarder la télévision sur l’écran de son PC est un « sport » désormais très répandu, je regrette de devoir passer par mon ordinateur pour regarder la télévision. La TV de rattrapage devrait systématiquement être disponible sur l’écran de télévision. Gulli et Virgin 17 devraient d’ailleurs proposer ce service directement sur PC et sur Numéricâble (et les autres ?); une « bonne » nouvelle. Orange propose déjà ce service pour certaines chaînes : France Télévision, M6. Chez Free, on retrouve Canal+ et CanalSat, 2 univers payants…

– La qualité de la catch-up sur le PC n’est pas toujours au rendez-vous. M6 Replay via le site dédié s’est bien amélioré mais la qualité de l’image reste très en deçà de ce qu’on a sur une TV. Idem pour le JT de Tf1. J’ai testé la catch up sur la TV via Orange et la qualité y est bien meilleure que sur le PC.

– La catch-up TV doit-elle être payante ou gratuite ? Sur M6, une émission comme D&Co est gratuite mais précédée de 2 spots publicitaires. Sur Tf1, Koh-Lanta… coûte 1,99€ !! La Méthode Cauet, 1,49€ !! Je suis plutôt partisan du gratuit pour des émissions du type talk show, information, jeu, coaching, télé-réalité,… et du payant pour les gros documentaires et films (location ou achat).

– Retrouver une émission déjà diffusée à la télévision relève parfois du jeu de piste… Chacune des chaîne a son propre site, organisé à sa façon. Si le site de M6 est plutôt clair, celui de France 2 par exemple ressemble à un vrai labyrinthe… Heureusement, le site TVàRevoir permet de lancer une recherche toute chaîne confondue. Cliquer sur le résultat d’une recherche renvoie directement au programme sur le site de la chaîne. Les chiffres donnés en début de billet émanent d’ailleurs d’un baromètre publié par tvarevoir.fr associé à NPA Conseil.

D’autres chiffres dans le communiqué de TvàRevoir / Nap Conseil (2 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :