Le marché de l’internet mobile va juste… exploser

Alors que le marché des PC n’est pas au mieux, celui de l’internet mobile et des appareils qui lui sont dédiés se porte comme un charme… d’autant que ses perspectives d’avenir sont spectaculaires.

Une étude de Forrester révèle que si 17% des européens utilisent l’internet mobile en 2009, ce taux passera à 40% en 2014. La France suivra largement le mouvement avec un taux de pénétration qui passera de 11% en 2009 à… 41% en 2014. Toujours en Europe, les smartphone, ces téléphones dédiés à l’internet mobile capables d’afficher des pages web de façon intégrale, représenteront 33% des ventes en 2014 contre 18% aujourd’hui.

On n’a donc pas fini d’entendre parler des iPhone, Blackberry et autre série N qui seront directement adoptés par les digital natives d’un futur tout ce qu’il y a de plus proche.

Plus d’infos à la source (2 min de lecture)

Publicités

Facebook va renforcer la protection des données personnelles

Le Canada vient d’obliger Facebook à sérieusement renforcer la protection des données personnelles de ses 250 millions de membres.  Plusieurs points doivent d’ici un an faire l’objet d’amélioration :

– Les applications tierces. Difficile, quand on a un compte Facebook, de résister à l’installation d’applications gratuites qui permettent de faire tout et n’importe quoi sur le réseau social : offrir des cadeaux virtuels, partager des contenus, des liens, des blogs, jouer à des jeux, participer à des quizz, etc. Ces applications tierces (imaginées et développées par des personnes extérieures à Facebook) existent par milliers et leur installation ne demandent que quelques secondes. Mais voilà, si ces développeurs contribuent grandement à l’intérêt que suscite le réseau, en retour, ils ont accès aux données personnelles des utilisateurs : photos, profil, favoris, listes d’amis,… toutes ces infos sont alors accessibles par on ne sait qui pour… on ne sait quoi ! Le fait est que l’utilisateur qui vient d’installer une application sur sa page perd le contrôle de ses données personnelles tout comme… Facebook ! Le réseau social star du Net devra donc renforcer les avertissements (lors de l’installation de ces applications par exemple)  et permettre aux membres de limiter les données qu’ils veulent bien « céder » aux développeurs qui, dans le meilleur des cas, se contenteront de les revendre à des annonceurs honnêtes. C’est d’ailleurs un autre des changements exigés par le Canada : l’utilisateur doit savoir ce qu’on fera des données qu’il laisse accessibles au développeur de l’application qu’il vient d’installer.

– Le distinguo désactivation / suppression de compte doit être clarifié. Un membre de Facebook qui désire quitter le réseau a 2 solutions :  désactiver son compte de façon à ce que toutes ses données soient conservées. De cette manière, s’il désire réintégrer la plate-forme, l’ex-membre pourra retrouver son profil intact. L’alternative, plus radicale, consiste à supprimer le compte et d’en effacer toutes les données. Facebook doit désormais garantir que les informations personnelles sont bien effacées des ses serveurs. Ca paraît logique mais facebook a semble-t-il un peu « oublié » que chacun a droit à l’oubli. L’important est que lors de la procédure de « désactivation », l’utilisateur soit informé de la différence entre « désactivation » et « suppression ».

Mort d’un membre. Lors de la création d’un compte, facebook devra être plus clair sur la possibilité de laisser le profil accessible en cas de décès.

Facebook doit réaliser ces changement d’ici un an. Le pari technique est d’autant plus grand qu’il ne faut pas pour Facebook que le renforcement des systèmes de sécurité vienne détériorer l’expérience utilisateur. trop d’alertes, trop d’options à cocher, trop de configuration et le réseau social préféré des internautes risque de perdre de son attrait. D’un autre côté, il ne faudrait pas non plus que toutes les bonnes intentions de Facebook soient noyées au sein de conditions générales d’utilisation que personne ne lit. Quant aux développeurs d’applications tierces, ils devront se faire aux nouvelles règles. Le point positif pour Facebook, c’est que tous les autres réseaux sociaux seront bien avisés d’anticiper les foudres d’un Etat (le Canada ou un autre)  en prenant eux aussi les mesures qui s’imposeront à terme de façon universelle.

Source :

Office of the privacy commissioner of canada (anglais, 5 min de lecture)

lefigaro.fr (2 min de lecture)

DigitalWorld.fr (2 min de lecture)

15 ans de prison pour un SMS…

Dans l’Etat de l’Utah aux Etats-Unis, l’envoi de SMS au volant est désormais considéré comme un délit au même titre que la conduite en état d’ivresse. Alors que la Grande Bretagne a lancé une campagne choc sur les dangers de l’association  texto et conduite (âmes sensibles s’abstenir), l’Etat fédéral américain réfléchit sérieusement à la condamnation des fous du SMS au volant. Au pays de Motorola et autre iPhone, , la législation sur l’usage du portable en voiture diffère d’un Etat à l’autre. C’est dans l’Utah que tout automobiliste arrêté pour l’envoi d’un tel message au volant risquera désormais 15 ans de prison… La mort de 2 personnes percutées par un conducteur « tentant » d’envoyer un texto est à l’origine de la loi si sévère.

Source

Publié dans Loi, Sociologie, TIC. Étiquettes : , , , , . Leave a Comment »
%d blogueurs aiment cette page :