Wikipédia : pour le meilleur et pour le pire

Josette Elayi, chercheuse en Histoire ancienne au CNRS, a découvert sa biographie sur l’encyclopédie en ligne. Le problème c’est que cette bio se réduit selon Mme Elayi « (…) à des informations malveillantes et presque toutes erronées » probablement rédigée par des collègues malintentionnés.

La chercheuse vit dans une moindre mesure ce qu’a subi en 2005 le 1er ministre norvégien présenté sur l’encyclopédie en ligne comme pédophile.

C’est un peu le problème de Wikipédia : chacun peut écrire sur le sujet qu’il veut en toute anonymat; et même si le prestigieux magazine américain Nature a écrit que la fiabilité du Projet encyclopédique gratuit et libre était comparable à celle de l' »Encyclopaedia Britannica« , Wikipédia doit rester une source d’information à recouper. Aucun éditeur n’est là pour vérifier ou valider les informations. Par principe, l’approximation, la manipulation, l’erreur ou la subjectivité sont naturellement corrigées au fil des corrections réalisées par les internautes du monde entier. cependant, si Wikipédia est parfaitement appropriée pour le départ d’une recherche qui sera ensuite approfondie et recoupée (les sources citées par les auteurs sont en générale extrêmement fiables, elles), il faut impérativement considérer toute page de l’encyclopédie en ligne comme potentiellement fausse à un moment ou à un autre.

En 2006, plusieurs parlementaires américains ne s’étaient pas gênés pour améliorer leur biographie sur Wikipédia. En 2005, un journaliste avait même découvert que sa bio wikipédienne le considérait comme complice de l’assassinat de JF Kennedy ! Si la plupart des modifications réalisée sur les articles de Wikipédia ne se résume qu’à des ajouts ou simples corrections d’erreurs, il ne faut pas ignorer que certaines interventions ont pour but la manipulation, la désinformation ou… le vandalisme. En France par exemple, la mairie de Levallois a plusieurs fois « retouché » l’article concernant les déboires judiciares de Patrick Balkany (maire de la ville de 1983 à 1995)… Aux E.U., le FBI s’est chargé de retirer les photos de Guantanamo et la Maison Blanche a notamment « corrigé » plusieurs informations concernant la guerre en Irak. La sphère commerciale n’est évidemment pas épargnée : Nintendo n’a pas hésité à effacer les passages relatant les bugs techniques qu’avaient connu ses consoles Game Cube et DS…

Pour éviter ou contourner une part de ces « défauts », plusieurs projets concurrents de Wikipédia ont récemment été lancés sur la Toile :

Citizendium est une encyclopédie libre et gratuite qui encadre les articles des internautes par des experts chargés de vérifier et corriger les contenus de façon à ce qu’il y ait le moins d’erreurs possibles. L’état d’esprit de Citzendium se veut donc très différent de celui de Wikipédia : « Le monde a besoin d’une meilleure encyclopédie libre […] Nous croyons à la nécessité d’une alternative, que celle-ci est justifiée pour permettre à des personnes ordinaires de travailler sous l’égide d’experts. Nous croyons à la responsabilisation personnelle, incluant l’usage de véritables noms pour identifier les contributions. En bref, nous visons à créer une communauté responsable et à former de bons citoyens globaux. » a déclaré Larry Sanger, initiateur du projet  et ancien de Wikipédia.

Autre alternative : Knol, le projet encyclopédique de Google. Comme dans Citizendium, les articles sont signés de leur(s) auteur(s); c’est le principe de base de Knol : les auteurs qui doivent se présenter (nom, photo, cursus, statut,…) sont mis en avant pour une plus grande crédibilité. les articles peuvent être complétés ou commentés mais seulement si l’auteur le désire. Il pourra ainsi y avoir plusieurs articles traitant du même sujet mais de façon différente voire contradictoire. Grande différence avec les 2 autres projets encyclopédiques, les articles de Knol peuvent contenir des publicités (là aussi avec l’autorisation de l’auteur) dont les recettes seront partagées entre l’auteur et Google. Contrairement à Citizendium, Knol compte déjà de très nombreux articles en français.

Sources : Article sur Josette ElayiMetrofrance.fr (2 min de lecture) / Article intéressant sur Lelyceen.fr (4 min de lecture)

%d blogueurs aiment cette page :